Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 23:44

.

Juste quelques lignes (même pas drôles) pour éclaircir un élément de vocabulaire qu’il me paraît utile d’évoquer, car la confusion est fréquente entre les mots « morbide » et « macabre ».

Morbide :

¨ [MÉDECINE] Qui concerne la maladie, qui est propre à la maladie; pathologique. État morbide.

¨ Qui dénote un dérèglement de l’esprit. Une passion morbide pour les souliers féminins. Une jalousie, une curiosité, une peur morbide. Qui dénote un goût délibéré pour ce qui est jugé dépravé, malsain; qui encourage ce goût. Un texte morbide. De la littérature morbide.

 

Macabre :

¨ Qui évoque la mort, qui implique la mort. Plaisanterie, humour macabre. Une ambiance un peu macabre. Les policiers ont fait la macabre découverte dans le grenier de la maison.

.

Voilà, je ne vous embête pas plus longtemps.

.

Ah si, juste une dernière chose, qui n’a rien à voir avec le sujet précédent, mais m’énerve également et me donne des envies de meurtres (ça c'est pour la transition avec les mots évoqués plus haut).

.

Les médias parlent souvent des « soldes » et m’écorchent les oreilles quand ils mettent ce mot au féminin.

Non, non et re non !

Le mot « solde » est masculin quand il s’agit des promotions à prix cassés ou de votre compte dans le rouge (ou vert si vous êtes verni) à la banque.

La solde est la paye du soldat. Un point c’est tout.

.

OK, je suis d'accord avec vous, le shopping est plutôt une occupation féminine et l'armée un repaire de mecs. Enfin, la langue française n'est pas à une connerie près. Un exemple ? Une couille, un stérilet. Cherchez l'erreur.

Les étrangers doivent vraiment se dire que les Français sont des tordus... et ils n'ont pas tort !

.

Méfiez-vous les amis, la médiocrité règne, osez sortir du lot.

.

.

Sister « les points sur les i »

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 23:20

.

Qui suis-je ?

.

Squattant sous vos fenêtres depuis des mois, je suis d’une arrogance rare. Malgré le faible encombrement de mes deux roues, je m’octroie systématiquement une immense place de parking. Pile-poil en plein milieu.

.

Pourquoi ne suis-je pas garée plus humblement sous le réverbère ? Mais parce que je le vaux bien cet emplacement !

.

J’aime faire sentir mon pouvoir de nuisance sur les autres véhicules. D’ailleurs, très souvent, mon proprio installe aussi sa voiture (comme vous pouvez le constater sur le cliché ci-dessous) sur les espaces destinés aux invités et aux visiteurs. Les obligeants, du coup, à se garer nettement plus loin dans la résidence. Les personnes âgées apprécieront la « balade », les livreurs aussi (sic).

.

Oui, il m’arrive de bouger, mais très vite, je reprends mes « droits » et me replace, là, juste sous vos yeux, pour que vous puissiez largement profiter de ma suffisance. Occuper tout l’espace, quand il est précieux, tel est mon bon plaisir.

.

Faire suer l’automobiliste (pour ne pas dire autre chose), c’est ma cerise sur le gâteau. Ce ne serait pas si drôle si les emplacements étaient nombreux. Là, trouver une place ressemble au jeu des chaises musicales, j’affiche donc sans ambiguïté mon intention : vous pourrir la vie et la vue. Ma vanité est inversement proportionnelle à ma taille, je suis pédante et je vous enquiquine bien !

Je suis la reine des petites lignes blanches !

.

Toute ressemblance avec des véhicules existants n'est pas du tout fortuite !.

Ça y est ? Vous m’avez reconnue ? Oui, bien sûr ! Vous êtes des dizaines à pester après moi chaque jour.

.

Quoi ? Vous vous demandez pourquoi je n’occupe pas ma place privative dans le parking (niveau -1) de l’immeuble ? Euh, bah, oui, effectivement, elle existe, mais reste vide.

Là, bien à l’abri, où je pourrais être protégée du vol, des dégradations, des intempéries.

Mais… comment dire… déjà ce serait beaucoup moins drôle (tellement banal d’être sagement à sa place) et surtout… j’ai peur dans le noir !!!

.

Sister « vroum, vroum »

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 00:47

Marrant, il n'y a pas de Jouy sur Yvette. Un oubli de la DDE, probablement...

 

.

 

Courcelle sur Yvette

 

Gif sur Yvette

 

Bures sur Yvette

 

Villebon sur Yvette…

  

 

Non mais, franchement, ça ne fait pas un peu trop de monde sur cette pauvre Yvette ?

 

 

 

Non mais, c’est une tournante ou quoi ?  

 

 

 

Non mais, pourquoi vous ne réagissez pas ?

 

 

 

Non mais, y’a personne qui bouge alors ? .

 

 

 

 

Si… ceux qui sont sur Yvette ! Ah bah c’est malin. .

 

 

 

 

Sister « Non mais »

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2006 4 09 /11 /novembre /2006 00:56

.

Vous connaissez déjà les divers méfaits et dangers dus au tabac, je ne vais pas vous donner des leçons sur les risques de consommer de l’arsenic ou d'autres poisons (il y a plus de 4000 substances différentes dans l'objet ci-dessous), ni vous faire la morale sur les dizaines de maladies qu’il peut provoquer ou aggraver.

.

Choisissez le menu ! Vous n'avez que l'embarras du choix pour le suicide à petite dose. La mort sera lente, mais douloureuse aussi.

.

Non, là je vais plutôt évoquer ce qui vous touche vraiment (c’est le cas de le dire !) le cœur du problème : votre virilité.

.

L’heure est grave. Il me faut vous informer de quelques conséquences fâcheuses induites par le « plaisir » de la clope au bec.

.

Tout d’abord, cela réduit la qualité de votre sperme. Je ne parle pas ici de ses caractéristiques gustatives (on n’a pas gardé les cochonnes ensemble !). Mes compétences de gastronome n’iront pas jusqu’à ce diagnostic.

Là, il s’agit du taux de normalité des spermatozoïdes, de leur normalité, de leur nombre (plus de 40 x 106/ml à chaque départ de course).

.

Bon, OK, cela peut arranger ceux qui ne veulent pas laisser traîner partout une descendance inopinée (c’est qui cette Ino ?) ou ceux qui n’ont pas le courage de dire à leur moitié qu’assumer un rejeton n’est pas dans leurs priorités (alors que la dernière Porsche, oui).

.

Non, je pense nettement aux célibataires et à ceux que les performances horizontales, verticales ou obliques intéressent.

Apprenez qu’à cause de votre tabagisme, la qualité de votre turgescence (souvent matinale) se trouve fortement diminuée, quel dommage !

Pire, vous ne tiendriez pas la distance lors de l’épreuve de fond (si je puis dire).

Même s’il ne vous sera pardonné que le 1er coup soit parti tout seul, il faudra vite vous remettre en selle (sur une belle croupe) et là, vous risquez fort de ne pas trouver l’énergie nécessaire à l’effort escompté.

.

Bien sûr il existe des exceptions et il me vient immédiatement à l’esprit les paroles d’un excellent ami - fumeur de roulées de son état - qui m’a assuré pouvoir tenir 10h30 d'affilée sans coup férir (100 coups fait rire, hi hi). Je le crois sur parole, car je l’en sais parfaitement capable à défaut de ne pouvoir juger moi-même sur pièce… Oui, ce cas est rarissime et il ne faut pas espérer égaler son record sans un entraînement acharné (avec une entraîneuse patentée ou autre).

.

Par ailleurs, je vous rappelle que la cigarette coupe le souffle. Ce qui risque de fortement pénaliser vos tentatives de séduction si vous haletez comme un bœuf dès les premières minutes « d’usinage ».

Sans parler de l’haleine de chacal le matin au réveil, si toutefois la demoiselle tient jusque-là…

.

Je sais, arrêter de fumer est une entreprise très délicate, longue et difficile. Cela met les nerfs à rude épreuve et il faut un moral d’acier pour avoir un beau poteau (de Landerneau) qui va faire du bruit dans les chaumières.

.

Autre avantage, imaginez la masse d’argent économisé et qui pourrait servir à vous payer quelques massages bien mérités.

Finie également l’angoisse de la rupture de stock, le dimanche midi, dans les faubourgs de Moussu-le-Glouvieu (et ses corbeaux ravitailleurs).

.

On dit parfois qu’il faut soigner le mal par le mal, dans le cas présent, je serais plutôt tentée de vous inviter à remplacer le vice par un autre, moins destructeur.

Vous connaissez l’adage : « la fonction créée l’organe » ? Donc, vous voyez là où je veux en venir. La pratique, il n’y a que ça de vrai !

D’ailleurs, les médecins vous le diront, rien ne vaut l’exercice physique. Foi de Sister, mieux vaut tirer une Martine que de tirer sur une tige. Surtout si Martine est une belle plante !

.

Ne désespérez pas si les débuts sont hasardeux, c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Rome ne s’est pas faite en un jour, Rocco non plus.

Quand vous aurez les mains occupées, vous n’aurez plus envie de fumer…

Petit rappel de prudence : dès que ça commence à sentir le caoutchouc brûlé, ralentissez la cadence, ménager votre monture.

.

Désormais, lorsqu’une jolie brune viendra vous proposer une blonde, demandez-lui si c’est une copine à elle plutôt que d’accepter la cigarette et de lui squatter son briquet.

Vous pourrez alors répondre : « non merci, je ne fume plus » avec un sourire complice, un air entendu et un œil goguenard. Petite allusion subtile à votre nouveau statut de sex-symbol et oubli de la mollesse révolue.

.

Chiche que vous en êtes capables ?

.

Sister « une place en non-fumeur, S.V.P. »

.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 23:57

.

On connaît les vertus de la saponification depuis quelques milliers d’années et son utilisation a permis une importante baisse de la mortalité. Merci pour les vies sauvées. Vous vous en fichez ? Ah bah bravo, alors donc la science avance et ça ne vous fait ni chaud ni froid ? Pff, de toute façon, là n’est pas mon propos.

.

Quelle que soit sa provenance : de Marseille, d’Alep ou de chez les lessiviers-chimistes pollueurs. Quelle que soit sa composition : au lait des Alpes suisses, à l’huile d’olive, de laurier, d’amande douce ou d’agents tensio-actifs douteux. Son mode d’emploi reste simplissime : un peu d’eau, on frotte et hop ! L’affaire est faite.

.J'adore les cadeaux et ceci en est un, merci à son auteur.

.

Pourtant, un usage moins flagrant et plus récent mérite qu'on se penche (bien en avant) sur son cas. En effet, on a remarqué chez certains sujets, le lien socioculturel que la savonnette pouvait induire dans les douches des vestiaires masculins. Il semblerait que son caractère « glissant » entraîne quelques dérapages supplémentaires et la joie - ou la surprise (sic) - des participants au ramassage collectif. Rappelons au passage, que le terme « se glisser » veut aussi dire : « s’introduire subrepticement »…

.

Je m’étonne d’ailleurs que les magasins d’accessoires pour adultes consentants (en un seul mot S.V.P.) ne proposent pas un petit « pain dermatologique » à l’aérodynamisme particulièrement bien étudié et dont l’usage ne serait pas agressif pour la peau ou les muqueuses (déjà, profondément sollicitées) pendant le jeu de cache-cache à découvert nus comme des vers.

.

Comme quoi le progrès n’a pas que des avantages. Bah oui, réfléchissez. L’exercice n’a rien de fortuit si on tente de le pratiquer avec une bouteille de gel douche !

Sa forme n’est pas adaptée, ses propensions aux glissades sont très médiocres. L’aspect ludique est amoindri et l’intérêt devient quasi nul.

.

Quelle femme (ou homme w homme) n’a pas rêvé être à la place du petit savon de Dave Gahan, Brad Pitt, Kelly Slater ou encore Stéphane Rousseau… Bon, là je prends des cas perso’, mais vous pouvez remplacer par Adriana, Liz Hurley, Kylie Minogue, Liv Tyler ou autre sulfureuse créature.

.

Tout cela pour remercier un certain admirateur (qui se reconnaîtra) de m’avoir offert une jolie boîte contenant le fameux accessoire hygiénique. Parfaitement assorti à la couleur de ma peau de simili normande et dont la mousse onctueuse glisse voluptueusement sur les courbes de mon corps d’albâtre pour effacer dès potron-minet, les traces d’une nuit trop courte.

.

Douce sensation que de promener sur mon épiderme humide ces petits nuages satinés et les voir disparaître dans le flot des gouttelettes lancées par le pommeau jaloux d’une telle connivence.

.

Plaisir chaque jour renouvelé et pendant lequel je me plais à imaginer les somptueuses anatomies ainsi caressées par les milliards de petites bulles soyeuses.

.

Divins méandres sur lesquels le petit objet doit s’attarder pour faire correctement son boulot.

.

Ah ! Le délicieux frisson provoqué par l’eau savonneuse parcourant mon échine pour se perdre le long de mes jambes…

.

.

Sister « un volontaire pour me frotter le dos ? »

.

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 22:59

.

Il a une belle prestance, ses cheveux sont poivre et sel, il est entre deux âges.

 

Il marche d’un pas décidé, le costume et la besace sont stricts, il est anonyme.

 

Je le croise sans vraiment y prêter attention, mais arrivée à sa hauteur, je m’aperçois que ses yeux sont rougis, de grosses larmes glissent sur ses joues. Pourtant, il continue sa route, avance d’un pas ferme vers une nouvelle journée qui commence, peut-être la dernière. En tout cas, elle commence mal pour lui.

 

Il s’éloigne, je ne saurais rien de son chagrin débordant, de sa souffrance drapée de dignité.

.

 

D’un coup, on relativise tant de choses et on se dit qu’il fait beau, qu’on est en pleine forme, que la vie continue… du moins pour moi.

.

.

 

 

Sister « des visages tout d’un coup, s’inondent »

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 22:47

.

Vous vous demandez pourquoi je n'ai pas blogué hier ?

.

Bah, facile, j'ai fait le mort...

.

Logique, non ?

.

En plus, bloguer à la Toussaint, il paraît que ça pourrait porter malheur, transformer en sorcière, faire surgir des citrouilles maléfiques, jeter des sorts aux petits enfants pas sages, réduire le taux de cholestérol, etc.

.

Sister "mes seins voués à tous les saints qui ne sont plus en odeur de sainteté"

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 23:29

.

Il paraît que la fête américaine perd du terrain, tant mieux.

Cette vaste opération mercantile commençait sérieusement à agacer tout le monde. Pourquoi essayer de faire un copier-coller culturel là où notre "exception française" reste un fleuron de notre indépendance (toute relative, convenons-en).

.

Marre de voir les boutiques et les gens se déguiser "pour faire comme les autres" et vouloir s'approprier des codes qui leurs sont totalement étrangers.

.Cliquez donc, ça ne mange pas de pain et ça nourrit sainement vos neurones.

Alors, de façon bien modeste, et pour rétablir la vérité, vous endormir moins bête ou briller un peu en société, je vous invite à vous rendre sur le site de l'Arbre Celtique qui est un monument de connaissances et de pointures qui alimentent les différents thèmes autours de nos ancêtres, ainsi qu'un forum fort bien documenté.

.

Je n'ai pas voulu les paraphraser, il suffit de cliquer pour comprendre en quelques lignes que les ricains ont encore travestis l'histoire pour en faire un remake sucré, aseptisé et surtout vidé de sa substance pour ne devenir qu'un moyen de plonger plus avidement dans vos portefeuilles.

.

Sur ce, je retourne à mon silence pour célébrer à ma façon, le retour de la saison sombre.

.

Sister "chevalière des ombres et du royaume de l'obscur"

.

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 23:28

.

.

J’ai eu la mauvaise idée d’accepter de bosser samedi. Un samedi ! Jour sacré de ma grass’ mat’ préférée et des croissants frais. Sacrilège, je m’en veux d’avoir accepté.

.

Grossière erreur disais-je. Il a donc fallu que je sorte le nez de l’oreiller à 6h pour aller turbiner. Pff, fatiguée d’avance.

 

En attrapant au vol mon RER B à Gare du Nord, je suis saisie par une odeur très forte. Cela me saisit et me coupe le souffle, je me mets instinctivement en position « apnée ». On croirait que 50 greffiers (des félins, pas les commis des tribunaux) sévèrement burnés et à la prostate défaillante se sont laissés aller dans la rame. Il n’est pourtant pas possible qu’on ait ainsi laissé des matous uriner de concert en ce lieu insolite sans que quelqu’un ne fasse quelque chose. Etonnant aussi, personne autour ne semble gêné par le puissant effluve d’ammoniaque. Ouf, perso, je suis contente de descendre à la prochaine !

 

Ce matin, en arrivant rue Picpus, mes narines sont saisies par une puanteur bien gerbante. Mais qui a bombardé les chiottes ici ? Ca empeste les gogues sur plusieurs centaines de mètres ! Pourtant rien de visible a priori, on devrait voir une marée d’excréments envahir le caniveau ?!? Nulle part je n’aperçois de camion-aspirateur chargé de désengorger des canalisations débordantes ou autre fosse à purin pour notables Parigots. Rappelons-nous ce que disait Brel, les bourgeois c’est comme les cochons. Gruiiiik ! J’en déduis qu’il y a dû y avoir un incident majeur dont je n’ai trouvé aucun indice. Il faut avouer que je n’avais ni le temps ni l’envie de poursuivre mes investigations. Je m’empresse de bifurquer dans une voie moins parfumée. Pff, c’est dur de supporter cela dès l’aube d’un lundi ordinaire.     

 

Ce soir - dans le métro cette fois - je fais remarquer à ma collègue qu’une puissante « émanation volatile » dont je ne parviens pas à trouver l’origine me chatouille les naseaux. Ca schlingue grave ! Elle acquiesce et nous cherchons à identifier la composition de l’odeur infecte. Il s’agit d’un mélange indéfinissable dont nous distinguons : de la naphtaline (version concentrée), de l’ail (burp !), de l’huile de goudron (comme sur les anciennes traverses de chemin de fer), un relent de rat crevé (caché derrière les amygdales), Angel de Thierry Mugler (oups, là c’est le parfum de la femme d’à côté). Difficile de trouver les autres composants de l’immonde pestilence. Toujours est-il que l’on n’a pas tardé à changer de wagon pour fuir l’affreux mélange nauséabond.

  

Les temps sont durs à Paname en ce moment. Et dire que je suis enrhumée depuis quelques jours, je n’ose pas imaginer ce que ce serait si mon tarin fonctionnait à plein régime ! .

 

Sister « ça existe les boules Quiès pour pif ? » . 

 

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 23:42

.

Comme toutes les grandes stars mégalos qui s'la pètent *, je vais me produire devant mon public médusé, estomaqué, scotché, bouche bée. Et cela afin de fêter le premier anniversaire de mon blog. Il était bien normal d'organiser une petite bringue pour marquer le coup, soyez assurés que le cidre y coulera à flot.

Bien sûr, l'événement ayant une ampleur planétaire, j'espère pouvoir inviter une pointure, mon héro, mon fantasme absolu. D'ailleurs, si la salle polyvalente ne suffit pas, je contacterai le Stade de France. On est jamais trop prudent.

.

Les cartes VIP sont disponibles sur simple demande par mail.

.

N'oubliez pas de réserver vos billets, les places sont chères, tout comme vous l'êtes à mon coeur **.

.

Pas d'excuse, je vous attends nombreux. Parce que vous le valez bien.

.

Sister "a star is born "

.

.

* attention, quelques pléonasmes se sont glissés dans cette phrase.

** ceci est une séance de lèche en règle, un fayotage total.

Partager cet article

Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs