Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2006 6 15 /07 /juillet /2006 23:33
1 moteur google ma web cam prend du jus
1 moteur msn bi-polaire
1 moteur google mulder+fox+scully
1 moteur google sting personnalite
1 moteur google "traces rouges" selles
1 moteur google sting+personnalit?
1 moteur google "confession de zidane"

 

 

Vous jugerez vous-même de la grande pertinence et de la qualité des résultats obtenus. Ceux qui sont venus chez moi par ces moyens ne doivent pas être déçus des réponses qu'ils y ont trouvé.

Et encore, il y a peu, j'avais le droit à des trucs dingues qui citaient Pasqua, blonde et petite culotte, jeune fille bien foutue (oui, ça c'est flatteur, je garde volontiers), drogue, seringue, etc. Ca fait rêver n'est-ce pas ?

Bon, je vous tiens au courant dans ce même article si jamais d'autres perles viennent émailler mes statistiques.

Soyez sages, en faisant vos recherches sinon vous allez faire rappliquer tous les débiles profonds, psychopathes et autres hémorroïdaires dans mes pages et je ne saurai pas quoi en faire.

Sister "allo, non c'est un faux numéro"

.

Ajout du 24/07/06 : apprécier les perles cachées dans la sélection. Que du bonheur !

2 moteur google facette serpent jouet
2 moteur google dana scully
2 moteur yahoo personnalit? multiples facettes + sister of night
2 moteur aolfr avatars canards
2 moteur google scarabee gonflable
2 moteur google sister of night + gastronomie
1 moteur google les qualit?d'un baby sister
1 moteur google pose de facettes tarif
1 moteur google y a pas l'feu au lac
1 moteur google bouche et langue de pute
1 moteur google dicton les dollars ne se mange pas
1 moteur yahoo sister of night
1 moteur google blog filet slip dentelle
1 moteur yahoo sister of night + over blog
1 moteur google sister of night + odin
1 moteur google sister of night
1 moteur google tourner 7 fois ma langue dans sa bouche
1 moteur ask unmatched query
1 moteur google tresse ton dessous de plat
1 moteur google baby sister tout savoir

 .

.

Ajout du 19/08/06 : j'ai mis en rouge les plus étranges.

Visites Moteur Mot-clef
2 moteur google sister of night
1 moteur google trentenaire en string
1 moteur google french kiss avec la langue
1 moteur yahoo magasin fly ?erblay
1 moteur google truc creme de trayon
1 moteur google tour de magie + lame de rasoir + truc
1 moteur google pique et pique et colegramme
1 moteur msn sister
1 moteur google truc d?rrasser grenouille
1 moteur google ma langue dans ta langue
1 moteur google personnalit?imite calme

Ajout du 30/08/06 : de plus en plus fort !

Visites Moteur Mot-clef
2 moteur lycos ex copine nue
2 moteur msn sister sister
1 moteur google christine bravo nue
1 moteur google seance bronzage kaysersberg
1 moteur google pri? des geek
1 moteur google traces rouges claires dans les selles
1 moteur yahoo patte d'oie d'herblay
1 moteur yahoo ant?nultieme
1 moteur google les/voisines+photos+nue
1 moteur google on dirait qu'?t'g? de marcher dans la boue! paroles
1 moteur yahoo question de personnalite
1 moteur google multiple facette de la personnalit?
1 moteur msn totalement nue et bronz?
1 moteur yahoo comment faire une affichette a coller dans les magasins
1 moteur google colegramme
1 moteur google mon ami ne me donne que des connerie comme amuse-bouche
1 moteur google unmatched query
1 moteur google sting ficelle dessous
1 moteur google belfort night
1 moteur google bene toute nue

Je me demande qui est cet ex qui me recherche ? Comment peut-il être possible que des gens cherchent à voir Christine Bravo nue, ce sont des fous ?!?! Sans parler des phrases entières qui me laissent particulièrement dubitative...

Ajout du 21/09/2006 :

1 moteur google discours bien cuit
1 moteur yahoo infirmiere
1 moteur google photos viande saoule
1 moteur msn au revoir coll?es
1 moteur google pantalon blanc moulant sans rien dessous
1 moteur google faut il mentir?
1 moteur google chez.sister
1 moteur google "l'argent ne se mange pas"
1 moteur google "apercevrez que l'argent ne se mange pas"
1 moteur google brunes irlandaises nues
1 moteur google le jour plus long que la nuit
1 moteur google langue de vip? dicton
1 moteur google eurock
1 moteur google "madeleine au miel"
1 moteur google dicton amerindien
1 moteur yahoo petite chaudasse devant une bagnole tunning

Et si je propose une madeleine à une chaudasse en pantalon blanc qui fait des discours bien cuits les longues nuits accompagnées d'irlandaises brunes nues, alors je fais exploser mon blog rank ?

.

Ajout du 4 décembre 2006 :

C'est la fête ! Les internautes se lâchent totalement et finissent sur mon site. C'est beau la technologie.

Visites Moteur Mot-clef
8 moteur msn grosses vaches cochonnes
7 moteur google unmatched query
4 moteur google sister of night
3 moteur google sisterofnight
3 moteur msn miss meteo
2 moteur msn pate papo bol suisse
2 moteur altavista photos persos nus masculins
1 moteur google liste poisons
1 moteur google personnalit?liste defaut
1 moteur google 3615 code kinenveu deschiens
1 moteur google multiples solitudes
1 moteur google sister nue
1 moteur google douleur consentie
1 moteur google le futur nous presse le passe nous retiens, c est pour cela que le present nous
1 moteur google "rome ne s?est pas fait en un jour" féminin
1 moteur google personnalit?ue
1 moteur google j'aime mettre des bas nylon
1 moteur google c'est la night
1 moteur google enfile la petite
1 moteur google "j'aime celui qui r? l'impossible" commentaire
1 moteur google noel arnaque commerciale
1 moteur google feuilleter le calendrier dieux du stade 2007
1 moteur google facette personnalit?
1 moteur yahoo g?ntophilie
1 moteur google qui fait les costumes de dave gahan?
1 moteur google savonnette dieux du stade 2007
1 moteur google ( se promener en jupe sans culotte)
1 moteur google qui si frotte s,y pique
1 moteur google vocabulaire amerindien
1 moteur google bas nylon et seduction

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2006 5 14 /07 /juillet /2006 16:38

Aujourd'hui c'est férié, je ne vais donc pas trop de torturer le neurone en cette époque caniculaire.

Je vous propose donc un petit jeu, voici un nouvel objet mystère que j'ai découvert grâce à l'émission Karambolage. Ce petit programme culturel et divertissant, comme il en existe trop peu à mon goût, est une mine d'informations sur les différences (ou rapprochements) de nos modes de vie entre Allemands et Français.

Voici donc le bidule dont vous devrez reconnaître : le nom et l'usage.

En un demi tour, il se bloque pour éviter que son aiguille centrale ne vous blesse en l'attrapant. Bien foutu ce truc !

Ici, un indice s'affiche sur votre écran. Si vous ne trouvez pas, alors c'est à désespérer ! Fauve a l'air perplexe, on la comprends, vous-même êtes peut-être dans le même état. Toutefois, dans son cas, ce serait plutôt parce qu'elle cherche la poule qui a laissé traîner ça. Cot... cot... cocorico !!! Ferveur nationale tout à fait de rigueur.

Elle peut pas ranger ses affaires ! Me voilà coincée entre le grille-pain et ce machin. Pff, quel bordel ici.

Il est vrai que je déplore un peu la fin de l'utilisation de la guillotine, car j'aurais bien aimé faire "éternuer dans la sciure" mon satané boss pour les sévices qu'il me fait subir quotidiennement. J'aurai ma vengeance, je la prépare, il ne l'emportera pas au paradis.

A vous maintenant, lâchez-vous, ça fait du bien. Toutes les conneries sont les bienvenues. Ce sera un blog à tendance physique quantique... la réponse est bonne ? Peut-elle être correcte ? A moins que la question elle-même n'ait pas existé.

Sister "le doute m'habite"

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2006 4 13 /07 /juillet /2006 00:16

 

Le pourquoi du comment de l'énigme qui vous taraude. Lorsque vous venez ici, que vous n'y voyez rien de nouveau, vous vous dites alors : « Tiens ? Y'a pas d'article ce soir, elle ne devait rien avoir à dire ».

Erreur ! Grossière erreur ! Sachez, apprenez, notez, cher lecteur, que lorsque je ne publie pas de texte, ce n'est jamais parce les idées me manquent, mais juste parce que je n'ai pas eu le temps de les mettre en forme pour qu'elles soient compréhensibles un minimum.

Chez moi les conneries fusent en permanence, les coups de gueule ou les délires aussi. Bon, pour instant, vous ne pouvez pas vous en rendre compte totalement, car je suis assez tranquille dans mes articles. Pourtant, si vous me connaissiez en vrai... vous seriez subjugués ! Quoi, j'me la pète ? Mais oui, totalement et je le revendique haut et fort ! Ah petit scarabée, un jour, peut-être, au fil de mes lignes tu comprendras de quelles conneries je suis capable.

Ainsi donc, amis geeks, il y aurait une vie hors en dehors de l'ordi' ? Quelle angoisse ! Que de promesses aussi ! Finalement, il faut oser franchir le pas, se lancer pour aller voir à l'extérieur. Oui, toi le djeun qui joue à "wow" une bonne partie de ton temps, quand tu ne racontes pas ta life dans ton blog avec des photos de tes potes geeks aussi. Sans parler des heures passées à tchater. Ouaip, je connais, même en n'étant plus tout à fait dans la case [15-22] ans, je pratique aussi.

N'empêche, je t'assure qu'il se passe des trucs derrière ton écran et qu'on peut même rencontrer en vrai les personnes qu'on a péché sur le Web. C'est fascinant ! Un monde plein d'inconnus et d'activités pour lesquelles on n'a pas besoin d'un clavier et d'une souris.

Je m'en vais te conter une aventure merveilleuse !

Once upon a time... oui, ça commence toujours comme ça les belles histoires.

Ce soir, j'ai rencontré un bouquin qui se confiait à livre ouvert, petit, pas impressionnant, avec même des photos dedans, pff, un mickey quoi ! Et pourtant, il m'a raconté une affaire bizarre, mélange étrange avec des personnages pas ordinaires...

Une demi-douzaine de crânes d'oeuf qui se faisaient rouler dans la farine, un grand qui avait du bol et des lames de fond qui a embrouillé le tout en buvant du petit lait, il voulait se sucrer sur leur dos. Deux heures après leur rencontre, une nouvelle entre en scène, elle tombait au poil la Miss Téfole, une chaude en plus ! Elle te les a retournés en moins de deux. Un business rondement mené.

 

Voilà les résultats de mon enquête, j'ai raflé le suspect et ses complices. Pas facile de tirer au clair le fin mot de l'histoire, ça sentait la déconfiture. Pourtant, force est de constater qu'au final, j'ai coffré les coupables pour délit majeur et circonstances aggravantes : pêché de gourmandise avec préméditation ! Ca va bien chercher 6 heures de taule dans les entrailles de ma justice divine.

 Même sous la torture, je ne dévoile pas mes secrets de cuisine. Je ne suis corruptible qu'avec des diamants, z'êtes preneurs ?

 

Sister "le danger est partout, la vérité est ailleurs"

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 23:38

 

Hier, en aidant un copain à déménager, j'ai pu m'apercevoir de certaines choses.

 

Quelques points un peu négatifs, enfin des éléments à améliorer, si tant est que ce soit possible.

 

Deux étages ce n'est rien, mais pour une machine à laver, un réfrigérateur, un ensemble de cuisson, du mobilier et des dizaines de cartons, c'est énorme !

 

Son petit appart' n'était vraiment pas surchargé et pourtant, cela représentait un volume considérable. À vue de nez, il me faudrait un 38 tonnes pour faire pareil chez moi (et encore je n'ai pas d'enfant !). En fait, on garde trop d'objets, on se laisse envahir par les vestiges du passé, les babioles inutiles, les doublons, les bidules qu'on utilise jamais. Une conséquence évidente de notre surconsommation. L'accumulation de biens finit par nous ôter une grande part de liberté, il faut apprendre à se défaire des choses, à aller vers l'essentiel. Prochainement sur un site de vente hyper-méga-connu : la grande braderie Sister of Night !

 

Charger un camion, c'est comme jouer à Tétris, faut savoir empiler les petits cartons et caser les grands éléments en perdant le moins de place possible (pour éviter les trajets à vide ou presque), en fait, il faudrait presque schématiser les volumes et numéroter chaque boîte ou élément pour établir le remplissage optimal. Là-dessus, on était au top. 20 m3 tout ronds, du travail de pro.

 

Question aux fabricants d'électroménagers : pourquoi ne pas prévoir sur la « carlingue » des appareils, des encoches spéciales pour y glisser des sangles ? Cela permettrait un transport plus facile en évitant de se casser le dos parce qu'il faut se plier en 4 pour attraper l'engin par le bas, où il y a déjà à peine la place de glisser les mains.

 

J'ai également constaté des éléments très positifs et là, ça fait vachement plaisir.

 

Vivre à la campagne, dans une petite maison au calme est un ravissement de chaque instant. Moi, francilienne depuis mon plus jeune âge (non, cela ne remonte pas au siècle des Lumières), je n'avais jamais pu apprécier le vrai silence en plein air.

 

Là-bas, le hameau est tranquille, il n'y pas de voitures (zéro klaxonne, zéro claquement de portière, zéro soucis pour se garer ou circuler), ça, c'est le luxe suprême !

 

Pas d'avions au dessus de ma tête en permanence (Roissy, un jour j'aurai ta peau !) donc pas de kérosène qui nous tombe dessus et pourri les plantes comme nos poumons. Pas de rétro-réacteurs à fond quelques dizaines de mètres de mes oreilles.

 

D'ailleurs, le soir, on peut observer les étoiles sans les lumières parasites de la ville et en ayant vraiment la nuit sur soi, sombre, vraie, profonde. C'était presque la pleine lune, le spectacle était grandiose et pourtant simplissime.

 Entre chien et loup, l'astre mystérieux dans un paysage serein.

L'eau y est douce, pas besoin de la charger en chlore, on peut même la boire sans crainte ! Le jour où cela arrivera dans le Val d'Oise (station de pompage de Méry s/Oise), j'irai mettre un cierge, car elle est tellement dégueulasse et calcaire qu'elle provoque des irritations de la peau, des maux de ventre et j'en passe ! Un jour je me paierai l'audace de la faire analyser par un labo indépendant pour en connaître le verdict.

 

Voilà, il suffit d'une bonne dose de sueur, d'effort et d'entraide pour prendre un certain recul sur notre rapport aux objets et aux changements que nous impose la vie ou que nous choisissons.

 

Les personnes vont et viennent autour de nous et pourtant nous ne nous en formalisons pas. Par contre, les biens cristallisent davantage notre parcours, nos désirs, les efforts consentis pour les acquérir. Cela explique pourquoi nous trimbalons notre baluchon partout. Il est une extension de notre propre personnalité, un environnement rassurant, car nous le connaissons bien. Toutefois, comme en toute chose, l'excès nuit, n'oublions pas : « c'est la dose qui fait le poison ». Alors, j'ai compris la leçon, je vais libérer l'espace et mon esprit par la même occasion, dégager tout ce qui nest pas réellement utile.

 Un petit bijoux, un peu anachronique avec sa plaque bleue mais tellement belle ! Je veux la même !

Bon, bah il ne me reste plus qu'à me mettre au vert moi ! Si vous avez un terrain dispo dans le sud Finistère, ça m'intéresse.

 

Sister « l'eau, l'air, la vie »

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2006 5 07 /07 /juillet /2006 23:01

Un petit jeu amusant : le « avec ou sans »

Cette sympathique occupation est une idée originale de V&D (ne pas confondre avec VSD ou C&A, car eux officient 7 j. / 7), je les salue au passage : tchuss les djeuns.

Quel en est le principe ?  Il s’agit tout simplement d’observer une femme habillée d’un pantalon blanc de préférence, puis de deviner si elle porte un slip, un sting ou rien du tout !

Évidemment, ce « sport » d’observation ne peut se pratiquer que l’été, lorsque les couleurs claires et les tissus légers font leur apparition sur les postérieurs rebondis des demoiselles ou les fesses plates de leurs aînées.

Après, on peut affiner la partie en se demandant si la personne est rasée de frais ou si c’est l’anarchie sous les dessous. Cette étape requiert une étude très pointue du sujet et nécessite une approche à la fois discrète et efficace, tout en restant furtive pour ne pas attirer les soupçons. Si vous êtes repéré : c’est game over !

Tout le monde peut jouer alors tentez votre chance vous aussi. Attention, dans quelques semaines, ce sera trop tard.

Sister "slip kangourou, caleçon qui flotte, boxer moulant, string panthère ?"

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2006 3 05 /07 /juillet /2006 23:30
 
Ma nature épicurienne me porte traditionnellement vers notre incomparable gastronomie française, dont je sais apprécier les saveurs subtiles en vrai gourmet que je suis (pff, il n'y a même pas de féminin pour ce mot admirable car "gourmette", ça n'a plus rien à voir avec notre propos).
Pas la peine de la ramener sur la qualité de la cuisine italienne ou autre, je n'en démords pas, notre richesse culinaire est inégalée, c'est mon côté chauvin, je l'assume parfaitement.
Toutefois, il m'arrive de tenter des expériences inédites. Comme diraient certains, je me risque sur le bizarre... Même pas peur !
Ce fut le cas l'autre jour où j'ai testé un truc étrange : le steak de soja.

Ca a vraiment l'allure d'un truc prédigéré, voir même déjà pré-vomi... Bon appétit !

Juste un point sur l'appellation de cette préparation, totalement erronée, car, ce n'est pas parce qu'il a une forme ronde et est destiné à être poêlé, qu'il faut le confondre avec une belle bavette. Pff, n'importe quoi ces pseudo créatifs. Ils auraient pu se racler un peu la soupière pour dégotter un truc plus costaud, genre : « le protinasoja » ou encore « le sojapoilé », mais ils manquent cruellement d'imagination et d'audace. S'ils ont besoin d'un coup de pouce, qu'ils me contactent, mes tarifs sont carrément prohibitifs et proprement exorbitants, mais le jeu en vaut la chandelle quand il y a le succès à la clé.
Voici la bête dans sa phase "prêt à déguster", un bien grand mot en effet...
Je passe rapidement sur la composition (jus et protéines de soja), car on peut dire que, comme le tofu industriel, il s'agit d'une base neutre. Elle a donc le goût de la sauce qu'on lui adjoint. Pour mon test, j'ai choisi le plus basique, celui aux fines herbes.
Bon, déjà au déballage, la couleur et la texture m'ont plutôt fait penser aux « bouchées mijotées » de mon matou. L'aspect général rappelle un truc reconstitué, un amalgame pas très catholique.
Passons au goût maintenant. Sur la photo, vous pouvez constater qu'ils fournissent un petit sachet de sauce (un ersatz de béarnaise). La texture en bouche n'est pas agréable. Les tout petits morceaux hachés de cet agrégat sont durs, même carrément raides et caoutchouteux.
La saveur est correcte, sans plus. C'est mangeable, d'accord, mais l'intérêt gustatif n'est pas significatif. Honnêtement, pour un adepte du végétarisme, végétalisme ou autre, je comprends qu'il vaut mieux avaler ça que de générer des carences alimentaires. Pour les autres, on peut vivre sans tenter l'expérience.
De la même façon, quand on n'a pas autre chose ou qu'on suit un régime médical particulier, cela ne file pas la gerbe non plus et c'est mieux que rien.
Enfin, y'a pas à tortiller, ce pseudo steak ne rivalisera jamais avec mon onglet de Charolais, bien saisi sur le grill et juste relevé d'une pointe de poivre Sarawack et de quelques grains de fleur de sel de Guérande. Hum, j'en salive rien que d'y penser. C'est ça que j'aurais dû vous mettre en photo. Enfin, non, je vous laisse rêver à la saveur, à la finesse de la viande, à sa tendreté (oui, oui, je ne fais pas de câlin à mon beefsteak alors c'est le terme approprié). Bref, imaginez-le dans votre assiette et vous, prêt à le déguster... Arg, maintenant vous avez faim, c'est malin, va falloir courir chez votre boucher préféré pour satisfaire cette envie de gourmandise.
Sister "et une belle entrecôte, ça vous tente ?"
 

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2006 2 04 /07 /juillet /2006 23:15
Pourquoi un tel titre ? Par dégoût des mecs totalement bourrés qui se permettent de bousculer tout le monde, de faire tomber les filles qui, toutes absorbées par le spectacle, ne s’attendaient pas à sentir projeter sur elles 80 kg de viande saoule.
Le pire est que personne n’ose réagir, sous prétexte que les types deviennent souvent violents une fois qu’ils ont un coup dans le nez. Ils créent immédiatement dans la foule une vague de quasi-panique et de regards angoissés.
Sans parler de l’agacement généré par ces abrutis venant s’agglutiner aux meilleures places, si chèrement acquises par le fruit de nombreuses heures d’attente sous le cagnard, à rester debout immobile à ignorer toute envie de besoin naturel.
Bon, vous allez me dire : « ouais, et toi, au lieu de faire ta maline, dit nous un peu ce que tu aurais fait dans une telle situation ? ».
Il faut savoir que j’étais un peu en service commandé, en mission spéciale quoi, car je devais assurer la sécurité de personnes d’un courage absolu, car agoraphobes déclarées et pourtant assez « couillues » pour oser affronter plus de 10 000 djeuns assoiffés de son et de bière tiède. Me voilà donc dans la peau d’une body guard.
O.K. – Unit one, lesson one.
Repeat after me : "I’m not afraid, so, I’ll lui fumer sa race".
 
Premier assaut : un dodu très chevelu avec des lunettes vertes "peace & love" qui s’est littéralement vautré sur moi et forçait pour passer devant.
Je me suis retournée et droit dans les yeux, telle la louve protégeant ses petits (ouaip, j'me la pète grave), je lui ai dit fermement qu’il était hors de question qu’il passe ici. Il a insisté en poussant davantage, alors je l’ai attrapé pour l’envoyer plus loin, où il a tenté de poursuivre sa progression.
Plus tard, un grand blond jeune et torse nu, l’air complètement hagard, écartait violemment les gens pour s’imposer dans la foule. Il jouait des coudes et malgré ma tentative de faire barrage de mon corps, il est repassé par le côté pour se planter devant moi et surtout trop près de ma copine.
Oulà, ce n’était pas un truc à faire, me mettre de travers peut devenir assez dangereux. Je l’ai poussé là où il y avait moins de monde, mais il s’est retourné avec un air mauvais pour d’un coup faire volte-face et me tourner le dos.
Ah tu veux faire le malin, tu veux jouer à la méthode forte, OK tu l’auras voulu. Ni une ni deux, je lui ai planté l’ongle bien tranchant de mon pouce dans son flanc en remontant assez haut pour bien marquer la chair sans pour autant l’entailler afin de ne pas laisser de preuves. Il a senti la douleur aiguë sans se douter de son origine, mais n’a pas demandé son reste pour aller faire chier plus loin. Finalement, il a par trois fois failli se faire sortir par les vigiles postés devant la scène.
Ainsi, on a pu profiter du concert sans trop de problèmes. N’empêche que ça gâche quand même un peu la fête. Heureusement que le show était excellent, ça fait oublier le reste.
Mission réussie, objectif atteint.
Sister « faut pas m’faire chier, pigé ?! »
 
Ici Kaysersberg, preuve de mon passage par cette superbe région française.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 22:37
 
En ces temps de compétitions internationales, on s’ouvre davantage sur la vie qui suit son cours, gentiment ou pas, hors de nos frontières.
Hé oui, les étrangers qu'on trouve chez nous, poursuivis par des mesures Sarkoziennes aberrantes, vivent aussi dans leurs pays méconnus où là, ils peuvent être nationalistes s’ils le veulent et vouloir nous botter le c.. Comme quoi, on est toujours l’étranger de quelqu’un.
 
Qu’est-ce qui constitue cette différence ? La culture, l’histoire, les apports extérieurs successifs (invasions, religions, etc.), la géographie. Oui, entre autres, mais avant tout, la plus flagrante, la plus évidente, peut-être la plus attachante, c’est la langue.
 
Bien sûr la suprématie et l’étendue de l’anglais brouille pas mal les pistes. Ne pas confondre avec « brouiller l’écoute » qui n’a rien à faire ici, messieurs les contrepèteurs.
N’empêche que le petit jeu reste amusant : reconnaître la provenance territoriale du parleur.
 
Penchons-nous plutôt (oui, comme ça, un peu plus à l’oblique… parfait !) sur ce merveilleux organe qu’est la langue et ce qu’elle nous évoque.
 
1 - la langue maternelle : fondamentale ! Elle prouve, s’il en était besoin, que les parlottes intempestives sont bien le fait de la gent féminine, là-dessus, les chiennes de garde (qui ont trop tendance à l’ouvrir à mon goût) ne devraient pas démentir le principe.
 
2  - la langue bien pendue : qui risque, à force de beaux discours, de vous mettre un jour la corde au cou. Ces bavardages que vous trouviez charmants vont rapidement vous saouler, croyez-moi… sur parole !
 
3   - la langue de belle-mère : voir également les points 4 et 5. Il s’agit également d’une pâtisserie de catégorie « étouffe-chrétien », donc parfaite pour se débarrasser des grenouilles de bénitier auxquelles on voudrait faire boire la tasse.
 
4      la langue de pute : pour débiter des horreurs sur les collègues, les voisines ou, dans le meilleur des cas, pour donner quelques jolis coups sur la grosse veine bleue quand on en a marre des coups de main.
 
5    la langue de vipère : tss, pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes…
 
6    la langue de bois : cf. la presse française, les discours de nos hommes politiques, des organismes officiels. Les affaires qui s’étouffent d’elles-mêmes, les non-lieux, les barbouzeries (Made in Pasqua). Ne cherchez pas bien loin, y’en à partout et à tous les niveaux de pouvoir.
7   la langue morte : ne détermine pas que son peuple a été décimé, mais juste que dans la grande marche de l’évolution, celle-ci aura été oubliée et ne finira sa vie que dans quelques livres plutôt que quotidiennement sur des lèvres de ses concitoyens.
8   la langue de veau : pochée avec sauce piquante ou poêlée et servie avec du concentré de tomate ou encore des tas d’autres possibilités par . Au fait, si vous souhaitez me convier à votre table, sachez que je n’aime pas les trucs mous du type : quenelles, ris de veau, cervelle, foie (même avec des fèves au beurre). Ce principe s’appliquant aussi à la viande fraîche…
9   la langue du poète : que même que d’abord qu’on comprend pas toujours tout ou dans l'bon sens, mais qu’on est vachement content de savoir qu’il existe et qu’on peut l’apprendre par cœur dans les écoles. Oups, désolée, le mode « djeuns  qui tchatchent » s’est mis en route tout seul. Excusez pour la gêne occasionnée. La preuve : « Il y a une langue qui n'est la propriété de personne, qui est audible dans chaque ville, dans chaque région mais qui n'appartient à aucune ville ou région définie. C'est un nouveau soleil qui brillera là où était l'obscurité. Et... on la critique par fierté personnelle... parce que l'on connaît plusieurs... » Dante Alighieri (poète italien) 
Mais celle que je préfère, c’est la douce et subtile langue qui susurre, qui murmure, qui caresse d'un souffle. Parce qu’elle peut faire voyager, rêver ou alors étrangler par des mots acides.
Simplement parce qu’on la devine, au détour d’une commissure d'une lèvre ou d’un passage furtif sur la bouche de la personne qu’on convoite, qu’on cherche à séduire, qu’on observe discrètement. Dans le but ultime de faire se rencontrer les deux petits morceaux de chairs si tactiles, si réceptifs que leur contact engendre des répercussions immédiates sur tout le reste du corps. L’organisme est en éveil, en émoi, en pleine fébrilité. 
 
Sister « ah, le french kiss, on a jamais fait mieux »
 
P.S. : dans le cadre de notre rapprochement Franco-Suisse, voici une recette originale 
U.M.P. : parce qu’on ne donne pas de surnom par hasard, une explication sympa dans le deuxième paragraphe de cette page 
 
L.C.R. : ah vous voudriez bien savoir la tronche que ça a ce gâteau bizarre ?!? La réponse ici 
 
Pour les autres formations politiques, débrouillez-vous seuls, j’ai d’autres belles-mère à fouetter, moi.
 
 
 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 01:11
 
 
Bon, c'est pas l'tout mais il paraît que l'horloge biologique tourne. Du coup, étant actuellement dans la catégorie des « femelles » (oui de nos jours, tout peut changer), va bien falloir que je me décide à pondre, à enfanter, à mettre bas, à vêler (après les 20 kg de « bonus grossesse » on peut aisément utiliser ce terme), bref apporter à la surpopulation mondiale ma petite contribution personnelle.
 
Seulement j'suis pas motivée, mais alors pas du tout.
 
Pour sûr que c'est valorisant de créer de ses propres mains, euh non, les mains ça marche pas dans ce cas, de sa propre matrice (ouaip, pas terrible comme terme) un mini moi, une réplique approximative, un début de commencement d'être.
 
Mais après tout, qu'est-ce qui m'y oblige ? Rien !
Pourquoi devrais-je sacrifier mes nuits, mes grass' mat', mes week-end de glandouille, mes beuveries en bonne compagnie (masculine of course), ma liberté (de penser et autres) ?
 
Générer un héritier ? Bah, c'est pas sûr qu'il lui reste grand chose comme miettes lorsque le fisc se sera grassement payé sur mes maigres biens.
 
Transmettre un nom ? Pff, il peut en changer sans difficulté et n'étant pas de lignée royale ou de sang bleu, ça vaut « peau d'zob ». M'acheter une particule ? Oui, peut-être pour le business ou apparaître dans le « Who's who » et encore...
 
Les joies de la famille ? Bah pour l'instant, j'en suis pas convaincue. Oui mon enfance était géniale, pas sûre que j'arrive à être aussi performante dans mon rôle de mère. Oups, le mot est lancé !
Etre à la fois femme, amante, infirmière privée, cuisinière hors pair, employée modèle, gérante d'un foyer bien tenu et en plus rajouter la casquette de « maman », c'est la flippe totale les amis !
 
Quitter pendant près de deux ans (soit la moyenne d'après mes constats perso) la planète soirée, fiesta, sorties improvisées, juste pour élever une petite usine humaine qui bouffe, chie, dort et braille plus souvent qu'à son tour. Bof, pas très vendeuse comme option.
 
Ensuite on ne peut pas bouger sans trimballer une tonne de bidules divers et variés : l'attirail pour la bectance, les fringues de rechange, le lit, les couches, les lingettes, les produits anti fesses rouges, etc. Chaque déplacement prend des allures d'expédition. Va-t-il me falloir louer les services d'un sherpa pour toute virée hors du nid ? Le moufflet a plus de paquetage pour une journée que moi pour 1 semaine.
 
Et puis, y'a un truc auquel on ne pense pas. Il peut y en avoir 2 ou plus dans la portée ! Z'imaginez un peu ?!?! Je n'ai que deux bras moi ! Pff, ça devient ingérable ce truc. Je préfère manager une équipe d'une douzaine de types (même un peu bourrus) plutôt que de me trouver face à deux chiards hurlants. Oh la pagaille ! J'vais craquer en moins de temps qu'il ne faut pour dire David Hasselhoff (voir les Simpsons pour comprendre l'allusion).
 
Ce qui est amusant, c'est la conception, les coups à blanc. Moi je suis croyante (en l'amour un peu), mais surtout pratiquante ! Les tirs à gamètes réelles, c'est un sport extrême, vous ne trouvez pas ?
 
Ah si, y'a un avantage : le congé maternité. Soit 16 semaines loin du boss. N'empêche qu'on en profite pas, car avant le D-day, on est gonflée de partout, on fait pipi toutes les 3 minutes, on ne peut plus se bouger sans un Fenwick. Une fois qu'on a « dépoté le gluant » (merci Monsieur Gerra), on lui doit secours et assistance 24 h/24 et il ne se prive pas de vous le rappeler.
 
Bilan des opérations, actuellement les gosses des autres me suffisent. Les voir à dose homéopathique est encore dans le domaine de mes possibles. Pour le reste ? Wait and see. Y'a pas l'feu au lac comme disent nos amis Suisses.
 
L'instinct maternel ? Il semblerait qu'il n'était pas fourni dans mon pack de fille alors pour l'instant, futurs employeurs, non-géniteurs potentiels ou déclarés, potes complices de mes loisirs éthyliques, soyez tranquilles, pas de test positif en vue !
 
Sister « le plastique c'est fantastique »
Ici, Fauve (le matou le plus azimuté de la planète) dans ses oeuvres, escaladant l'étendoir par la face nord.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 01:29

On apprend toujours de ses échecs, voici ma leçon du jour :

Un convive heureux. Et après on viendra parler d'une terrible "vie de chien"...

- ne pas faire du camping au milieu du salon quand des dizaines de mouches y tiennent meeting

- ne pas accepter l'invitation quand il y a déjà toute la famille des potes de présente sur place

- vérifier qu'il n'y a pas plus d'un gamin dans l'assistance (et encore, c'est déjà risqué)

- trouver une bonne excuse pour repartir au plus vite dans l'après-midi du dimanche (de toute façon, y'a beaucoup trop de bouchons après 15 h au retour sur Paris)

- faire un cadeau qui se voit, ça impressionne plus les convives qu'une enveloppe (si garnie soit-elle)

- ne pas manger de merguez, non, plus jamais, il ne faut pas, du tout, bobo le ventre maintenant

- ne pas oublier une tenue pour la nuit sinon toute tentative hors du duvet est hasardeuse avec la smala autour

- penser à emporter des chaussures ad hoc, ici les champs ne sont pas "Elysées"... on dirait qu'ça t'gêne de marcher dans la boue...

- se motiver, en se disant que sur la route, il y a une chocolaterie divine, aux breuvages subtils et pâtisseries délicates. S'y presser en sachant qu'on ne voudra pas quitter le lieu reposant, alors qu'il le faut pourtant. Et se dire que pour ça, et juste pour ça, on reviendra peut-être, mais la prochaine fois avec un minimum de précautions : les potes et juste les potes.

Un instant de grâce, sous le soleil exactement... Un bonheur simple, calme, luxe et volupté.

Sister "y'a des limites à ma bonté"

Partager cet article

Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs