Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2006 2 22 /08 /août /2006 02:08
.
J’y ai cru, vraiment.
.
J’aimerais y croire encore.
.
Pourquoi m’avoir bercé d’illusions pendant 12 jours et me reprendre si brutalement mon rêve ?
.
Il m’avait fallu du temps pour me faire à l’idée, pour accepter le changement et les bouleversements à venir. Petit à petit, j’avais fait le travail de préparation mentale et au moment où tout semblait se mettre en place, où j’étais prête à lancer la grosse artillerie, plus rien.
.
Espoir déchu, retour à la case départ.
.
J’aimerais être guidée et surtout comprendre, mais je n’aurais pas cette chance, il paraît que c’est la fatalité.
.
Sister is game over - Fatal error - Unmatched query - No way found - Désolés, nous ne pouvons donner suite à votre demande.
.
Pourtant, le timing était bon, la configuration impeccable, tout avait l’air « en place ». Je voyais même des signes un peu partout qui m’encourageaient.
.
Comment cela peut-il s’arrêter ainsi, en queue de poisson, tel un mauvais film trahissant définitivement la pauvreté de son scénario.
.
Lâcher-prise, zen attitude, totale maîtrise de soi, aucune remord inutile…
Ouais, bah c’est facile à dire tout ça ! Là, je suis davantage dans l’émotion de la colère, dans le sentiment de foutage de gueule, dans l’envie d’envoyer tout balader en lançant un tonitruant « MERDE ! » à la cantonade (et à celui qui le lira, comme le veut la tradition).
Je n’en ferai rien malgré tout. D’abord parce que je suis une fille bien élevée (trop peut-être) et parce que cela n’avancerait pas à grand-chose, voire s’avérer pire que le mal si cela venait à envenimer la situation déjà complexe à gérer.
.
Alors, je vais ravaler ma rancœur, mettre mon orgueil au placard avec mon mouchoir dessus, parce qu’il vaut mieux. Puis assimiler le truc, tenter de « digérer » l’affaire, à défaut de pouvoir la faire disparaître par un souffle magique. D’ailleurs, quand est-ce qu’on installera la fonction « delete memory » dans un coin du cerveau ? Une version plus speed que celle qui opère d’office par l’usure des ans ou l’apparition - plus ou moins précoce - d’Alzheimer.
Cela permettrait d’éviter de polluer les pensées avec le souvenir des erreurs du passé. De plus, si on apprend de ses échecs, j’aimerais bien savoir ce que celui-ci est censé me révéler ?
.
Oui, je n’avais aucune prise sur l’issue du « projet » et je n’ai donc aucune culpabilité à ressentir si le résultat est négatif et si tout l’édifice s’écroule, part en sucette, tombe à l’eau, etc.
N’empêche, c’est rageant et assez désespérant.
.
Tomber, se relever, c’est le jeu de la vie… jusqu’au jour où l’on ne se relève pas, où la chute est trop brutale. Le corps, trop épuisé pour redresser la barre pour maintenir le cap vers la victoire, préfère se laisser dériver, couler lentement, se faire dévorer par les flots de tristesse.
.
 Si vous n'arrivez pas à dormir, vous pouvez toujours compter les moutons...
.
J’ai perdu une bataille, pas la guerre… pas encore.
.
.
Sister « poursuivons le combat ! »
.
Repost 0
20 août 2006 7 20 /08 /août /2006 23:24
.
À la plage :
.
Elle est huilée comme un beignet, parfum monoï bien écoeurant. Une heure côté pile, une heure côté face, histoire d'impressionner les collègues de bureau.
« Même le vent me fait bronzer ».
.
Il ne met pas de crème solaire parce qu'il adore jouer avec les potes à qui sera le plus cramé. C'est marrant, en plus après ça pèle et on ressemble à un lézard qui mue.
« J'veux pas d'ta pommade à la con, ça c'est pour les tapettes ! »
.
Elle se plonge avec avidité dans les magazines « peoples » pour tout connaître des pseudo-célébrités qu'elle envie. Si on lui parle de Céline, elle pense à la marque de sacs à main, mais n'a jamais entendu parler de Louis-Ferdinand.
« Il n'est pas sorti avec Paris Hilton ou Ophélie Winter ? »
.
Il fait des pompes sur le sable, parce que ça fait viril et qu'il se la pète grave.
« Hein Bibiche, que tu te sens protégée avec des bras pareils ? »
.
Elle ne se baigne jamais parce que son bikini lui a coûté la peau des rouleaux une petite fortune et qu'elle ne veut pas l'abîmer. Même s'il sera démodé dans quelques semaines et donc immettable l'année prochaine.
« En plus, l'eau est vachement froide et y'a des algues dedans ».
.
Il va piquer une tête à peine arrivé sur la plage et juste après avoir avalé sa pizza merguez-chorizo et ses bières tièdes du midi.
« L'hydrocution ? C'est quoi encore ce truc ? Me fais pas chier avec tes conneries, t'es pas ma mère ! ».
.
Il improvise un foot avec d'autres types et peste sur les gamins qui font des châteaux de sable.
« Peuvent pas faire des pâtés chez eux les gosses ! »
.
Il rentre son ventre quand une jeune femelle bien roulée vient à passer dans son champ de vision qui, comme chacun le sait est encore moins étendu que ses facultés mentales. Toutefois, il sait faire preuve d'une attitude gentleman en toute circonstance.
« Hep, toi la blonde ! Y'a du monde au balcon dis donc ! »
Impossible de les voir ici, ils vont immanquablement sur les côtes bétonnées et hideuses de la Vendée ou La Grande Motte peut-être ?
.
Au resto :
.
Elle veut aller dans un établissement gastronomique juste parce qu'il y a vue sur mer. De toute façon, elle est toujours au régime et reste persuadée que les fruits de mer sont bourrés de cholestérol.
« Bon, bah je vais prendre une salade de chèvre chaud ».
.
Il a horreur du poisson, il en avait mangé étant petit et n'avait pas aimé. Depuis, il n'a jamais retenté l'expérience, pas même avec les bidules panés ( vous savez, ceux qui ont les yeux dans les coins).
« J'hésite entre steak-frites et saucisse-frites ».
.
Elle veut de l'eau pétillante, mais avec pas trop de bulles. Ou alors du « light », mais avec des fruits.
« Et le jus de goyave, vous l'avez pas à l'aspartam ? ».
.
Il ne boit que tu Coca ou à la rigueur un rosé. Il n'y connaît rien en vin, il pourrait s'enfiler une immonde piquette sans broncher.
« A l'apéro, les ca'huettes et le petit jaune, c'est sacré ! ».
.
En courses :
.
Il va à la boutique de pêche et se prend pour un pro, alors il achète plein de matériel qu'il utilisera à peine.
« Bonjour, je voudrais des asticots pour pêcher à la mouche ».
.
Elle va sur les marchés, juste pour parader avec son paréo et ses tongs assorties, ou se promener avant d'aller à la plage. Elle n'achète jamais de produits frais, c'est trop long à cuisiner.
« On va seulement à l'hypermarché, ça va plus vite et c'est pareil ».
.
Elle ne peut pas s'empêcher d'acheter des babioles, colifichets et autres conneries décoratives au black qui vend depuis des années les mêmes objets sur tous les marchés de France et de Navarre.
« Euh, le bracelet rasta, vous ne l'auriez pas en rose ? »
.
 
Vous voyez que je n'invente rien, vous en connaissez sûrement, vous aussi ! Ou alors vous en avez croisé cet été. Je sais qu'on est toujours le "beauf" de quelqu'un alors je vous ai dépeint les miens.
.
.
Sister "les crevettes grises, vous ne les auriez pas en plus grosses ?"
 
 
 
Repost 0
19 août 2006 6 19 /08 /août /2006 23:58
.
Me voilà bien embêtée depuis que j’ai fait l’acquisition d’un petit ustensile très pratique pour flinguer sans vergogne toute forme d’insectes volants nuisibles : mouches, moustiques, Sarko, etc. Quoi ? Comment ça, le Sarko ne vole pas ? Meuh si enfin, ouvrez un peu les yeux, c’est même le plus nuisible, vous n’avez pas vu tout ce qu’il a pris dans vos poches ? Bah faudrait faire gaffe un peu à vos affaires, il s’agit bien d’un pickpocket à l’échelle nationale, c’est dire s’il est hautement nuisible !
.
Ainsi, cet objet est une « tapette à mouche ». Or, vous le savez comme moi, les insultes à caractère homophobes sont interdites et le délit est passible de 3000 € d’amende. De plus, je ne voudrais pas froisser les gays, car j’ai beaucoup de respect pour eux puisque je reste fidèle à mon grand principe de vie : « chacun fait de qu’il veut avec son c.. ».
.
 Gros plan sur l'objet du délit
.
Mais alors, comment vais-je devoir appeler cet outil fort pratique ? Il me faut le rebaptiser pour ne pas risquer d’y laisser mon P.E.L. si cela venait à tomber aux oreilles des sbires du Sarko et de sa milice armée jusqu’aux dents prête à bondir.
.
Si vous avez des suggestions, je suis preneuse. Pour l’instant, je propose:
- le « claque-mouche »
- the « fly killer »
- le « ma main dans ta sale tronche de drosophile »
- le « plasti-insectes »
- le « voltig’-stop »
- le « no fly at home »
- le "tape et tue"
- le "paf la mouche", "sproutch le moustique ", "boum l’araignée"
.
Vous voyez, il y a de quoi faire, mais je ne trouve pas vraiment de truc percutant !
.
C'est quoi encore ce bordel qui traîne. J'arrive pas à lire, j'ai pas mes lunettes.
.
Celui qui me propose « la main du queer » ou le « PD frappeur », je lui colle une mandale virtuelle qui viendra lui chauffer les oreilles, quelque chose de sévère !
.
.
Sister « tape tape petite main »
Repost 0
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 00:51

.

Comme j'ai pas grand-chose de solide à me mettre sous la plume (subite crise de flémingite) alors autant y mettre du liquide.

.

Voici ma petite citation du jour : "L'alcool est un ennemi, celui qui fuit l'ennemi est un lâche".

.

Pourquoi vous faire méditer sur cette phrase en plein été ? Parce que c'est la période où l'on boit le plus (j'en sais quelque chose !) et surtout, j'ai fait une incroyable découverte durant mes vacances. En effet, sous vos yeux ébahis, je vous apprends ici et maintenant (c'est mieux qu'ailleurs et plus tard, vous en conviendrez comme moi), en breton, cidre se dit "sistr" ! Oui, oui, vous avez bien lu, ma boisson favorite (juste avant la Guinness), s'écrit bien comme Sister, mais sans le "e" (je me demande bien ce qu'ils en ont fait du "e" ? Il doit être noyé au fond du verre).

.

Comme quoi j'étais prédestinée quelque part...

.

Pour la peine, avis aux plus pochtrons d'entre vous, une petite question bonus :

Quelle boisson appelle-t-on "fond de culotte " ?

.

Je paye l'apéro à celui (ou celle) qui donne la bonne réponse.

.

.

Sister "à consommer avec modération et jamais plus haut que le bord"

.

Repost 0
15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 23:10

Pour ceux qui m'ont cru morte : raté !

.

Pour ceux à qui j'ai manqué : arrêtez, vous me faites rougir...

.

Pour ceux qui viennent d'arriver : bienvenus au club !

.

Pour ceux qui n'ont pas pris de vacances : j'ai une pensée émue et compatissante...

.

Pour ceux qui se demandent pourquoi je n'ai pas mis plus d'articles en ligne (en différé) : parce que j'avais ma valise à faire (of course) et un max de boulot (tombé au dernier moment, pff) !

.

Pour ceux qui attendent les photos chaudes bouillantes : patience...

.

Pour ceux qui ont un terrain à vendre en Pays bigouden : j'achète !

.

Pour ceux qui aimeraient avoir ma recette de la langoustine-mayonnaise : si vous me le demander poliment...

.

Pour ceux qui trouvent que cet article est une pure arnaque : gagné !

.

.

Sister "dorée comme un petit croissant au beurre (salé)"

Repost 0
11 août 2006 5 11 /08 /août /2006 01:12
 
. 
Notre Crosoft qui est aux cieux,
que ton « www » soit sanctifié,
que ta connection vienne,
que ton download soit fait
sur IE comme sur Linux.
Donne-nous aujourd’hui,
Notre surf de ce jour.
Pardonne-nous nos peer to peer,
Comme nous pardonnons les « error 404 »
A nos FAI qui nous ont offensés.
Et ne nous soumets pas à la tentation de l’ADSL
Mais délivre-nous de la hot-line.
Car c’est à toi qu’appartiennent
Les pages Web, les blogs et la Mule
Pour des mégahertz et des gigabits. Encore.  
. 
. 
Sister "petit prêche pour âmes en perdition"
Repost 0
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 01:23
.
GARP : Groupement d’Abrutis Résolument Prétentieux
.
- Allo les Assedic ? J’appelle concernant la mise en demeure que vous avez adressée à Monsieur L.
- Oui, vous n’avez pas proposé la Convention de Reclassement Personnalisé alors nous vous réclamons la somme de 3507,41 €
- Mais si, ça a été fait l’année dernière lorsque l’entreprise a fermé
- Nous n’avons pas la preuve que vous l’avez transmise à votre salarié
- Bah, pourtant on vous a envoyé aussitôt la lettre de licenciement économique qui en fait mention
- Le dossier CRP n’a pas été reçu dans nos services
- Effectivement, ça c’est normal, le salarié n’a pas souhaité y adhérer, c’est son choix, non ?
- Il nous faut l’attestation sinon on vous envoie en procédure judiciaire
- Restons calmes. Le patron a pris sa retraite, la société n’existe plus et comme le salarié ne voulait pas souscrire à cette proposition, ils n’ont pas gardé les documents
- Pourtant, il nous les faut
- Vous le faites exprès ? Je vous dis qu’ils sont partis à la poubelle il y a plus d’un an, que voulez-vous qu’on fasse de plus ?
- Vous n’avez pas répondu à notre courrier précédent alors maintenant il faut payer
- Comment ça ?!? Vous demandiez une attestation sur l’honneur (sic) du chef d’entreprise qui vous jurait avoir fait tout le nécessaire dans le temps imparti, nous vous l’avons transmise
- Ce n’est pas suffisant, il nous faut la copie du récépissé signé par le salarié
- M’enfin, on ne va pas vous l’inventer, ce fichu bout de papier a été signé, mais comme - a priori - il ne servait à rien à l’époque, il a été jeté
- Alors, vous devez payer la contribution et les pénalités
- Ça ne va pas non ! Tout a été fait dans les règles de l’art, c’est déjà bien assez de paperasserie et un an après vous continuez à nous harceler. Y’en a marre, on va saisir le Tribunal Administratif ou le Conseil d’Etat, je ne sais pas, on en peut plus !
- Tant pis, je transmets votre cas au service contentieux
- Vous n’avez pas le droit ! C’est inadmissible de pourrir comme ça la vie d’un honnête commerçant retraité en exigeant toujours de nouveaux papiers. Vous n’avez que ça à faire de nous réclamer l’impossible ? Vous êtes des grands malades ! Clac !
- Clac.
.
Et voilà comment depuis 13 mois, un brave gars tremble chaque jour en allant chercher son courrier et vit dans l’angoisse d’une lettre recommandée. Pourtant, pendant plus de 40 ans, il a toujours payé rubis sur ongle ses taxes : URSSAF, TVA, IFA, IS, Taxe Pro, Taxe d’apprentissage, TVTS, etc. + le GARP bien sûr !
.
.
Pendant ce temps, les grands patrons envoient des milliers de têtes de bétail de travailleurs à l'abattoir pointer au chôm’du et se retrouvent ensuite promût ministres ou s’en vont faire la même chose dans un autre groupe, empochant au passage un parachute doré (24 carats au moins !) et semant la terreur des salariés sur leur passage. Les cost killers sont impitoyables ! Il en va de la satisfaction du Saint Actionnaire.
..
.
Sister "au secours ! L'Administration veut ma peau !"
.
.
P.S. : Petite piqure de rappel, le super-moche-hideux logo de l'ANPE a coûté la modique somme de 2,4 millions d'euros, il faut donc bien trouver l'argent quelque part... dans nos poches !
 
Repost 0
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 00:31

.

Au large ! Citoyens ! Prenez, vos baluchons ! Marchons, marchons, qu’un vent plus pur, embaume nos naseaux.

.

Je suis venue vous dire que je m’en vais, que vos sanglots n’y pourront rien changer.

.

Dès que le vent soufflera, je repartira, dès que les vents tourneront, nous nous en allerons (de requin).

.

You lying, trying waste of space. My oh my. A song to say goodbye.

.

Hé bé si avec tout ça vous n’avez pas pigé que je prenais quelques jours de repos loin du blog, c’est à désespérer ! Je rends mon tablier d’internaute !

.

Soyez sages, pas trop de bêtises, je reviens avec plein de belles photos : Sister fait des pâtés de sable, Sister boulotte une crêpe aux pommes caramélisées, Sister se la pète en dos crawlé, Sister nue sur les roches bretonnes, Sister ne veut pas revenir au pays des Parisiens débiles, Sister est totalement accro aux fruits de mer… Sister fait une rechute due au phénomène de manque d’Internet et revient sagement au bercail… parce que vous le valez bien !

.

Sister "vous me manquez déjà !"

Repost 0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 02:56
.
Depuis le 25 juin 2006, le blog d’AnT - Monsieur « Inedire » - ne montre plus signe de vie.
.
On le croyait mis sur « pause » pour prendre quelques jours de vacances bien mérités, mais ce repos s’éternise et après plus d’un mois d’inactivité, on peut estimer qu’il est tombé dans un coma profond.
.
Pendant toutes ces semaines, j’ai tenté de le maintenir en vie. L’oxygénant, comme je pouvais, de quelques blog-à-blog de souffle vital, ou par le biais de sa boîte de dialogue. Cela n’a pas suffi.
.
J’ai pu joué un peu les infirmières grâce à mon assiduité à regarder « Urgences » (E.R. pour ceux qui préfèrent la V.O.).
« Allez, on lui fait chimie, iono, les gaz du sang, bandelettes urinaires et on lui passe 3 milligrammes d’atropine en I.V.
Où en est son Glasgow ? Vite, il fibrile ! On est en train de le perdre ! Bon, on charge à 400, on dégage ! Bling ! Bling ! ».
Malheureusement, c’est toujours l’encéphalogramme plat, pas de pupille réactive à la lumière, mouvement réflexe néant. Toutefois, comme il n’a pas signé de demande de non-réanimation, il n’est donc pas à l’ordre du jour de le débrancher. D’ailleurs, seul AnT a le pouvoir de vie ou de mort sur sa création. On peut le dire, il est carrément Dieu Le Père, c’est lui le taulier, on n’a même pas à moufter sur ses décisions ou son immobilisme.
Quelques soubresauts, à peine perceptibles, ont pourtant été repérés. On sent très bien toute l’énergie de l’auteur qui se dégage encore dans ses pages savoureuses.
.
Lors d’une interview exclusive et non publiée à ce jour, il me confiait qu’il ne faisait ça que pour lui, parce que c’était son bon plaisir et qu’il se fichait pas mal des avis extérieurs.
.
Doit-on en conclure que, comme l’amour qui s’émousse avec le temps, en matière de blog aussi, un jour : « tout passe, tout lasse, tout casse » ?
.
Oui, il ne nous doit rien.
Oui, nous ne sommes personne pour « réclamer » la réanimation de son site.
Oui, chaque jour des blogs naissent, vivent et meurent sur la toile sans que grand monde s’en émeuve.
Oui, mais !
Car il y a un mais.
Avez-vous vu le nombre de visites quotidiennes que ses articles génèrent encore ?!?! Son score au blog rank et sur Blogue Parade sont toujours aussi bons.
D’ailleurs, des fois, on se tire un peu la bourre, c’est marrant. AnT à la corde et Sister qui remonte le peloton des blogeurs acharnés !
.
J’y pense, si ça se trouve, des commentaires sont peut-être encore postés par-ci, par-là, au gré des pages, mais ne seront jamais lus par leur destinataire. Triste.
.
Comme le suggère Fabienne, il est possible que le Phénix renaisse un jour de ses cendres.
.
Possible également, qu’après s’être tant investi dans ce projet, la surconsommation d’Internet ait généré un phénomène d’écœurement et qu’il soit désormais important de mettre un peu plus de distance avec l’ordinateur pour repartir, plus tard, sur de bonnes bases et avec un rythme moins soutenu.
.
Je ne sais pas si, comme il l’indique, son blog fait maigrir ou rétablit la démocratie, mais une chose est sûre, il soigne la morosité et les petits coups de blues. Sans parler du terrible phénomène d’addiction qui se fait sentir immédiatement. Et ce ne sont pas les dizaines d’internautes qui viennent encore hanter ses écrits qui me diront le contraire. Espérant leur dose d’humour grinçant, décalé ou revendicatif. Puis, constatant que la page d’accueil est toujours inanimée, referme la fenêtre comme on repousserait la porte d’une pièce vide.
.
Si quelqu'un, quelqu'une, a un jour la chance de croiser furtivement l'homme qui nous a fait partager ses instants de vie et son immense culture, qu'il/elle lui dise qu'on espère juste qu'il va bien et qu'on le remercie pour tout.
.
.
Sister "Just hang on, suffer well, sometimes it's hard, it's hard to tell"
 
 
Repost 0
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 23:50

Il est parfois des situations où il est bon d’avoir le réflexe d’une pirouette rapide, au moment propice, pour éviter de justesse l’assurance de tracas dans un futur proche.

Vous êtes invité quelque part, vous savez qu’il y aura telle ou telle personne, sans pour autant connaître toute la liste des participants.

Aucun piège ne vous est tendu, a priori c’est « mer calme, ciel bleu, vent faible ». La rencontre s’annonce sous les meilleurs auspices. 

Vous vous rendez dans les lieux, la fleur au fusil, la bouche en cœur, il n’y a pas d’épreuve en vue.

 

 

 

Soudain, en approchant du groupe, vous apercevez LA personne que vous ne voulez pas rencontrer, du tout, jamais plus jamais, celle que vous redoutez de revoir le plus au monde.

 

Pour des raisons personnelles, ou parce que vous savez que tout nouveau contact sera à coup sûr l’élément déclencheur d’un conflit qui risque de pourrir la soirée de tout le monde, il vous faut fuir.

 

Oui, facile à dire, mais comment y parvenir discrètement ? Que faire dans cette situation périlleuse ? Un triple salto arrière suivi d’une vrille en piqué ? Non, cela attirerait à coup sûr l’attention et vous devez éviter absolument de faire des vagues.

 

Il suffit de tourner les talons d’un geste naturel - genre vous n’avez rien vu - et repartir en sens inverse, l’air détaché et la démarche souple.

.

Puis rentrer chez soi en se disant qu’on a frôlé l’incident diplomatique majeur ou la catastrophe notoire. Vous pouvez aussi aller faire une petite séance de shopping pour exorciser l’épisode douloureux de votre mémoire en focalisant sur le fait qu’il a été évité de justesse. Grâce à votre prompte réaction et analyse vive et efficace de la situation, ainsi que de la conduite à tenir pour ne pas s’y empêtrer.

 

 

Le lendemain, penser à s’excuser auprès de votre hôte (ou hôtesse) en trouvant des arguments convainquant pour justifier de votre absence ou dire la vérité, toute la vérité, dites : « je le jure ». La franchise est toujours à favoriser, surtout lorsqu’on n’est pas un bon menteur, cela évitera d’avoir à se souvenir du subterfuge utilisé pour toute rencontre ultérieure ou question subsidiaire sur le problème.

 

Sister « on l’a échappé belle ! » 

 

Repost 0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs