Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 23:44

.

Vous me connaissez, ici je souffle le chaud et le froid, j’alterne sans vergogne la connerie et la connaissance (si si, y’en a, cherche bien petit scarabée).

.

Pour le coup, c’est du sérieux, du lourd, du « pas comme d’hab’ », du questionnement de dedans de moi que j’ai (hum, oui, je parle le Skyblog des fois aussi, c'est l'avantage d'être polyglotte du Web).

.

Voici une photo d’une prune, oui d’accord, vous me direz qu’il n’y a rien d’extraordinaire en cela, qu’elle est finalement assez banale et que vous vous demandez ce que vous êtes venus foutre ici-bas. Pff, ça on est encore quelques milliards à chercher notre place en ce monde, mais tel n'est pas mon propos aujourd'hui.

.

Est-ce la "Fouliole" ou une autre variété ? Ce n'est en tous cas ni une Reine-Claude, ni une mirabelle.

.

Bref, ce n’est pas un jeu, il s’agit d’une véritable interrogation enrichie en « keskecè » dedans.

Ce fruit charmant, joufflu, un peu rougeot et sacrément appétissant cherche son nom, son espèce, bref son passé, sa généalogie, ses origines, osons le dire !

Il semblerait que certains anciens l’eussent nommé « Fouliole », qu’elle fût aperçue dans les environs de la Corrèze et qu’à part dans de très rares cas de passionnés fous furieux et éventuellement de biologistes ou autres savants qui étudient des trucs que nous, pauvres mortels, on imagine même pas que ça puisse exister quelque part, cette jolie petite prune ait disparu de la circulation.

.

Si vous la connaissez ou si vous avez déjà eu vent de son existence, prévenez-moi (voir en bas pour mon mail). Si en des temps reculés, des ancêtres vous avaient évoqué sa brève apparition dans leur verger ou si vous avez lu des livres très instructifs dans lesquels il n’y a pas d’images à colorier et où pourtant vous avez promené vos doigts agiles et avides de connaissances, vous avez le souvenir de ce petit minois fruitier charmant, n’hésitez pas non plus à m’évoquer cette émouvante rencontre.

.

Pour les autres, je vous laisse vous divertir avec cette image succulente qui vous mettra l’eau à la bouche. J’ai brièvement tranché les veines (qui ne saignent pas) de l’inconnue, l’ai écartelée pour finalement la faire reposer sur un lit de pâte sablée afin de mieux la mettre à dorer à feux doux et qu’elle développe alors cet intéressant goût amer et acidulé qui lui est propre. Elle sera sacrifiée sur l’autel de mon goûter. Et si vous ne me donnez pas son nom rapidement, je massacre toute sa famille. J’ai le prunier en otage alors faites pas les malins !

.

Elle n'a pas souffert, je l'avais tranchée vive avant de lui faire subir le suplice du 180° durant 60'.

.

Si un scientifique passe par ici, qu’il s’arrête, il doit être perdu. Je vais lui préparer un café, le rassurer sur la non-violence des lieux (sinon quelques mots qui jouent les caïds) et lui demander de bien vouloir se pencher sur cet épineux problème qui me turlupine (non ce n’est pas sale, le docteur vous le dira, ça ne démange même pas).

Alors ? On le trouve le nom de cette espèce en voie de disparition !

.

Ô prune, dans mon gazon tombée

Sur mon honneur, te retrouver

Grâce à Saint Web, je vais fouiner

Une bonne âme viendra m’aider.

.

.

Sister « en quête de spiritualité pâtissière »

.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 00:39

.

Bon, récapitulons. À moins d'habiter en Corse ou hors métropole, il faut avouer que depuis des semaines - voire des mois - la météo est catastrophique, les températures hors saison et le moral au plus bas aussi. Ranger les tongs ! Remiser les espadrilles ! Vive la botte en caoutchouc !

.

Non, je ne pratique pas le feetfucking sur marmottes synthétiques, juste que j'ai les arpions frigorifiés.

.

Du coup, j'ai ressorti (grâce à Ikéa), mes super pantoufles "pattes de yéti" parce que le parquet froid du petit matin, merci bien ! OK, c'est moche, mais c'est le meilleur moyen de ne pas se choper un rhume en plein été (sic !), car avoir la goutte au nez sur la plage (si toutefois on approche le sable sans doudoune et bottes fourrées cette année) est proprement inacceptable.

.

Ce temps me déprime au plus au haut point, la grisaille céleste est mon ennemie. On a déjà pas beaucoup de soleil sur la région parisienne, mais là, c'est le pompon ! Les lunettes de soleil ne seront pas amorties cette année et je pense revendre rapidement ma crème solaire indice 60 sur ebay ou l'échanger contre un ciré toutes options.

.

Si vous aussi vous souhaitez témoigner sur "j'ai remis mes moufles pour sortir, mais je n'ose pas en avertir mon entourage" ou "je porte en douce des chaussettes la nuit" ou encore "je refuse de me mettre en maillot, sauf sous une combinaison de plongée de 8 millimètres d'épaisseur".

Alors n'hésitez pas, ces pages sont aussi les vôtres. Vous pouvez même témoigner anonymement, je ne moufterai pas à J.L. Delarue ou M. Dumas.

.

Demain, je vous évoquerai peut-être l'intérêt du string en peau de mouton ignifugé et waterproof... on est jamais trop aidé (ou trop PD comme ils disent à la Marche des Fiertés - anciennement Gay Pride).

.

Sister "sortez couverts, dans tous les sens du terme"

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 23:12

.

Pour ceux qui pensent que je ne ferai pas de vieux os, qu'ils se rassurent, j'ai tout ce qu'il faut pour me rappeler le temps qui passe et qui fout son fichu grain de sable dans pas mal de projets. On a l'âge de ses artères il paraît, c'est déjà pas mal.

.

Rex, lâche le nonos à maman sinon les carottes seront (trop) cuites.

.

Et pour ceux qui voudraient voir s'ils ont raison de prendre un crédit sur 30 piges, une assurance vie pour les générations à venir ou des Charentaises en semelle-feutre garanties inusables, anti-dérapantes et à l'épreuve des balles (c'est Pierre Bellemiche qui l'affirme), voici de quoi estimer de quel bois vous êtes fait.

.

Sinon, pour ceux qui ont les moyens de jouer avec des petits cailloux (en version Place Vendôme, pas ceux du Petit Poucet), y'a aussi de quoi se faire plaisir.

.

Oh José, t'es allé chez le coiffeur ! Ca te va bien cette nouvelle coupe.

.

Tout ça pour quoi ? Pour souhaiter un joyeux anniversaire* de façon moins banale que l'ordinaire carte ou SMS et juste pour dire :

"Quelle chance, on est vivants ! Profitons-en !"

.

.

Sister "Carpe Diem... all the time and much more"

.

* les intéressés se reconnaîtront. Une bise ou plus, puisqu'il y a un peu affinité...

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 00:01

.

 

Il y a quelques temps, j’avais évoqué l’importance de l’audio sur la réussite d’une belle montée au 7e ciel, mais l’autre soir, j’ai été frappée par un parfum… d’homme bien sûr !

.

 

M’étant rendue dans une célèbre enseigne sur les Champs Elysées pour faire l’acquisition d’un objet insignifiant, c’est sur le chemin de la sortie de la boutique, alors que je musardais entre les rayons, que j’arrive sans y prêter attention, au niveau des senteurs destinées à la gent masculine.

 

.

Comme toute fine gastronome qui se doit, mon odorat est performant et bien entraîné. Savez-vous d’ailleurs que la mémoire olfactive est la plus durable ? Ah le cerveau est un outil fascinant, ses mystères me passionnent.

 

.

J’observe les flacons d’élixirs et me saisis de certaines luxueuses bouteilles. Nul besoin d’imprégner une touche de papier pour capter la composition de ces ingrédients vaporeux, je passe juste ma truffe alerte près de l’embout du vaporisateur et sais de suite à quoi j’ai affaire.

.

Soudain, telle une chienne de chasse en arrêt, je tombe nez à nez avec un jus divin qui provoque un big bang dans mes narines et fait s’agiter mille et un souvenirs qui se bousculent d’un coup dans ma tête.

 

Quelle incroyable complexité ! Quel intrigant mélange ! Je ferme les yeux et me sens immédiatement transportée dans un univers troublant à l’ambiance envoûtante.

J’essaye d’analyser, de décortiquer, de disséquer la savante alchimie de cet assemblage parfait.

.

Il me semble y discerner la chaleureuse odeur du cuir et du bois précieux (du cèdre, du santal peut-être) et le plus surprenant, un parfum capiteux ! On croirait celui d’une tubéreuse, d’un gardénia ou du jasmin. Le tout enveloppé dans un nuage de vanille. Voilà qui est étrange, car ces composants sont généralement réservés aux fragrances pour femelles aguicheuses (dont je suis parfois).

Serait-ce à dessein de faire accepter à monsieur sa part de féminité ? Il faut admettre que le geste s’est progressivement masculinisé, mais il conserve à tort une image assez peu virile - voire assez « queer » - quelle grossière erreur ! C’est tellement sexy de capter un effluve subtil au passage d’un homme qui a compris que cela pouvait être un terrible atout séduction à condition que cela reste discret.

 

.

La composition de ce parfum est étonnante car l’équilibre entre les notes fortes et les plus fraîches (ou plus discrètes) - dites « notes de tête » - est impeccable. Chaque ingrédient trouve parfaitement sa place dans la grande orchestration olfactive.

Telle une symphonie dans mes narines, j’arrive à trouver plusieurs niveaux de lecture à cet admirable enchaînement de senteurs.

Aucun élément trop puissant ne prend le pas sur les autres, l’ensemble est un ravissement, une sorte de voyage intérieur. Ma mémoire sautille d’un souvenir au suivant, d’une sensation légère à une plus brutale, au gré des évocations que me procurent les inhalations successives.

.

Ce couple n'a rien à faire dans mon histoire, mais la photo est belle et l'ambiance plutôt fidèle.

.

Je ne saurais dire pourquoi, mais cette composition envoûtante me plonge dans un décor colonial, je m’imagine en Indochine ou à Shanghai dans les années 50. Je vois de lourdes malles sculptées ponctuées de clous dorés, des ventilateurs au plafond brassent un air moite et lourd, la végétation luxuriante et l’exubérance des fleurs exotiques donnent le tournis.

.

J’imagine celui qui pourrait porter l’intrigant parfum. Il est grand, élancé, la mâchoire carrée et une stature rassurante. Il porte un costume de lin couleur crème et un Borsalino vissé sur ses tempes brunes ou d’imperceptibles et précoces cheveux gris lui donne une maturité sobre dans sa trentenaire sportive. Lové lascivement dans un large fauteuil de rotin, il est plongé dans un livre dont il tourne les pages avec volupté et délicatesse.

De ses bottines italiennes à son col Mao de fine popeline blanche, je le caresse du regard avec gourmandise. Qu’il est agréable d’effleurer la délicate étoffe froissée en essayant de deviner les courbes qu’elle cache. Le déshabiller ainsi des yeux me permet d’imaginer le galbe d’une cuisse fuselée, la force d’une épaule, les ondulations de son torse. Hum, cet inventaire à la Prévert me met l’eau à la bouche. De sa peau exhale le parfum suave et son allure « so british » invite à plonger dans son regard pour sombrer vers d’autres plaisirs, se laisser porter par la douce sensation.

.

Mais quelle est donc cette incroyable odeur musquée, animale ? Cette puissance qui me domine, me chavire et suscite des pulsions si primaires… Je laisse la fragrance sucrée provoquer en moi un délicieux frisson qui me parcourt l’échine, je ne peux réprimer un sursaut quand il se faufile plus bas…

.

Puis je rouvre les yeux, me rend compte que je suis en pleine béatitude devant ce linéaire. Oups ! J’ai l’impression d’avoir été prise en flagrant délit avec la main dans le pot de confiture !

La vendeuse accepte de m’offrir un échantillon du subtil outil d’évasion olfactive et je sors de la boutique assez prestement, en espérant que personne ne m’aura surpris dans ma rêverie coupable.

.

Désormais je détiens quelques gouttes dangereusement efficaces qui me permettent de replonger à loisir dans cet état second de mon escapade mentale érotico-exotique à caractère éthéré.

A chacun sa madeleine de Proust, la mienne serait plutôt une boîte de Pandore…

 

.

Sister « qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse »

.

P.S. : saurez-vous deviner le nom de cet élixir ?

Partager cet article

Repost0
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 11:52

.

-         Oh docteur, j’ai mes rhumatismes qui me font mal, je me sens fébrile, mon hernie me lance, je souffre de partout, il faut faire quelque chose pour moi.

 

-         Hum, je ne vois pas grand-chose qui pourrait vous soulager… Je vais vous prescrire des bains de boue.

 

-         Ah bon ? Vous croyez que ça va me soigner ?

 

-         Non, aucune chance. En revanche, ça vous habituera à la terre…

 

 

 .

.

Sister « 6 feets under »

* rappel ici

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 22:14

Pas d'article ce soir, je suis en grève parce que la plateforme Over Blog est en rade et que toutes mes jolies photos ont disparu comme par magie. Je ne sais pas qui a marabouté le système, mais je suis toute colère (entre la pivoine et le chorizo pas frais) !

Alors en attendant que ça revienne, j'ai lâché mon fiel sur le forum ad hoc et j'attend qu'ils bougent pour que tout revienne à la normale. Soyez sages, les textes restent dispo', vous pourrez toujours relire de vieux articles, ils ne sont pas trop périssables.

Sister "#/*-s"&@{+] !!!!!!!!!..... et encore, je mâche mes mots"

Partager cet article

Repost0
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 15:49

.

J'avais envie d'une petite respiration, rien de bien prise de tête, juste une poignée de phrases qui invitent à ouvrir l'esprit, sans heurt.

Une simple sélection de proverbes que je trouve intéressants. A vous de juger.

.

3 proverbes chinois :

"Pour bien faire, mille jours ne sont pas suffisants, pour faire mal, un jour suffit amplement".

"La langue bute toujours sur la dent qui fait mal".

"Quand une parole est lâchée, même quatre chevaux seraient en peine pour la rattraper".

.

3 proverbes espagnols :

"Il faut prier une fois avant de partir en guerre, deux fois avant de s'aventurer en mer, trois fois avant de se marier".

"Des amis et des livres, ayez-en peu, mais bons".

"Pour le bien, l'action est plus que l'intention ; pour le mal, l'intention est plus que l'action".

.

3 proverbes hébreux :

"Qui donne ne doit jamais s'en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier".

"Celui qui se tait le premier dans une dispute est le plus digne de louange".

"Aime celui qui te dit tes défauts dans le privé".

.

3 proverbes anglais :

"Le onzième commandement : Mêlez-vous de vos affaires".

"On peut conduire un cheval à l'abreuvoir, mais non le forcer à boire".

"La richesse amassée est un fumier puant ; la richesse répandue est un engrais fertile".

.

3 proverbes indiens :

"Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester".

"De la discussion jaillit la lumière".

"Ne coupe pas les ficelles quand tu pourrais défaire les noeuds".

.

.

Sister "parlons peu, parlons bien"

Partager cet article

Repost0
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 16:44

.

Juste pour vous faire trembler un peu, voici ce que je viens de trouver dans mes statistiques :

.

Ca fout les chocottes !!!

.

Franchement, je n'ai pas peur des reptiles, des arachnides ou de ma propre mort, en revanche, constater qu'autant de visites aient fini chez moi en tapant ça, là je commence à flipper ! Que me veulent tous ces gens ???

.

Si je pouvais retrouver ceux qui ont osé faire le lien entre ces "trucs" immondes et moi, ils passeraient un sale quart d'heure ! Au secours, MSN veut ma peau !

J'en ai des frissons glaçés.

.

Sister "en proie au doute" 

Partager cet article

Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 00:54

.

Non cet article n'est pas un nouveau prétexte (pseudo-artistique penseront certains) pour mettre une nouvelle photo de mon héros. J'assume pleinement mon addiction au talent (vocal, musical, scénique) et à la plastique du grand Monsieur.

.

David GAHAN, auteur, compositeur, interprête, show-man et surtout voix de velour dans un corps de mâle !

.

N'empêche, vous n'êtes pas obligé de vous pâmer comme je le fais devant beau gosse alors allez donc jeter un coup d'oeil curieux sur les autres clichés de Mr Marco GROB, il a un talent inouï et une patte très reconnaissable.

.

Pour les adeptes de DM, avouez que ça change du grain (que je trouve moche) de Mr Anton CORBIJN !

.

Dites-moi ce que vous en pensez, confrontons nos opinions, débattons un peu pour une fois.

.

Sister "just sharing free love"

.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 23:58

.

Et bien la réponse est fastoche, ça sert à détecter les maboules, les pervers, les paumés du web et les autres.

.

Histoire de vous prouver qu'il n'est pas nécessaire de faire des traits d'esprit ou de remplir de pleines pages d'arguments pour étayer des articles - fussent-ils très pertinents - ce que cherchent les internautes, c'est du cul ! Voilà tout est dit et je vous le prouve en image. La preuve que je ne bluffe pas.

.

Celui qui est venu chercher l'anatomie de la crevette rose n'a pas dû être déçu non plus...

.

Tant pis, quitte à perdre certains visiteurs, je continuerai à souffler le chaud et le froid, l'envie et le dégoût, les pulsions et la pudibonderie, car cela reste moi et si je suis multiple, je sais aussi rester entière.

.

Juste une dernière chose, je me demande ce que vient faire Olivier de Lagarde dans le petit classement, et surtout comment quelqu'un a pu arriver chez moi en tapant son nom, que je n'avais jamais cité jusqu'à aujourd'hui ? J'en suis néanmoins très flattée, ça change des cochonneries...

.

.

Sister "staying alive "

Partager cet article

Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs