Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 03:13

En cette période de vœux, de bonheur partagé et de bonnes résolutions, je devrais moi aussi vous souhaiter une excellente année 2014. Oui, mais non. Non, parce que je n'y crois plus du tout.

Nous sommes à peine le 5 janvier et je viens déjà d'apprendre des saloperies de mauvaises nouvelles qui me gâchent la vie, alors merde, merde et re-merde ! J'en ai marre de cette vie de merde !

 

Pourquoi cette saloperie d'existence s'échine-t-elle à nous saloper le boulot ? On fait de notre mieux pour que tout se passe bien, pour qu'on réussisse et quand on commence à voir un peu le bout du tunnel, tout nous pète à la gueule de nouveau ! Nan mais c'est quoi cette putain de vie de chiottes ?!

 

11954220161423934091h0us3s Sign danger toxic.svg .hi

 

J'avais un taf que j'aimais bien et avec une équipe géniale, ça fonctionnait comme sur des roulettes et là, d'un coup, en fin d'année, on me dit que bon, mon contrat ne sera ni renouvelé, ni transformé en CDI, après 2 ans 1/2 de bons et loyaux services, ça s'arrête là. Basta.

Quoi ? Je fais gagner un max de blé à la boîte, je ne suis jamais absente, j'ai les félicitations de mes supérieurs et on me dit qu'il n'y a plus les budgets ? Que comme je suis la dernière arrivée, c'est à moi de partir ? Bullshit!!! Crise de nerfs, j'ai envie de péter la tronche du salaud qui a décidé qu'il fallait réduire les effectifs juste pour satisfaire les actionnaires. On maintien les pistonnés incompétents, on dissuade ceux qui voudraient partir en retraite avant l'heure et moi, moi qui ne demande qu'à rester, moi qui suis super "corporate", moi on m'oblige à me barrer alors que j'étais un élément apprécié de tous. Saloperie d'injustice pourrie !

 

Autre domaine foireux, les proches. La santé de ma mère s'étant améliorée depuis peu, je lui déniche des places de concert (très bien situées, donc très chères) pour l'artiste qu'elle aime, sachant qu'elle n'est quasiment pas sortie de chez elle depuis des décennies et a passé plus de temps à l'hosto que dans sa maison depuis plus de 3 ans. Le dernier spectacle qu'elle ait vu devait être Jacques Brel ou les Beatles et là, pour une fois, y'avait moyen, avec moult précautions, mais jouable. Bah oui, mais non. Là aussi, alors que le show est pour le 11 et qu'elle devait se faire opérer le 14, la chirurgienne l'a appelé hier pour lui dire qu'elle devait avancer l'intervention au 9. Non mais non et re-non ! Bordel mais qu'est-ce que j'ai fait à cette planète pour que tout foire comme ça ? Je vais être obligée de revendre à la va-vite ce qui devait être son méga cadeau de Noël.  

 

Et ce soir, cerise sur le gâteau, le coup bas qui m'achève, le truc que je n'ai pas du tout vu arriver, le coup de pute ultime.

Mon complice, acolyte et super mâle alpha m'invite à dîner dans un resto sympa, juste nous deux. Bon, on cherche à stationner pendant 40 minutes, pas de place, on va donc au parking (4€/h). Je lui donne son petit cadeau de Noël et il me donne le mien, je suis trop contente, on ne se trompe jamais sur nos goûts respectifs. Arrivés au resto, complet on se rabat sur un autre, pas moyen non plus. Bref, c'était pas gagné pour manger sur Paname un samedi soir sans réservation. On arrive à trouver un truc, mais bilan mitigé. Tant pis, alors que je le ramène chez lui, j'espère que nous finirons la soirée plus intimement et j'ai prévu le nécessaire pour passer la nuit dans son appart'. Oui, lui que je convoite depuis plusieurs années et espère arriver à faire passer du côté obscure de ma force pour qu'il comprenne que nous deux, ça serait juste génial, lui qui peut me faire rappliquer ventre à terre et en qui j'ai toute confiance. Alors que j'étais toute guillerette et que nous discutions dans la voiture, il m'annonce, au fil de la conversation, qu'il a une copine régulière depuis quelques mois. Quoi ? Euh comment ? J'ai pas dû bien comprendre là ! Y'a un bug, oui, c'est ça, j'ai buggé. Fatal error 404. Brain not found. Game over. D'un coup, je ne savais plus quoi dire alors j'ai menti - chose que je déteste - en disant que j'étais contente pour lui. Sauf que je n'étais pas crédible, donc ça sonnait faux, mais que pouvais-je dire d'autre ? Je n'avais qu'une envie, lui attraper la bouche et ne plus en décoller. Lui prouver par A + B qu'il allait chercher chez une autre ce qu'il aurait en mieux chez moi, que nous sommes tellement compatibles que cette évidence n'a pas à être remise en cause, elle saute aux yeux. Mais voilà, d'un coup il y avait eu un tsunami de doute, de profonde tristesse et d'insondable écœurement dans mon crâne et mon système nerveux. Pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi tant de violence dans l'impact avec si peu de mots - anodins - prononcés. C'est horrible et d'une douleur si grande. Des millions de questions se bousculent dans ma tête, je me sens comme envahie par un mélange amer de sentiments et par une sorte de colère, une envie de crier que non je ne mérite pas ça, que je ne veux pas de cette résignation face qui s'impose à moi comme un couperet, implacable et irréversible.

 

Je suis effondrée. Ce qui devait être une soirée de réconfort et d'espoir pour recouvrer des forces qui m'aideraient à surmonter le reste, n'est que l'impression qu'on m'a enfoncé un peu plus la tête sous l'eau.

 

Là je suis seule, face à mon PC et j'écris ces lignes comme on dilue un poison, dans l'espoir de le rendre moins toxique. Sauf que cette fois, trop d'organes sont atteints : mon cœur saigne, mes mains me semblent inutiles et mon cerveau est embrumé de doute.

 

2014 commence et a ouvert toutes mes plaies. Comment continuer à avoir la foi en un monde meilleur, en des lendemains qui chantent et en l'idée du bonheur ?

 

Je suis anéantie. J'en ai marre. Je m'épuise.

 

 

 

Sister of Night

 

Chronique 05012014 Chronique 05012014

Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 20:25
 

L'astre nocturne brille haut et nous baigne de son léger halo.



Je suis hautement soluble dans le petit matin

Une étincelle de lumière, je suis déjà loin

N’observez pas ainsi mes courtes canines

Si l’aube trop claire me rend un peu chafouine

Oiseau de nuit je suis, ange des ténèbres je reste

Pour m’enfuir au moindre souffle, je suis la plus leste

L’accueil n’est pas en cause, si ainsi je me sauve

J’ai gardé là en moi, ce réflex de fauve

Ami ne condamne pas, mon drôle de rituel

Souviens-toi que je suis… en partie virtuelle…

 

 

Soudain la quiétude nocturne est réveillée par un éclair diffus.

 
 

Sister « l’insoutenable légèreté de mon être »

Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 01:24
.
Episode 1

.
Je ne sais pas vous, mais moi j’ignore totalement d’où il sort ce mec ? D’abord, c’est qui ce Valentin ? C’est pas un peu périmé comme prénom ? Ni ce qu’il a fait de sa life pour mériter que chaque année des millions de couples copulent en son nom.
.
Que Clara M., Tiffanie H., Rocco S. et autres stars post-W et pré-Y obtiennent le même résultat, rien ne me choque, ils sont là à dessein (oui, à des seins aussi, mais tel n’est pas le propos), à chacun son job.
.
N’empêche, l’autre « fleur bleue » là, il a inventé la capote goût choco ? Il était un Don Juan pour midinettes avant qu’on invente les boys bands ? Il a été pondu par des commerciaux, comme le Père Noël pour M. Propre ?
M’en fout comme de l’an 40 (qui pour l’info, n’a pas connu les casques à pointe, c’est un 40 d’avant, y’en a eu plusieurs figurez-vous), j’irai même pas voir chez Wiki s’il y a des choses sur lui. M’en cogne.
.
Il y a différents cas qui se présentent à vous pour affronter cette journée sereinement, c’est pourquoi je vais développer une sorte de « saga de l’hiver », histoire de vous aider à choisir votre camp (si vous le pouvez) et à déjouer les pièges de cette date aussi dangereuse que la « journée de la femme ».
.
Aujourd'hui, étudions le 1er cas de figure : vous êtes seul(e), en solo, célibataire endurci (ou durcissant à l’occasion). Bref, vous n’avez pas de partenaire attitré(e) et dûment homologué(e). Voici quelques portraits disponibles (n’hésitez pas à commander votre taille ou la couleur de votre choix), à vous de voir dans lequel vous vous reconnaissez ou celui qui vous conviendrait le mieux. Enjoy.
.
1ère option : vous faites le mort.
.
De toute façon, vous n’avez personne en vue et envie de rien, pour vous c’est une journée aussi tragique que les précédentes et pas moins que les suivantes. Vous allez donc devoir vous planquer pour éviter les potes qui font les marioles et se croient plus malins parce qu’ils ont leur « régulière » et aussi la promesse de faire des galipettes contre un resto avec leur belle.  Nan, vraiment, mettez-vous au vert sinon vous devrez affronter les railleries diverses et variées : « Hé hé ! Tu vas encore te taper un tête à tête avec la Veuve Poignet ? ».
.
2e option : vous employez la méthode dite « de Jean-Claude DUS ».
.
Il va falloir essayer de persuader tout le monde que vous êtes « sur le point de conclure », que vous avez repéré une minette qui est déjà a moitié ferrée par votre charme inimitable et que vous n’avez plus qu’à la cueillir, c’est une question de minutes. Votre verve de super tombeur ne la laissera pas indifférente, c’est du tout cuit ! OK, ça c’est le pipeau qu’il faudra monter à vos potes. Ensuite, rentrez chez vous en douce, ne répondez plus au téléphone, ne vous connectez pas à MSN ou ailleurs, ne bougez plus une oreille. Vous pouvez aussi aller mater MTV cher McCrado en essayant de pas vous faire pincer par une connaissance qui passerait par là et serait au courant de votre gros bobard.
Pensez aussi qu’il faudra trouver encore une autre cabane à monter aux copains pour expliquer que ça n’a pas fonctionné, elle n’était pas prête à s’engager dans une relation comme la vôtre, patin, couffin.
.
3e option : vous optez pour la ruse.
.
D’un commun accord avec une vague ancienne amie de classe ou une collègue qui se fait chier autant que vous, vous décidez de monter un bateau aux langues trop bien pendues. Oui, ce soir vous sortez, oui, avec quelqu’un que tu ne connais pas Maurice, oui maman, c’est un mec sympa, nan je ne te le présente pas, c’est trop tôt.
Ensuite vous pouvez feindre la comédie du bonheur dans un resto bondé de tourtereaux pur jus qui, comme vous, auront payé une fortune pour un fagotin de haricots verts qu’ils ne toucheront presque pas.
Puis chacun rentre chez soi proprement et se mate un film de boules pour se finir à la va-vite, sans oser le dire à l’autre qui en crevait d’envie aussi.
C’est net, sans bavure. Ça donne le change. Vous aurez quelque chose à raconter le lendemain sur votre lieu de travail ou au bistrot.
.
4e option : « Hé vas chier toi et ta St Valentin de merde ! »
.
Vous avez décidé d’entrer en rébellion et d’envoyer vertement paître ceux qui voudraient, à grand renfort d’arguments éculés, vous convertir à la grand-messe du bonheur absolu et de l’amour à l’eau claire.
En cherchant un peu, vous trouverez sûrement d’autres adeptes de cette abstention de simulation de la vie en rose. Ainsi retrouvez-vous au café d’à côté ou chez l’un d’entre eux pour vous défouler sur sa PS2 ou vous goinfrer de pizza tiède en éclusant quelques bières.
Version fille ça donne une poignée de copines célibataires militantes pour le droit à se faire fourrer dans la joie et la bonne humeur, mais quand bon leur semble et uniquement à cette condition. Elles sont gavées à « Sex & the city » les minettes maintenant, faut pas leur faire à l’envers.
Bref, opération « soirée pyjama » à mater Brat Pitt (kiétrobo !) ou George Clooney (kètrokrakan !). Le tout en mangeant des bâtonnets de carottes crues et des amuse-gueule d’endives sauce yahourt et décoré d’alfalfa. Youpi ! Ouais, même qu’on peut faire la fête sans les mecs et que c’est vachement fun aussi.
On peut aussi se faire une soirée Tupperware version jouets adultes, ça permettra de comparer ce qui fonctionne bien, ce qui ne vaut pas la peine, ce qu’on voudrait tenter, etc.
.
A suivre…
.
J’ai quelques autres portraits à vous confier, mais le 14 n’est pas encore là… vous en aurez pour votre pesant de mélasse.
.
Sister « blague à tiroirs ».
.
Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 23:00
.
Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui a débuté le 35e festival de la BD. Un rendez-vous sympathique où l’on croise des tas de dessinateurs en tous genres. Fort bien.
.
N’empêche, si je vous dis « bande dessinée », vous pensez : bulles, petites cases, couleurs, dessins, format haut mais peu épais*, graphisme, scénario, etc. Vous, oui, parce que vous faites parti du commun des mortels dotés d’un cerveau en bon état de fonctionnement.
.
Or, les gens du service communication de la SNCF, eux, viennent d’une autre planète, probablement la même que ceux de chez GDF. Car quand on leur parle de 9e art, ces branquignoles pensent gros bouquins avec beaucoup de texte dedans et carrément sans le moindre minuscule gribouillis, crayonnage, ou image. Ni même de cadre dans les pages. Rien que des mots sans l’ombre d’une illustration. Alors moi je dis : « Au secours ! Misère, qu’on les enferme ces pedzouilles ! Ou qu’on leur greffe un neurone de secours, je ne sais pas, mais il faut faire quelque chose et vite ! ».
.
Voyez comme la photo représente bien une bande dessinée typique. Ils sont très forts !
.
Ainsi, si l’envie vous prend de monter dans un train en direction d’Angoulême, ne dites pas que vous allez vers la capitale du « dessin littéraire », ils ne savent pas à quoi ressemble une BD.
Si vous avez une définition simple et claire à leur fournir, je pense que cela serait utile.
.
Comme on dit : un petit dessin vaut mieux qu’un grand discours.
.
.
.
Sister « qui aime coincer la bulle »
.
.
*les mangas étant l’exception qui confirme la règle.
.
Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 23:41
.
Oui, ce titre est terriiiiiiblement racoleur et accrocheur, voire provocateur, ou encore carrément torride. Je le sais.
.
Oui, il est un peu de tout ça et c’est à dessein (nan, pas des seins, ne mettez pas la charrue avant les bœufs, bande de cochons).
.
Mais il me faut bien régaler un peu les pervers et les curieux qui viennent sur mes pages en cherchant à mater des petites culottes (qu’ils ne sont pas prêts de trouver ici) ou voir ce qui se passe sous les jupes des filles (pour tenter cette piste, cliquer ) ou pour se régaler les mirettes avec des bas nylons (suivez le guide).
.
Version petite résille sobre. Noir, toujours et encore : noir.
.
Ainsi, parce que c’est Noël (si si, encore un peu), j’ai décidé de vous offrir un morceau de mes replettes guiboles batifolant dans la position qu’elles préfèrent. J’en profite d’ailleurs pour vous dire qu’il est bien difficile de faire le poirier en tentant de tirer un cliché correct de la séance. Pff, un sacré exercice d’équilibre !
.
Option "saucisson de Lyon", reste plus qu'à l'accrocher au clou.
.
Ah vous vous attendiez à autre chose ? Plus « sex, drug & rock’n’roll » ? Quel dommage, vous allez devoir vous contenter de votre imagination et d’autres sites plus adéquats pour visionner des nanas en plein exploit de souplesse corporelle et exposant à qui mieux mieux leurs compétences de gymnaste du plumard ou d’avaleuses de sabre sans arme blanche.
Promis, je suis aussi pratiquante et pas uniquement croyante en la matière, sauf qu’à l’opposé de certaines soft-porn-stars, je ne diffuse pas mes séances de galipettes sur le Net. Vous devrez vous contenter les imaginer derrière votre écran et continuer à lire mes récits à la « mords-moi le nœud ». Ce n’est déjà pas si mal finalement.

.
Avouez que vous en rêviez ? Oui, mais vous êtes adultes maintenant, il est temps d’arrêter de croire au Père Noël, n'est-ce pas ?
.
À tous, je souhaite une bonne et heureuse année 2008.
.
.
Sister "rendez-vous l'année prochaine"
.
Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 00:56

.

Parfois certains mots, réveillent d'autres maux. Faut-il laisser la peine nous envahir ou redresser la tête et faire face ? Affronter bien sûr ! Prendre sur soi et ne pas s'effondrer. On ne sort jamais indemne de ces épreuves, on encaisse, and still walking...

.

Parce que la vie est aussi faite des coups qu'on se prend dans la tronche, n'oubliez jamais qu'on doit toujours se relever, parce la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie.

.

Des centaines de chansons parlent de souffrance et quelques mordus d'entre vous (DM of course) auront reconnu les paroles citées en titre. Pour ceux qui voudraient en savoir plus, dites-le et je donnerai la réponse dans les commentaires.

.

Le morceau dont j'ai choisi de rappeler ici les paroles, est encore plus symbolique et je le dédie à ceux qui doutent et ne doivent pas baisser les bras, car d'autres les aiment.

.

Don't give up (Peter GABRIEL feat. Kate BUSH)

in this proud land we grew up strong
we were wanted all along
I was taught to fight, taught to win
I never thought I could fail

no fight left or so it seems
I am a man whose dreams have all deserted
I've changed my face, I've changed my name
but no one wants you when you lose

don't give up
'cos you have friends
don't give up
you're not beaten yet
don't give up
I know you can make it good

though I saw it all around
never thought I could be affected
thought that we'd be the last to go
it is so strange the way things turn

drove the night toward my home
the place that I was born, on the lakeside
as daylight broke, I saw the earth
the trees had burned down to the ground

don't give up
you still have us
don't give up
we don't need much of anything
don't give up
'cause somewhere there's a place
where we belong

rest your head
you worry too much
it's going to be alright
when times get rough
you can fall back on us
don't give up
please don't give up

'got to walk out of here
I can't take anymore
going to stand on that bridge
keep my eyes down below
whatever may come
and whatever may go
that river's flowing
that river's flowing

moved on to another town
tried hard to settle down
for every job, so many men
so many men no-one needs

don't give up
'cause you have friends
don't give up
you're not the only one
don't give up
no reason to be ashamed
don't give up
you still have us
don't give up now
we're proud of who you are
don't give up
you know it's never been easy
don't give up
'cause I believe there's the a place
there's a place where we belong

 

Sister "Saint-Bernard 24h/24, week-end et jours fériés"

Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 23:47

Ce logo n'est pas forcément un label de qualité, ni le grand méchant loup, c'est un mix des deux.

.

On en voit partout et le phénomène va en s’empirant. Pas moyen d’y échapper, nous sommes cernés !

.

Bien sûr, l’exemple le plus répandu est celui de la cigarette : fumer tue, provoque le cancer, raccourcit votre vie. OK, cela paraît pertinent, surtout quand on sait que les cigarettiers cherchent à viser la cible des 9 - 13 ans. Oui, vous ne rêvez pas. À 11 piges, ils sont déjà très nombreux à y avoir goûté et pas mal y resteront accros à vie.

.

Pour la femme enceinte, on a : l’alcool qui provoque des malformations et des accouchements prématurés.

Celui-là a d’ailleurs bien failli ne jamais voir le jour, du fait des lobbies surpuissants des producteurs de vins et spiritueux qui bataillaient bec et ongles pour le faire interdire. Arguant que ce serait la mort du petit commerçant, ah ma bonne dame, on fait pas des métiers faciles, patin, couffin. Les pauvres, on irait presque les plaindre…

Donc mesdames, même si votre grossesse vous désespère ou que vous souhaitez l’étouffer dans l’œuf (si je puis dire), hé bien ne vous cuitez pas. Interdit de se pinter, de se mettre minable ou de vous piquer la ruche. Cela ne fera qu’aggraver les choses. Prenez votre mal en patience, ça passera (en moins de 9 mois, c’est garanti sur facture).

.

Comme c’est de saison, je rappelle que baiser sans capote peut donner le sida, la syphilis, une sale chaude-pisse, une blenno’, un chancre mou, un staphylocoque doré et j’en passe ! Au mieux, tu peux provoquer l’état cité plus haut.

.

Une fois que le mouflet est arrivé, il a droit aussi à son lot de risques potentiels. On lui recommande le « parental advisory » pour écouter certains artistes, utiliser des jeux vidéos, ou regarder certains films alors qu’il verra cent fois pire aux infos ou sur Internet.

Qu’est-ce qui est plus nocif pour sa santé psychologique ? Dégommer un dragon avec sa console ou se faire racketter au collège ?

.

Soulignons également en vrac :

- conduire provoque des accidents

- boire entraîne l’envie d’uriner

- manger des fayots génère des flatulences

- regarder trop la TV conduit à la décérébration

- se goinfrer de chips vous pousse vers l’obésité

- écouter Sarko provoque des crises de nerfs

- voter Ségo décrédibilise le pays

- ne pas éteindre la lumière fait des trous dans la couche d’ozone

- ne pas se laver mène au célibat

- trop marcher donne des ampoules

- bloguer entraîne une addiction

- dépenser vous rend plus pauvre

- parler donne soif.

.

Vous voyez, les risques sont partout et même en restant chez vous à ne rien faire, vous n’êtes pas à l’abri ! Glander provoque la somnolence par exemple.

.

Je suis persuadée que le Dalaï Lama aussi encourt un risque certain. Peut-être un mauvais atterrissage lors d’une lévitation ?

.

Ah, au fait, les avertissements manquent parfois. Je pense notamment aux téléphones portables sur lesquels on devrait graver en gros caractères que cela donne le cancer ou provoque des dégénérescences neurologiques. Mais non, là c’est silence radio, on ne vous le dira pas. On ne peut pas se permettre d’entacher un marché de plusieurs milliards d’utilisateurs et dont le taux de renouvellement et la vitesse d’obsolescence sont aussi élevés. Une vraie grosse poule aux œufs d’or !

.

Les mises en garde santé ont donc des limites, celles des supers profits…

.

.

Sister « deux minutes avant de mourir, il était encore vivant »

 

Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
27 juillet 2006 4 27 /07 /juillet /2006 01:16

Désolée chers admirateurs, mais aujourd'hui, avec la chaleur étouffante, le boulot à écluser avant d'aller se dorer la pilule à rien branler (les orteils dans le sable, le nez dans les embruns), le papotage intensif sur MSN et toutes les petites choses quotidiennes... du coup, j'ai pas fait mes devoirs de blog et donc pas d'article du jour à vous mettre sous la dent.

Exceptionnellement, je sors mon joker ! Juste un extrait d'un site mentionné dans le pavé de recommandation à gauche de votre écran. Le matin, lire une ou deux conneries de cet acabit permet de partir sur une note positive pour la journée. Tenez bon, l'attente ne sera pas longue.

#3968 (+) 132/180 (-)
<NeiK|JeSuisPumpItUp> Bientôt au bac
<NeiK|JeSuisPumpItUp> Y'aura plus la mention bien etc...
<NeiK|JeSuisPumpItUp> Y'aura des smileys
<NeiK|JeSuisPumpItUp> :D = très bien
<NeiK|JeSuisPumpItUp> :) = bien
<NeiK|JeSuisPumpItUp> :s = assez bien
<NeiK|JeSuisPumpItUp> -_- = passable
<NeiK|JeSuisPumpItUp> :O = rattrapage
<NeiK|JeSuisPumpItUp> ,,|,, = raté

Sister "demain : un article dédié sera au menu"
Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
26 juillet 2006 3 26 /07 /juillet /2006 13:18
« Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste ».
William Shakespeare - Le songe d'une nuit d'été
" Le seul moyen de se débarrasser d'une tentation, c'est d'y céder. "
Oscar Wilde
"Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche"
Michel Audiard
"Ce ne sont pas nos aptitudes qui décident ce que nous sommes, ce sont nos choix"
Albus DUMBLDORE
Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 23:48
 
Voici une petite expérience à laquelle je m’adonne assez souvent. Il n’y a rien d’extraordinaire, le principe est très banal mais l’effet est plutôt saisissant.
 
Vous marchez, dans la rue ou ailleurs mais attention, pas dans une situation pouvant être dangereuse. Juste simplement marcher quelque part.
Puis vous fermez les yeux et continuez à avancer. Doucement, en prenant votre temps, en comptant vos pas, en sentant votre corps en mouvement.
Bien sûr vous ne pourrez pas tenir plus de quelques mètres à moins d’être dans un environnement très sûr. De plus, l’envie d’ouvrir les yeux est très forte, l’habitude des « eyes wide opened » aussi.
Vous recommencerez, plus souvent, dans d’autres situations, en d’autres lieux.
Cette sensation est étrange, donne une impression de flottement dans l’espace, d’évoluer différemment.
Il n’est pas question de se mettre dans la peau d’un non voyant (quoiqu’un peu quand même), ni de se moquer. Ce handicap est déjà assez lourd comme ça. Mais ces gens développent une sensibilité différente. Quand l’un des 5 sens est touché, souvent l’un des 4 restants va se renforcer. Pas forcément pour combler le manque de la faculté perdue mais juste parce que la nature a horreur du vide.
 
A chaque fois que je m’accorde ces quelques instants « d’absence », j’ai l’impression d’être un peu hors du monde, loin de tout, juste plongée dans mes pensées, concentrée sur mes pas, sur ma vie qui avance et moi qui tente de la suivre. Elle me dépasse parfois et je la contrains de temps en temps à me talonner. Echange de bons procédés.
 
Voilà, ce ne sont que quelques instants suspendus à la pénombre de mes yeux mais cela fait du bien de ne plus se poser de question et de se laisser guider, comme ça, doucement, vers un futur sur lequel on a si peu de prise et dans lequel on place pourtant tellement d’espoir.
 
Sister « en appesanteur »
Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sister of Night
commenter cet article

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs