Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 23:18

Pourquoi les geeks ne sortent pas de chez eux ?

 

Vous vous posez peut-être la question de ce qui peut bien pousser un "djeun" à rester devant son écran pendant des heures plutôt que d’aller s’oxygéner dehors, surtout quand il fait un temps splendide ? Hé bien je crois avoir un élément de réponse…

 

Comme le temps était superbe ce week-end, je me suis risquée à vouloir reproduire le parcours de quelqu’un osant tenter une sortie à l’extérieur et là, voilà ce qui se trame. Observez un peu.

 

D'abord, ne pas se louper, là c'est la porte de la chambre : mauvaise pioche.


Demi-tour, droite ! Oui, cette fois c'est la bonne. Tirez la bobinette et la chevillette cherra.

 

Poursuivons, maintenant le couloir. Il mène à tout, mais encore faut-il en sortir.

 

Attention, il peut y avoir des pièges !

 

Et ici, un cul de sac, assurément.

 

 

Descendre les marches, atteindre le palier et... Oh ! Encore une porte ! La victoire est proche.

Quoi ?!?! Encore une, et même deux d'un coup cette fois ! Mais c'est une course d'obstacles ce truc !

 

Mais cela ne cessera donc jamais ? A nouveau des marches et une porte au bout ! 

 

J'ai failli tomber dans le piège du local technique, sauf qu'on ne le la fait pas à moi...

 

Ah oui, il reste celle de la bagnole, alors on en sort jamais de ce truc ?

 

 

Je touche au but (comme disent les boulistes), bientôt la vraie sortie, on y croit !

 

Ouf ! J'ai quand même fini par arriver à mes fins, non sans mal.

J'en déduis donc que les geeks ont une peur bleue des portes, des serrures et autres fermetures et que cela explique qu'ils ne veulent pas s'en approcher. D'où l'envie de rester calmement chez eux, sans broncher.

Je les comprends, c'est trop épuisant de sortir de chez soi...



Sister "tout ça pour ça"

 

 

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 14:30



Oui je suis au bout du rouleau
Tarla dirla dada
J'en ai plein l'cul, j'en ai plein l'dos
Tarla dirla dada
Bien sûr c'est à cause du boulot
Tarla dirla dada
C'est clair je vais finir marteau
Tarla dirla dada

A force de mettre la tête sous l’eau

Tarla dirla dada

J’arrive même plus à faire dodo

Tarla dirla dada

Tous ces crétins, là c’en est trop

Tarla dirla dada

Ma dém’ ils n’auront pas d’sitôt

Tarla dirla dada

Ils vont morfler et ce s’ra beau

Tarla dirla dada

Oui ma vengeance est pour bientôt

Tarla dirla dada

 


 

 

Sister « qui se lance dans le tube de l’été »

 


Partager cet article

Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 00:47

 

En attrapant mon pot de célèbre pâte à tartiner pour étaler un peu du calorique met sur ma gaufre toute fraîche, j’ai jeté un œil distrait sur le jeu proposé par la marque et dont les modalités figurent sur l’étiquette. Mais là, oh damned ! Il semblerait que le tirage au sort soit clos depuis septembre 2007 !

Bon, dans un sens, je m’en fous pas mal puisque je ne participe jamais à ce genre de trucs qui vous permettent de gagner un porte-clés en plastique après avoir envoyé 26 preuves d’achat et 4,50 € en timbres, puis avoir attendu 8 semaines.

Vous allez me dire que cela n’a aucune espèce d’importance, je vous répondrais que vous avez raison, moi aussi je me suis dis que ça n’était pas grave, ils avaient sûrement un stock de pots à écouler et que j’avais pas besoin de chier une pendule pour si peu. Sauf que d’un coup, je suis habitée d’un doute, chose que je ne fais quasiment jamais pour ce genre de produit au long cours… j’ai vérifié la date de péremption… et là, c’est le drame !

 

 

La DLUO (date limite d’utilisation optimale), soit le fameux « A consommer de préférence avant le », indique la date fatidique : 31/03/2008 !

Punaise ! Le produit est périmé depuis plusieurs mois et j'en ai déjà bouffé la moitié ! C’est sûr, je vais crever dans d’atroces souffrances, me tortiller de  douleur ou agitée de terribles spasmes, sentir tout mon corps être gagné par le poison et mourir après une longue agonie ou dans la fulgurance d’un dernier sursaut.

 

Ainsi, vous pourrez écrire sur ma tombe une épatante épitaphe du genre :

« N… l’a tuer » (spéciale dédicace à Omar)

« Manger N… tue » (mais ne rien bouffer tue plus vite encore)

« Le péché de gourmandise aura eu ta peau avant le péché de chair » (il faut bien crever de quelque chose)

« Casse-toi pauv’ conne » (oui, j’ai des ennemies, mais elles devront me passer sur le corps)

« Regrets éternels » (si vous manquez d’imagination ou que vous avez profité d’une promo chez Roblot).

 

Le pire est que je l’ai acheté chez Michel-Edouard il y a quelques semaines seulement ! Je me demande si ce ne serait pas un complot… allez savoir, je ne verrai plus jamais cet aliment de la même façon maintenant.

Devenue une parano du choco, si c’est pas malheureux d’voir ça…





Sister « le choix dans la date »

Partager cet article

Repost0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 21:35

 

Commençons par une petite blagounette :

« Qu’est-ce qu’une femme de 70 ans a de plus entre les seins que n’a pas une jeune de 20 ans ?...

… son nombril ».

 

En clair, lorsqu’une fille veut faire du sport, il lui faut deux éléments indispensables : de bonnes chaussures (comme tout le monde) et un soutif prévu pour encaisser les chocs et secousses*.

Ayant besoin de renouveler mon équipement en la matière, je me rends chez Citadium qui s’affiche comme étant une espèce de temple du sport, du streetwear et autres sapes de djeuns**.

Je grimpe au 1er étage, fais le tour, trouve des tonnes de t-shirts bariolés, des fringues branchouilles, rien de probant pour ma requête en fait. Histoire de ne pas perdre mon temps, je m’adresse à la caissière près de l’escalator.

 

Aparté : oui, ici on ne fait du sport que sous atmosphère contrôlée : stadium, club hype, playground, etc. Mais on ne monte pas les escaliers, oh non, c’est bien trop vulgaire ! On laisse ça au commun des mortels sûrement… Tiens, ça me rappelle ceux que j’appelle « les sportifs du dimanche » qui prennent leur bagnole pour faire 1 km puis font 3 fois le tour du lac en courant mollement, puis remontent en voiture pour rentrer chez eux. Faut croire que les 2 km d’aller-retour, ça faisait trop pour eux et dépassait leur quota de sport hebdomadaire…

Pff, des p’tits joueurs.

 

Ainsi, je demande le rayon « fitness » et là, la nana me regarde avec des yeux ronds et l’air aussi hébété que si je l’avais interrogé sur la date de son dernier rappel de tétanos.

« Euh bah, je ne sais pas s’il y a ça ici, essayez peut-être au 3e étage, y’a des articles Nike ».

Hum, je n’ai pas bien vu le rapport entre cette marque et ma question… bref je grimpe à l’étage indiqué.

Je scrute, j’observe, je furète dans les rayonnages où se mélangent petites vestes cintrées et jogging, t-shirts moulants à paillettes et maillots de foot, baskets fluos et spartiates en cuir lamé argent.

Celui qui a géré l’ordonnancement du magasin doit être un bordélique de la pire espèce ou un dyslexique des objets, car tout est mélangé.

D’un coup, oh oui là, sur le mur, une brassière ! Quoi ? Une seule ! Et en rose fuchsia ou noir, tailles S ou M et basta ! Vu le peu de profondeur des bonnets, je pense qu’il ne faut pas dépasser le 90B pour enfiler ces trucs là.

On devrait peut-être dire aux créateurs et fabricants qu’ils se sont trompés de cible car les nanas qui n’ont pas de seins (ou si peu) n’ont pas l’usage de ce genre d’article.

Visiblement, ce n’est pas ici que je trouverai mon bonheur. Bref, je passe mon chemin.

 

En retournant vers l’escalator, je croise alors un « coin café » avec – tenez-vous bien – un charriot de glacier dont les bacs étaient sacrément entamés… Damned ! Je croyais être au royaume du corps sacralisé, dant le temple de la recherche de la performance et du culte de l’exercice physique, mais il n'en est rien ! Je constate avec effroi que la crème glacée fait un malheur ! Je suis scotchée.

J’en viens à me poser quelques questions sur ce que cela signifie.


Sachant que les tailles de fringues vont de « minus » à « minus ½ », que les couleurs et les coupes ne permettent aucun début de bourrelet, il doit y avoir un truc qui cloche quelque part…

Soit les aficionados viennent faire le plein de nouveaux accessoires et défient crânement le stand en se martelant qu’ils ne mangent pas de ce pain là et ne craqueront pas.

Soit ce comptoir de gourmandises est là pour compenser la frustration de ceux qui voulaient se remettre au sport, mais n’ont rien trouvé leur correspondant et se disent qu’ils commenceront la semaine prochaine. Allez, juste un dernier petit péché de gourmandise avant le grand saut… « Oui Madame, je voudrais rhum-raisin, vanille et double-choco, merci » tout en pensant qu’ils se mettront au régime lundi, c’est promis.

Soit ils mettent ainsi le mouvement perpétuel à portée de tous. Je mange, donc je dois bouger pour ne pas grossir et ainsi je pourrai à nouveau me goinfrer la prochaine fois, mais avant il faut faire 6 heures de jogging, 4 heures de cardiotraining et 350 pompes pour éliminer la boule de sorbet mangue sans supplément chantilly (qui m’aurait coûté 57 heures de vélo en rabe). La quadrature du cercle entre fourchette et baskets.

 

Perso, je n’ai pas craqué, ni pour le piège calorique, ni pour les fringues ou accessoires (ma force de caractère m’épatera toujours) et suis ressortie de ce haut lieu de la branchitude de rue en version 9-3 avec la tête haute et le porte-monnaie intact.

 

Dernier tuyau pour la route, je ne sais pas s’ils vendent des shorts, mais des téléphones portables oui ! Cherchez le rapport avec le sport…

 


Sister « en petites foulées ».

 


* oui, je vous vois venir avec vos gros sabots, OK pour le sport en chambre ce n’est pas utile. Passons.

** le premier qui me dit que je ne suis plus dans cette catégorie, je lui conseille d’aller se faire empapaouter et de méditer sur son sort ici.

Partager cet article

Repost0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 14:24

 

Bah oui, ne me regardez pas avec ses grands yeux ébahis et cet air ahuri, oui, j’ai gagné à l’EuroMillion hier soir. Mais comme vous le voyez, j’arrive à garder mon calme et mon attitude posée, simple et sombre. Tout ça est le fruit d’une zen attitude acquise au fil des années.

 

La semaine dernière, le chiffre mis en jeu était très prometteur, mais je n’ai rien touché et il n’y avait pas de super gagnant, du coup la somme avait été remise en jeu, direction 88 millions d’euros en jeu, voilà qui est motivant. Je me suis donc laissée tentée.

 


 

Rassurez-vous, je ne changerai pas mes habitudes de vie, mes amis resteront les mêmes et je vous promets de ne pas prendre la grosse tête, ni de commencer à me la péter bling-bling.

 

Le tout, pour l’instant, est qu’il me reste un léger doute. En effet, je me demande si je ne devrais pas reprendre mon boulot lundi… Je vais éviter le « au revoir, au revoir président », c’est pas trop mon style.

 

Bon, je ne compte pas devenir rentière non plus, ça ne me plait pas trop, j’ai envie de gagner ma vie à la sueur de mon front pour ne pas avoir à rougir de ma « fortune » nouvellement acquise.

 

Il va peut-être falloir que je contacte rapidement mon conseiller patrimonial et que je me renseigne sur les modalités d’application du fameux bouclier fiscal, hé oui, il faut que je m’habitue doucement à ce changement de statut social.

 

Organiser une grande fête monstrueuse avec un jacuzzi plein de champagne, un buffet de 120 m², des tenues de créateurs et de grands couturiers pour tout le monde, des dorures partout à en faire pâlir l’Élysée, des people et des stars à en rendre jaloux tous les tabloïdes de la planète. Arf, non, ça n’est pas mon genre non plus, ni dans mon caractère. 

 

Bon, pour l’instant je vais aller me payer l’apéro pour marquer le coup, bah oui, c’est pas tous les jours qu’on gagne 9,70 €.

 

Allez, c’est pas perdu, la prochaine fois ce sera 114 millions de gros lot.

 


Sister « nouvelle riche en devenir… ou pas ».

 

Partager cet article

Repost0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 02:13
Depuis peu, avec les collègues on s'entraîne à trouver chaque jour un proverbe ou diction purement inventés, qui commence par le Saint du jour (de préférence en rapport avec le thème du boulot) et surtout totalement loufoque. Poutant, en observant le calendrier, je me dis qu'avec celui de samedi on aurait vraiment lutté !

En fin de mois, nous avions eu : "A la St Ignace, fait tomber la caillasse" => jour de paie.

Ou encore : "A la St Alphonse, dernier jour on s'défonce" => la quille pour la collègue, veille de week-end pour nous.

Mais là, avec la Saint Fiacre... punaise je sèche !



M'enfin, pas de panique, la rentrée c'est lundi, j'ai le temps de m'entraîner.



Sister "Argh ! Je n'aurais jamais dû inventer ce jeu !"

Partager cet article

Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 23:50
 

Hier, je bidouillais sur la Toile, je glandouillais au gré des pages et sautais « hardi petit » d’un site à l’autre, sans but précis. Je suis coutumière du fait, ça me fait perdre un temps fou, mais j’adore ça.

D’un coup, alors que je gagnais du pognon virtuel sur Facebook en achetant et revendant des amis (oui, on peut le faire, c’est très ludique d’ailleurs !), je me rends compte d’un truc dingue : je peux me payer Dieu ! Bah oui, il n’est même pas très cher en fait, un peu plus d’un million de dollars, c’est donné pour une figure internationalement connue et puis, quitte à claquer du pognon, c’est moins vulgaire qu’une sex-tape de la Miss Hilton.

Bon, j’étais d’abord allée me renseigner de sa cote en allant fouiner sur ebay, mais les résultats n’étaient pas cohérents. Pff, pensez donc, j’obtenais 1122 réponses à ma requête ! Il y en a des bidules divers et (a)variés qui évoquent le Tout Puissant, du bouquin improbable au CD d’une blondasse has been, d’une pince à billet péruvienne à des BD pleines d’images pas forcément pieuses, bref, un beau bordel ! Oh mon Dieu, voilà que je blasphème ! On me proposait même une antique statuette égyptienne véritable (estimée au XIXe siècle, cherchez l’erreur) d’un dieu si flou sur la photo qu’on l’aurait confondu avec une crotte de biquette du désert. Du grand n’import’ nawak vous disais-je.

 


 

Donc y’avait pas moyen de vérifier l’ampleur de l’offre et de la demande du taulier du Paradis, du coup j’ai craqué, une petite folie à la portée de ma maigre bourse, et hop ! j’ai fait l’emplette du Père éternel et le voilà maintenant dans ma musette.

Il n’est pas dit qu’il y restera longtemps, car dans ce monde cruel on est à vendre au plus offrant, moi-même je n’arrête pas d’être rachetée par des gens dont j’ignore tout, mais je laisse faire, tant qu’ils n’ont pas atteinte à mon intégrité physique (pour la morale, y’a longtemps qu’elle est en carafe, pas de soucis, j’en suis consciente).

 


N’empêche, je constate que certain(e)s de mes ami(e)s valent encore plus cher que le Créateur, alors là je dis chapeau, ils sont vachement plus convoités que le Seigneur, c’est dire si les gens se les arrachent à des tarifs exorbitants. Faut croire qu’ils font des choses formidables, des petits miracles ou je ne sais quelles prouesses surnaturelles. Voilà qui titille ma curiosité, il faudra que je les questionne sur le sujet, car visiblement, ils me font des cachoteries par ces prodiges ou ces actes inouïs dont j’ignore tout. A moins que leurs autres amis soient à se point accrocs qu’ils sont prêts à mettre des sommes dingues sur le tapis pour les conserver dans leur carnet d’adresse ? Bah, comment savoir…

Le commerce a ses raisons, que la raison ignore.

 



Sister « on sale » 



P.S. : les plus anglophones d'entre vous auront remarqué que Dieu est une femme... Yeepeeeee ! Sacrée révélation ! Voilà le scoop de l'année ! En revanche, pour le pseudo "Maurice", je cherche encore...

Partager cet article

Repost0
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 02:50
 

Troufion Sister au rapport !

 

Ainsi donc, je suis partie quelques jours battre la campagne, mais que les protecteurs de tous poils se rassurent, j’ai pas tapé fort, elle n’a pas de lésions apparentent (contrairement aux poutres qui fleurissent dans certains shorts en cette saison chaude… très chaude).

 

Cette année, j’avais envie de viser haut, de me faire plaisir avec des vacances bling-bling alors je n’y suis pas allée avec le dos de la cuillère. Objectif luxe !

 

 

D'entrée de jeu, je suis tombée sur l’ancêtre de Voici-Voilà-Tralala qui m’annonçait que J.B. s’était macqué avec B.B., pff, y’en a que pour les people ici aussi alors ?

 

 

Sur le chemin des douches j’ai croisé un autochtone, franchement il avait dû prendre un coup de soleil et n’était pas très causant, je n’ai pas insisté.

 

 

On m’a dit : « tu verras, y’a plein d’activité et le mardi non seulement c’est ravioli mais en plus y’a moyen de jouer au cerf-volant ». Oui, bah je l’ai vu, il m’a laissé le prendre en photo mais n’a pas voulu que je le bariole de couleurs fluos pour le faire voler. Pas joueur…

 

 

Après m’être renseignée au syndicat d’initiative, on m’a dit qu’il y avait des limousines à ma disposition. De suite je me suis dit que c’était bon, ils m’avaient enfin reconnue et qu’une jolie berline avec chauffeur m’attendait. Bah c’est bizarre, je ne m’attendais pas vraiment à ça… pourtant, ils n’avaient pas menti.

 

 

Souhaitant voir des horizons lointains, j’espérais être dépaysée et pensais que j’allais pouvoir mener grand train. Ouais, tu parles, on ne peut pas dire que j’ai été transportée de bonheur en voyant les TGV locaux. Ici, ce serait plutôt des Transports Gravement Vieux.

 

 

Questions activités, on m’a proposé la piscine, mais bon, il m’a semblé que c’était cumulé avec une préparation au saut à l’élastique (sachant que cet accessoire n’est pas fourni, ils étaient en rupture de stock, restaient plus que des cordes simples). J’ai fait comme si j’avais oublié mon maillot et passé mon chemin. 140 mètres de haut et 40 mètres de fond, oui, c’est tentant, mais euh non.

 

 

Le prospectus disait : « des jardins suspendus à faire pâlir Babylone, une beauté à couper le souffle ». Hum, dommage, les fleurs étaient en grève (ou en RTT) et visiblement il y avait eu gruge sur le CV du stagiaire jardinier que je soupçonne d’avoir préparé secrètement la filière pneumatique au lieu de réviser ses géraniums. Manquait plus que le faux puits assorti et peint couleur brique avec les joints blancs. Ça a failli être pas trop moche… juste failli.

 

 

Pareil, j’avais vu un phare, je me suis dit : « Super ! Cap à l’ouest toute ! ». Hé bien vous me croirez si vous voulez, mais s’il existe bel et bien, c’est juste qu’il est en plein cœur de la ville ! La côte la plus proche est à 264 km !!! Punaise, j’vais pas pouvoir aller à la plage tous les jours.

 

 

On m’a indiqué que ma piaule était à côté du mur en pierres sèches. Bizarre, même si le terme n’est pas galvaudé question BTP, j’ai comme un doute sur la véracité dans les faits… le fond de l’air effraie est frais. Isn’t it?

 

 

Bon, j’ai quand même croisé une star à un coin de rue, c’est toujours ça de pris. Elle était tellement scotchée de me voir qu’elle est restée collée au mur. Ça, c’est  « l’effet Sister ».

 

 

En revanche, en continuant un peu plus loin, j’ai repéré qu’ici je risquais de ne pas être en odeur de sainteté vu ce qu’on réserve aux têtes connues. Afin de ne pas perdre la mienne, j’ai préféré couper court à la balade.

 

 

Quel dommage ! J'ai loupé l'attraction locale. Ah vraiment je m'en veux. Toute cette route vers les origines pour échouer si prêt du but, c'est trop bête.

 


Comme on m’a dit d’aller voir ailleurs si j’y étais et de monter là-haut sur la colline de l’attendre avec un bouquet d’églantines, j’y suis allée de bon cœur et là, paf ! Je tombe sur une ovniport ! Hé bin mon cochon ! Il manquerait plus que je me fasse enlever par des E.T. venus dans le coin pour une histoire de forces telluriques alors que je n’ai qu’une bouteille de crème solaire indice 60 à leur proposer. Ça ne mène pas loin sur l’échelle de Richter.

 

 

 

Il était temps pour moi de retrouver la civilisation, je sentais que je n'étais pas à ma place en ces lieux de perdition. D'ailleurs, voyez comme je suis sur la bonne voie... My highway to hell...

 

 

 


Sister "finalement Paname en août, c'est pas mal non plus"

Partager cet article

Repost0
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 01:35

 

Vendredi soir, je me suis dis qu’il était temps que j’aille faire l’acquisition du GPS que mes parents m’ont offert pour mon anniv’. Pas trop facile de choisir,  alors finalement j’en prends un correct au prix ajusté à mon budget serré. Franchement, ils se ressemblent tous, sauf les tarifs, y’a des tas d’options que je n’aurais peut-être jamais utilisées alors autant faire simple.

 

Puis je grimpe à l’autre étage du magasin pour chercher un bouquin qui manquait à mon cheptel : « Bilbo le Hobbit ». Bah oui, j’ai la trilogie depuis longtemps et il me manquait celui-là et il faut savoir prendre l’histoire dans le bon ordre tout de même.

 



Bref, afin de tester mon joujou tout neuf, je lui demande de me trouver la route pour « les terres du milieu », histoire de faire le lien avec l’anneau tout ça, tout ça.

 

Hé bien, vous me croirez si vous voulez, mais le Jean-Jean (qui s’appelle Jacques ou Catherine en fait, mais je ne veux pas vous dévoiler tout le suspens de la voix qui cause), il n’a pas été fichu de me trouver le parcours adapté, ni en express, ni à pied, ni sans péage, rien ! Punaise, je crois que je me suis faite avoir !

 

Si en prime il n’est pas fichu de me trouver le quai pour rejoindre Harry (celui du balai, pas le mec qui rencontre Sally), je sens que je vais encore louper le coche, ce serait ballot. Mes vacances sont foutues, c’est clair.

 

J’avais pourtant vu qu’il y avait une option Europe ou Monde, mais rien sur extension pour l’Empire du Milieu ou le Royaume de Poudlard… c’est mal fichu ces trucs haute technologie, j’vous l’dis ma bonne dame, y’a rien de mieux que les étoiles pour se repérer… ou alors faut rester chez soi tranquille.

 

Allez, je m’éclipse une petite poignée de jours, soyez sages… ou pas    :D

 



Sister « troll on the road again… again… »


 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 12:04

Il y a quelques temps, j’avais pondu un petit article sur le thème, vous pourrez vous rafraîchir la mémoire ici. Et comme j’ai reçu l'illustration ci-dessous par mail (merci frangin) alors j’ai eu envie de vous  la faire suivre. Désolée pour l’auteur, ne le connaissant pas, je suis incapable de mettre un lien pour lui rendre hommage, enfin le cœur y est.

 


 

Juste parce que l’humour fait mieux passer les choses graves, soyez tolérants et évitez l’homophobie, ça ne sert à rien. Bon, moi aussi les gays (mecs) m’énervent parce qu’ils font rien qu’à "pécho" les plus beaux spécimens mâles et si ça continuent comme ça, je vais devoir me travestir pour continuer à draguer. N’empêche, les hétéros devraient s’en inspirer un peu. Attention, pas toujours et pas pour tout ! Je vais légèrement baliser le terrain des principes de base : être clean (hygiène irréprochable, pas de cheveux gras ou de col de chemise douteux), bien sapé (oubliez la chemise de bucheron élimée ou le t-shirt collector de Johnny), montrez-vous prévenant (un peu l’esprit des gentlemen d’antan), soyez ouverts à la culture (arts divers et variés, histoire et connaissances en tout genre) sont quelques exemples de choses qui plaisent.

Ce n’est pas un sésame absolu, mais ça aide. Bon, je ne veux pas caricaturer les gays non plus, il y a parmi eux des beaufs notoires, n’empêche que chez les « minets » parisiens, leur côté propre sur eux et soigné plait bien à la gent féminine qui leur accorde volontiers une oreille attentive et une bienveillance protectrice, à défaut d’accéder à leur couche (le plumard hein, pas les Pampers).

 

Si vous trouver que j’abuse, que je stigmatise, que je chie dans la colle ou que vous avez moult autres griefs à m’infliger, n’hésitez pas, j’adoooore ça ! Grrrrr !

 


Sister « who’s bad? »

 

Partager cet article

Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs