Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 00:04

Fauve en plein milieu d'un exercice de yoga pas banal.

Vous trouvez ce titre choquant ? Pourtant vous pouvez vérifier que la photo qui illustre le propos n’a pas de raison d’être interdite aux moins de 18 ans… Alors, déçus ? Effectivement, le procédé est assez classique pour attirer du monde. Il suffit de prononcer les mots magiques et le nombre de visites explose. Je ne jouerai pas à ce jeu, à chacun son terrain de chasse.

Le signe de choses enfin intéressantes car non politiquement correctes.

Comment atterrir sur mon blog dans ce cas ?

Bon nombre de ceux qui arrivent ici souhaitaient voir des petites culottes et des aperçus furtifs de ce qui se passe sous les jupes des filles.

Dommage.

Avouez que je vous soigne, ça fait toujours plaisir de revoir ces charmantes gambettes.

D’autres viennent pour y trouver de la dentelle délicate, des strings affolants et des bas nylons vertigineux.

Presque.

Certains fétichistes des pieds ont eu la chance d’entrevoir les miens, délicatement saupoudrés de sable chaud.

Hum.

Ah quel bonheur d'avoir les orteils en éventail.

Parfois, vous échouez en ces lieux plutôt qu’ailleurs, poussés par la curiosité de savoir à quoi je ressemble, puisque je me prétends gothique.

Black is back.

Vraiment, j'aime trop les diamants, cette petite faiblesse me perdra...

Une partie souhaiterait me murmurer des mots doux au creux de l’oreille et d’autres s’inviter sur mon oreiller.

Pas gagné.

 Pas trop fort, mes tympas sont sensibles... à la bonne musique surtout.

De plus prudes voudraient juste m’effleurer la main.

Soft.

Non, je ne cherche pas mes lentilles, ni des pépites d'or d'ailleurs.

De moins farouches aimeraient m’attraper avec fougue.

Grrrrrr.

Quelques-uns, plus scientifiques, ouvrent à tout hasard mes pages pour en apprendre davantage sur la réaction de Maillard.

Érudits.

Et dire que je suis une mangeuse de salade...

Néanmoins, des farfelus continuent à promener leur souris à la recherche de Christine Bravo nue alors que je prône depuis toujours la recherche de l’esthétique et porte aux nues certaines égéries à la beauté fatale.

Gorgeous.

Une véritable bombe, sans pour autant être une arme de destruction massive. La classe !

Bien sûr, je ne me prive pas d’afficher une parité (bien ordonnée commence par moi-même). Mon hétérosexualité avérée ne sera pas prise en défaut (à défaut de ne pouvoir être prise tout court, ou autrement, bref, j’me comprends).

Affamée.

L'envers vaut l'endroit, enfin, je ne demande qu'à vérifier...

Mais alors ? Qu’est-ce qui incite les visiteurs à pousser la porte de mes pensées ?

Quelle est la motivation des internautes qui se faufilent dans l’entrebâillement de mon univers pas si virtuel ?

Le mystère plane encore et le doute m’habite.

Peut-être l’envie de savourer mes phrases à double sens ou l’espoir de pénétrer davantage en mon âme perturbée ?

Probablement le souhait de goûter au clair-obscur de ma personnalité.

Vous m’imaginez futile et légère, mais je suis perverse et torturée.

To be or not to be, that is the question.

J’aimerais savoir ce qui vous a incite à franchir mon antre. Aurez-vous le courage de vous exprimer en toute sincérité ?

Je l’espère, je l’attends.

Voici ma plume, voici mon espace de libre expression… à votre disposition.

Sister « osez »

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 00:44

.

Cher amant ami lecteur, j’ai entrepris (oui, je suis connue pour être très entreprenante) de vous entretenir en ce jour (ou plutôt nuit) d’un sujet qui pourrait vous permettre de briller un peu en société. Enfin, il faut quand même arriver à le placer, ce n’est pas toujours évident. Bref.

 

Entendons-nous bien, il n’y a rien d’exceptionnel car je ne veux pas commencer à passer auprès de vous, pour une intello qui se la pète. Mon but n’est pas de vous farcir la tête comme on le fait de la dinde à la Saint-Sylvestre. D’ailleurs, c’est la Saint Gildas aujourd’hui, alors vous voyez que vous n’avez rien à craindre.

 

Je vois bien à votre œil mi-clos, mi-inquiet, mi-endormi (oui, c’est encore les soldes, du coup j’en ai mis 50% de plus pour le même prix), vous redoutez que les lignes à venir ne vous volent 5 minutes de votre précieux temps. Rassurez-vous, mon clavier est parfaitement dressé et ne va pas s’emballer frénétiquement. En fait, si cet article est un peu long, c’est exprès, car je cherche à noyer le poisson, ce qui n’est pas chose facile, vous en conviendrez.

 

Entre nous, qui cela intéresserait de savoir que les boules de poils que régurgitent les chats s’appellent des trichobézoards ? Personne (ou presque), je vous l’accorde ! Et pourtant, cette évocation est en rapport discret avec le sujet dont je veux vous entretenir. Seulement, il ne sera compris que par une poignée de personnes seulement. Désolée pour les autres, j’ai bien le droit à une petite private joke de temps en temps. Une histoire d’avatar, rien de grave.

 

Voici le specimen avant cuisson

 

.

Ainsi donc, vous (Tarzan, moi Jane) qui mangez chaque jour - si, je le sais, j’ai un dossier des R.G. sur chacun de vous (le Nabot Surexcité me les a fournis) - mettez sans le savoir en application régulièrement la sympathique « réaction de Maillard ».

 

Vous faites donc, sans le savoir, des expériences de sciences physiques dans le secret de votre alcôve cuisine entre casseroles et fourneaux.

Là, vous vous interrogez : qu’est-ce qu’elle raconte la Sister ? Elle a perdu toute notion de sens commun (ce qui est le cas depuis longtemps sinon vous ne seriez pas là).

Oubliez la boisson un instant car mettre un glaçon dans votre whisky ne fera jamais de vous un Einstein. Par contre, s’il vous est déjà arrivé de faire une viande grillée, alors vous avez déjà mis en application ce principe culinaire simple qui va donner cette couleur et ce goût caractéristique de la mise en contact d'acides aminés et de glucides avec une source de chaleur intense. Le résultat donne une jolie surface dorée, croustillante et si appétissante.

 

La même chose après cuisson. Avouez que ça donne envie de se mettre à table !

OK, j’en vois deux dans le fond qui papotent, grommelant qu’ils ne sont pas concernés car pour eux « meat is murder » et donc ne mangent pas de ce pain-là !

Grave erreur ! La croûte du pain justement est aussi le fruit de cette transformation étonnante.

 

Par contre, à l’attention des quelques blondes qui fréquentent mes pages, sachez que le bronzage ne fonctionne pas sur le même principe. Si vous êtes rouge écrevisse ou carbonisées d’être restées trop au soleil, c’est juste l’effet de votre bêtise.

 

Perso, lorsque je guette la réaction de Maillard, c’est parce que j’ai envoyé un mail et que j’augure de la vitesse de la réponse. Le facteur « caractère imprévisible » de l’élément déclencheur qui entraîne la fonction « répondre » est trop aléatoire pour être mis en équation.

Auparavant, je m’en étonnais, désormais je m’en amuse. Arriver à le saisir doit rester un moment rare, donc précieux. Il est seul à décider s’il est à point pour réagir. Parfois, il n’hésite pas à être saignant dans ses commentaires (qu'il ne fait jamais sur mon site, il est trop pudique pour cela), pas grave, j’aime ça aussi.

Alors, je le mets sur le grill régulièrement, pour entretenir l’idée d’une bousculade psychologique volontaire. Sûrement parce que son talent est indéniable et qu’il est le seul à ne pas en être convaincu.

 

D’ailleurs, s’il arrive jusqu’à ces mots, qu’il se rassure, il restera l’étoile filante de ma constellation que j’aime attraper au vol de temps en temps.

 

Sister « star dust »

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 00:44

 

 

Vous qui parcourez goulûment mes pages avec une assiduité de métronome parkinsonien, n’ignorez rien de ma sensibilité auditive, et pourtant, vous êtes loin de tout savoir... je vous en dirai plus prochainement, mais chut, pour l'instant, un "échantillon gratuit" à consommer sans modération.

 

La musique est pour moi un art de vivre, une nécessité, un « bien » de consommation courante, plus vital que les patates. Et désormais, le fait de pouvoir en profiter avec la qualité du numérique et un équipement au top, me projette vers des sommets de bonheurs intra-auriculaires.

Non, il ne s'agit pas de testicules ratatinés à porter en bandoulière.

Selon mon humeur du jour, je me compose une set-list sur mesure et me délecte du savoureux mélange en faisant abstraction totale de ce qui se passe autour.

 

Parfois, mon caractère joueur - voire taquin - m’incite à composer une sélection un peu… spéciale…

 

 

Ainsi, dès l’aube naissante*, alors que je retrouve dans mon train les mines défaites des autres voyageurs dont les visages accusent une lassitude mêlée de circonspection, je me délecte de la voix extrêmement suave de Dave Gahan.

 

Cet homme peut tout exiger de moi, je lui suis totalement "devotee".

 

Vous ai-je dit à quel point elle est particulièrement chaude, grave et sensuelle ? Que dis-je, elle est carrément irrésistible !

 

 

Si on y ajoute l’évocation de son inimitable déhanché voluptueux (mouvement ondulatoire très suggestif) de sa divine plastique masculine (répondant à tous mes critères de perfection), alors là, je craque totalement.

 

 

Oui, je m’égare un peu du propos initial, mais cet homme crée en moi une telle confusion hormonale que mon esprit s’envole aussitôt vers des cieux merveilleux. Directement au 7e ! et sans ascenseur.

 

 

Bref, aussi incongru que cela puisse sembler, je me réjouis donc à ce moment de ne pas être un homme pour ne pas avoir à réfréner une ostensible turgescence matinale. Car l'effet produit sur moi est très fort lorsque j'évoque du chanteur son organe (vocal) qui résonne entre mes tempes.

 

 

Non, vous ne rêvez pas, j’éprouve parfois un plaisir si intense qu’il me faut rapidement redescendre sur terre. Pour cela il me suffit d’ouvrir les yeux et d’apercevoir les tronches autour, ça coupe l’envie…

 

 

N’empêche que j’adore pousser le vice jusqu’à établir une programmation qui respecte la « montée en puissance » du sentiment et des pulsions y afférent.

 

 

OK, Gahan est la cerise sur le gâteau, mais aussi étonnant que cela puisse paraître, un puissant riff de guitare peut contribuer également à me mettre dans un état second.

 

D’ailleurs, la très grande majorité du temps (et à part le mâle largement cité plus haut => lifted higher, moved my soul’s on fire, moved by a higher love), c’est uniquement la musique et non le chant qui me transporte dans cet univers onirique.

 

D’ailleurs, j’en profite pour passer un message personnel à l’attention de mon cher P.M. (qui fréquente mes articles en dilettante) : s’il pouvait me « dealer » quelques bribes de son prochain opus, j’en serais fort aise. Je suis furieusement en manque et n’aurait pas la patience d’attendre 2008 pour l’entendre. Pour info, « Devil Destiny » figure généralement dans ma set-list

 

 

N’étant toujours pas capable de détacher mon jukebox sur Radioblog pour vous faire partager ma sélection préférée, mieux vaut vous indiquer les ingrédients de ma recette magique :

 

Les 3 premiers sont pour les préliminaires, les 3 suivants pour l'acte, les 2 derniers pour l'après.

 

 

Vous constaterez que j’ai été très soft sur le timing (39 :20), le but du jeu étant quand même de faire durer le plaisir en mettant un maximum de titres avant « The bitter end ».

Pour les « précoces », je ne peux rien, désolée. A la simple lecture des premières phrases de cet article, ils avaient sûrement déjà donné le meilleur d’eux-mêmes, alors comprenez qu’aucune chanson n’est si courte…

 

 

N’hésitez pas à personnaliser les titres qui vous font de l’effet. En revanche, il faut ensuite savoir « intérioriser » les effets secondaires ou avoir à proximité un(e) partenaire consentant(e) et pas trop de monde autour (sic !).

 

 

Sister « again and again »

 

* je voulais mettre "potron-minet", mais AnT vient juste d'utiliser le terme dans son dernier article et je ne voudrais pas avoir l'air de plagier.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 02:08

Un tiers des résolutions du Nouvel An abandonnées au bout d'une semaine

 

02 janvier 16:55 - LONDRES (AFP) - Le Nouvel An est traditionnellement l'occasion de prendre de bonnes résolutions, mais une sur trois est abandonnée au bout d'une semaine, selon un sondage publié mardi en Grande-Bretagne.

Entre le 1er et le 8 janvier, un tiers des personnes qui auront décidé par exemple d'arrêter de fumer, de manger plus équilibré ou de faire de la gymnastique auront renoncé à le faire, selon ce sondage réalisé pour un site de jeux en ligne. Une résolution sur sept ne survivra même pas quelques heures et 14% ne dureront qu'une journée, précise l'enquête.

Mais 14% des personnes interrogées affirment tenir leurs résolutions du Nouvel An, selon le même sondage.

Les résolutions les plus populaires ont pour objet de vivre plus sainement: 27% des personnes interrogées s'engagent par exemple à arrêter de fumer, 24% à perdre du poids et 16% à manger de manière plus saine.

Les femmes ont le plus à coeur de tenir leurs résolutions, avec près des trois quarts (70%) qui se disent déçues si elles échouent à les tenir, tandis que les hommes préfèrent prendre des résolutions du type : trouver un emploi ou arrêter de fumer.

 © 2007 AFP

Comme vous pouvez le constater, sachant que nous sommes déjà le 17 janvier, les quelques bonnes résolutions que vous auriez pu prendre sont d’ores et déjà à la poubelle depuis longtemps. Entre nous, soyons euros francs, ce n’était en fait qu’un copier-coller des bonnes résolutions 2006, alors autant oublier ce passé peu glorieux.

J’en profite d’ailleurs pour ceux qui voudraient revendre à bon prix leur abonnement à un club de sport bien connu, que je pourrais être intéressée (faire offre). Pas sérieux, ne pas s’abstenir, ici c’est un peu comme votre piaule, vous pouvez foutre le boxon, ce ne sera jamais pire que chez moi !  

 

Si vous avez un bon plan piscine un peu « select » pour éviter que je barbote avec toutes les cités du 9 - 3 autour de moi, ça m’intéresse.

 

Donc, je ne remuerai pas le couteau dans la plaie en vous rappelant que ce n’est encore pas cette année que vous perdrez votre bouée (joliment appelée « poignées d’amour »), ni vos « abdos-Kro ».

Vous pouvez toujours faire un vœu pieu pour devenir en 2007, champion de montage d’étagères et de bibliothèque Ikéa. Cela ravira à coup sûr votre moitié, épouse, concubine, copine, dernière monture (rayer les mentions inutiles) ou votre pote de régiment, y’en a pour tous les goûts (et dégoûts dans la nature).

 

 

Si vous manquez désespérément d’idée pour vous forger le caractère et que vous vous dites que, flûte, zut, crotte, vous aussi vous méritez bien une bonne dose de « super résolutions 2.007 », alors sachez que j’en ai plein ma musette, pour tous les styles, chacun peut y trouver son bonheur, y’a qu’à demander.

Par exemple, et si pour la nouvelle année, vous vous faisiez teindre en blonde ? C’est simple, fonctionnel et pourra vous éviter des tonnes de tâches compliquées que les autres n’oseront plus vous donner à faire. Bah oui, les blondes, avec leur demi-neurone, on ne peut rien leur demander, c’est bien connu.

 

 

 

Sinon on peut également opter pour le « ouais, bof » à répondre à toute sollicitation. Rapidement vos parents et amis se lasseront de votre indifférence crasse et vous ficheront aussi une paix royale. Excellent moyen d’être peinard.

 

Dans la catégorie "sérieux", il y a des propositions plausibles, mais sachez qu’elles sont particulièrement fatigantes.

Petit panel de démonstration :

 

-   pour avoir de jolis biceps sur la plage : comptez minimum 3 heures par semaine à soulever de la fonte, c’est passionnant la fonte (hum, bon courage).

-   pour gagner au poker (contre votre pote Bébert qui vous colle une branlée à chaque fois) : tablez sur 145 heures de vidéos de Bruel expliquant ses combines.

-   pour devenir maître-queue (non il ne faut pas visionner Clara Morgane en boucle, ni chercher à ressembler à Rocco sur le timing) : magnétoscopez toutes les émissions de Joël Robuchon et essayez d’en regarder au moins une par jour sans vous endormir plus de 6 fois. Oui, le bonhomme est efficace, mais tellement mou…

-   pour savoir couper les cheveux en quatre : prenez rendez-vous chez votre capilliculteur et faites gaffe à vos miches, il pourrait avoir envie de vous convertir à une autre pratique de coiffe - au poteau celle-là - et qui ne concernerait pas forcément la touffe du haut comme vous l’escomptiez. Bien dégagé derrière les oreilles ?

 

Voilà, je ne pipe plus mots, ceux-ci risqueraient de dépasser ma pensée et comme ils s’amusent sans cesse à se tirer la bourre ceux-là, ce n’est pas la peine d’en rajouter (comme dirait l’autre).

 

Sister « promis, l’année prochaine, je re-prononce mes vœux »

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 18:26

. 

 

En papotant sur MSN l’autre jour avec mon amant potentiel ami en devenir, je soumettais l’idée d’aller « lâcher des com’ » sur des tas de sites quasiment choisis au hasard et dont j’ignorais jusqu’à l’existence un instant auparavant.

  

 

Quel est l’intérêt de la manœuvre ?

  

 

Me faire connaître un peu partout bien sûr ! Sans chercher à atteindre une renommée mondiale, je suis comme tout le monde et ne crache pas sur un peu de notoriété. Ainsi, sans vouloir inonder la blogosphère de ma présence, je vais tenter une expérience nouvelle (du moins pour moi).

 A défaut de grimper dans les sondages, force est de constater que mon chat grimpe divinement bien aux murs !

 

 Plus clairement, je vais aller me promener sur quelques sites et voir s’il y a un feed-back positif. Non que je m’attende à voir les commentaires fuser par dizaines sur mon propre site, mais juste constater si le nombre de visites s’en ressent significativement.

 

 

Charge à moi ensuite de fidéliser le chaland afin qu’il revienne (souvent) et donc devienne un habitué, un régulier, mieux : un abonné ! D’accord, je rêve un peu, mais y’a pas de raison de s’en priver. Il fait beau, on est dimanche, tout va bien.

 

 

En clair (et sans décodeur), cela signifie que je vais discrètement aller « faire ma pub » et voir ce qui en ressort.

 

 

Cette étude très sérieuse (contrairement à moi) sera effectuée sous le contrôle exclusif de Maître DUJNOU, huissier de justice à Moussu-Le-Glouvieu (uniquement durant la basse saison des années bissextiles de 22h à 22h05).

 

 

Pour un bon retour sur investissement, je laisserai mijoter quelques jours avant de vous révéler les résultats de l’enquête que je garantis plus fiable qu’un sondage d’opinions électorales dont on connaît depuis longtemps l’approximative efficacité. Souvenez-vous le fameux « oui obligatoire » au référendum européen.

 

 

Les urnes parleront. Je publierai mes résultats sans langue de bois. Chez moi, la franchise prime, tout est vérifiable.

 

Donc, je suis prête pour l’expérience. Venez à moi les petits enfants internautes…

 

 

 

Evidement, pour faire venir du monde plus vite et en plus grande quantité, je pourrais annoncer que je vais vous montrer mes seins ou vous balancer une vidéo strip-tease de mon anatomie avantageuse sur Dailymotion. Je n’en ferai rien, ici pas de chiqué et je laisse ça à Soph’ dont je ne compte pas piétiner les plates-bandes qui utilise déjà le procédé pour fidéliser sa clientèle.

 

 

Voilà quel est mon petit challenge auto-infligé. Va falloir que je sois au top sur ce coup là.

 

 

Objectif espéré : un taux de retour de 45%. Pourquoi 45 ? Parce que, malgré tout, j’aime bien être à l’oblique…

 

 

 

 

Sister « institut non officiel et non moins efficace »

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 00:58

.

J'aime tellement les diamants qu'ainsi ausi, les les trouve irrésistibles ! Pensez à moi, c'est bientôt Noël !.

Parents tremblez, je suis passée du côté obscur de la force. Désormais je serai la "chevalière des ombres et du royaume de l’obscur".

Noirs seront mes vêtements, noires seront mes idées et plus noirs encore seront mes choix musicaux. Inquiétantes seront mes fréquentations, traumatisantes seront mes lugubres pensées.

.

Parents tremblez, vous ne me comprenez pas, je ne vous entends plus. Nos routes prennent des directions différentes, il est préférable que j’aille m’emmurer dans ma tour d’ivoire d’ébène où ma méditation sur la mort prendra la pleine mesure de mon malaise.

.

Parents tremblez, je plonge aujourd’hui dans un univers étrange, nourri de vos fantasmes les plus extravagants, de vos angoisses les plus profondes.

Vos médias bien pensants ont dit les pires choses sur la « communauté » que j’embrasse désormais.

Nombreuses sont les mises en garde sur les dérives de nos activités sataniques prétendues.

Vous me croyez maudite sur 30 générations pour avoir prononcé le chiffre de la Bête, je vous réponds que le culte de la mort remonte à la nuit des temps et qu’on a toujours peur de ce que l’on ne connaît pas.

.

Parents tremblez, je ne vous appartiens plus.

.

Sister « au fond du cimetière à droite »

.

*** << o_O >> *** 

.

Cette lettre, j’aurais pu l’écrire à mes géniteurs, or je n’en ai rien fait. Le goth’ parle peu, il vit dans son monde que certains auront vite fait de requalifier d'autisme. Sa petite bulle sombre de douleur et de souffrance contenue.

.

Il y a bien longtemps que j’affectionne certains de leurs codes si typiques et pourtant je n’ai jamais fini neurasthénique ou anorexique… juste gothique !

.

Alors si vous aussi vous voulez voir un peu ce qui se passe derrière le voile noir (of course), je vous invite à franchir la porte des ténèbres ici. Le propos y est détourné avec dérision et talent. Oui, on peut aussi avoir de l’humour entre deux séances de taillage de veines.

Régalez-vous, ce site est vraiment savoureux et mérite d’être exploré longuement.

.

Un dernier message à l’attention des parents qui tomberaient sur cette page. Les goth’ ne brûlent pas de bagnoles, ne dealent pas de drogue (ou alors pas plus que les autres), ne font pas de tournantes dans les caves (tout juste quelques tables ?), ils n’appellent pas à l’émeute, ni à la haine et encore moins casser du flic ! Le gothique plus tendance à retourner la violence contre lui-même plutôt qu’envers les autres.

.

Et maintenant, les goth’ vous effraient-ils toujours autant ? Apprenez à ouvrir les yeux et à voir d’où vient le vrai danger.

.

D’abord, être gothique est la meilleure façon d’éviter les fautes de goût quand on est daltonien c'est vachement important !

.

Sister « dressed in black again »

 

ceux qui auront reconnu un célèbre chanteur italien dans le titre me pardonneront la faiblesse de ce rapprochement improbable.

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 23:42

.

Comme toutes les grandes stars mégalos qui s'la pètent *, je vais me produire devant mon public médusé, estomaqué, scotché, bouche bée. Et cela afin de fêter le premier anniversaire de mon blog. Il était bien normal d'organiser une petite bringue pour marquer le coup, soyez assurés que le cidre y coulera à flot.

Bien sûr, l'événement ayant une ampleur planétaire, j'espère pouvoir inviter une pointure, mon héro, mon fantasme absolu. D'ailleurs, si la salle polyvalente ne suffit pas, je contacterai le Stade de France. On est jamais trop prudent.

.

Les cartes VIP sont disponibles sur simple demande par mail.

.

N'oubliez pas de réserver vos billets, les places sont chères, tout comme vous l'êtes à mon coeur **.

.

Pas d'excuse, je vous attends nombreux. Parce que vous le valez bien.

.

Sister "a star is born "

.

.

* attention, quelques pléonasmes se sont glissés dans cette phrase.

** ceci est une séance de lèche en règle, un fayotage total.

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 12:02

.

... nous ne sommes que le premier mercredi.

.

Comme le veut la tradition mensuelle (et pas menstruelle, vous verrez plus loin pourquoi), les sirènes (celles des pompiers, pas de Cousteau) ont lancé leurs deux bleugements à travers nos villes de France et peut-être de Navarre (ça j'en sais rien et je n'irai pas vérifier).

.

J'ai une flemme honteuse qui m'empêche d'aller voir sur Wikipédia jusqu'où remonte l'origine de cette "tradition". Je sais juste qu'elle sert à vérifier le bon état de fonctionnement de nos systèmes d'alerte. Sauf que, juste pour rigoler, en cas d'attaque nucléaire ou guerre totale, les pauvres hauts-parleurs n'auront pas le temps de couiner, la planète aura déjà explosé depuis longtemps !

.

D'ailleurs, avec le développement des systèmes de communication, les pompiers n'utilisent plus la légendaire sirène. Ou alors en province ? Et encore, je n'en suis pas persuadée.

.

Il me semble qu'on pourrait réformer ce système et - à la limite - envoyer un SMS ou un e-mail à chaque citoyen pour lui dire : "dormez braves gens, la patrie veille sur vous". Tiens, on ne l'emploi quasiment plus ce mot de "patrie". Il faut croire que maintenant, il est associé à d'autres valeurs qui ne nous parlent plus à l'heure où la mondialisation nous formate comme nos voisins. Le terme n'est pas assez "branchouille", il fait trop "d'avant guerre", sans parler de la connotation à caractère discriminant - voire raciste - que certains se plaisent à attacher à la notion de "patriotisme". Pourtant, mis à part en période de coupe du monde de foot, il n'y a de drapeaux français que sur les mairies, alors que les américains arborent fièrement leur "stars & stripes" sur leurs maisons et un peu partout.

.

Les mots vieillissent, les dictionnaires nous le rappellent chaque année. A notre image, un jour ils finissent par disparaître des les tréfonds des bibliothèques de gens qui s'accrochent à la mémoire du monde. Oui, la patrie a vécu, on nous force à devenir un citoyen du monde, c'est plus facile pour nous vendre à tous des produits et des discours identiques. 

A quitter peu à peu nos coûtumes, habitudes, éducations, formes de diversité. Nous devrions nous souvenir pourtant : "L'ennui naquit un jour de l'université" (Balzac). On a tous notre place ici. André Langaney nous le dit : "tous parents, tous différents".

.

Quel intérêt auront encore les voyages quand on trouvera les mêmes modes de vie, les mêmes boutiques, les mêmes habitations sur toute la planète ? Ne cherche-t-on pas l'exotisme, les aspects pluri-culturels, la découverte de l'autre et de son monde propre ?

La Nature a créé une diversité infinie, nous-mêmes sommes tous uniques. Pourquoi vouloir tous nous mettre dans le même moule ? Je m'y oppose farouchement.

.

.

Sister "z'aurez pas ma peau comme ça !"

.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2006 7 03 /09 /septembre /2006 19:08
.
Hier, parce que j’ai l’honneur et l’avantage de connaître une personnalité jouissant d’une immense culture, j’ai pu de découvrir un lieu aussi magique que majestueux. Une visite historique et bon enfant, où l’on se sent tout petit face au génie humain ayant traversé les âges.
. 
En côtoyant les belles pierres, j’imaginais le discours qu’une agence immobilière utiliserait pour vendre un bien d’exception de ce genre. Vous trouverez donc en vert, le discours pré-formaté visible dans toutes les agences qui fleurissent sur les cendres (encore chaudes) des anciens commerces de proximités. En bleu, il y a la « traduction » pour le commun des mortels que nous sommes (enfin sauf moi qui suit virtuelle donc ectoplasmique).
.
Sympathique petite bicoque et ses dépendances.
. 
Magnifique propriété dans un secteur calme et verdoyant en plein cœur du Vexin normand. Pour les Parigots qui n’ont jamais franchi le périph’ de peur de découvrir le « no man’s land » caché derrière, il suffit de prendre la route porte d’Auteuil et de remonter l’A13 sur une centaine de bornes. Non, votre Carte Orange ne permet pas d’aller jusque-là.
.
Superbe bâtisse du 12e siècle entourée de nombreuses dépendances, mais non classée « Monument Historique ». Ce qui permet de repeindre la façade en rose fluo si vous avez un goût de chiotte, mais que vous l’assumez pleinement.
.
Travaux à prévoir. Bah, presque rien, peut-être quelques fenêtres et portes, une toiture, une petite vingtaine de murs à reconstruire, des bricoles quoi.
.
On dirait le Bois de Boulogne, mais en mieux et en pas pareil.
.
Vue imprenable sur la vallée de la Seine. Oui, chers amis pro-Paname, vous ne serez pas totalement dépaysés. En plus, le panorama est encore plus impressionnant que celui offert par le Sacré Cœur, avec moins de voitures, de bâtiments et sans pollution autour. Votre nouveau 4x4 rutilant sera comme un poisson dans l’eau sur ce piton rocheux et retrouvera ses instincts sauvages plus sûrement que sur le boulevard des Maréchaux.
.
Pas de mitoyenneté. Aucun vis-à-vis. Vous serez absolument tranquilles pour faire du nu intégral (sous des U.V. naturels très doux) et parfaire votre bronzage « made in St Trop’ ». Sans parler de l’espace disponible pour l’organisation de « party », soirées « branchouilles » et autre « bar-mitsva » qui feront l’admiration de vos amis.
.
Situé sur un terrain non clos de plusieurs hectares partiellement boisés. Quel bonheur d'organiser de petits pique-niques ou cache-cache dans votre forêt privée ! Attention tout de même aux paparazzis, une clôture de quelques milliers de mètres pourrait s’avérer utile.
.
Prix à débattre. Mise à prix fixée à 120 millions d’euros sur E-bay auxquels il faudra inclure : les frais d’agence, les frais de notaires, l’enveloppe aux élus locaux (oui, c’est une vieille tradition quand on cause BTP), les honoraires de votre milice privée pour boucler le quartier, les prestations d’un coach en décoration, l’addition du paysagiste, etc.
.
Bon, oui, y'a quelques finitions à paufiner, mais avouer que ça a de la gueule !
.
Quelques équipements de sécurité (en fer forgé d’époque) assurent une décoration originale autant qu’une barrière efficace contre les intrusions. Ainsi, votre superbe collection d’œuvres contemporaines sera bien à l’abri, notamment les colliers de nouille de l’illustre inconnu encensé par la dernière expo extravagante mise en lumière par Jack Lang.
.
Belle hauteur sous plafond. D’ailleurs, il n’y a pas de plafond ! Cela vous permettra de transformer l’endroit en un loft spacieux, clair et au design audacieux.
.
Cette prestation catégorie « prestige » reste une affaire rare et dont notre agence Kikasslabarak peut s’enorgueillir d’avoir en portefeuille. En clair, le vendeur va empocher de telles commissions s’il arrive à vous refourguer le bien qu’il risque fort de se payer la biture de sa vie pour fêter ça.
.
. 
Sister « affaire à faire »
 

Partager cet article

Repost0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 02:56
.
Depuis le 25 juin 2006, le blog d’AnT - Monsieur « Inedire » - ne montre plus signe de vie.
.
On le croyait mis sur « pause » pour prendre quelques jours de vacances bien mérités, mais ce repos s’éternise et après plus d’un mois d’inactivité, on peut estimer qu’il est tombé dans un coma profond.
.
Pendant toutes ces semaines, j’ai tenté de le maintenir en vie. L’oxygénant, comme je pouvais, de quelques blog-à-blog de souffle vital, ou par le biais de sa boîte de dialogue. Cela n’a pas suffi.
.
J’ai pu joué un peu les infirmières grâce à mon assiduité à regarder « Urgences » (E.R. pour ceux qui préfèrent la V.O.).
« Allez, on lui fait chimie, iono, les gaz du sang, bandelettes urinaires et on lui passe 3 milligrammes d’atropine en I.V.
Où en est son Glasgow ? Vite, il fibrile ! On est en train de le perdre ! Bon, on charge à 400, on dégage ! Bling ! Bling ! ».
Malheureusement, c’est toujours l’encéphalogramme plat, pas de pupille réactive à la lumière, mouvement réflexe néant. Toutefois, comme il n’a pas signé de demande de non-réanimation, il n’est donc pas à l’ordre du jour de le débrancher. D’ailleurs, seul AnT a le pouvoir de vie ou de mort sur sa création. On peut le dire, il est carrément Dieu Le Père, c’est lui le taulier, on n’a même pas à moufter sur ses décisions ou son immobilisme.
Quelques soubresauts, à peine perceptibles, ont pourtant été repérés. On sent très bien toute l’énergie de l’auteur qui se dégage encore dans ses pages savoureuses.
.
Lors d’une interview exclusive et non publiée à ce jour, il me confiait qu’il ne faisait ça que pour lui, parce que c’était son bon plaisir et qu’il se fichait pas mal des avis extérieurs.
.
Doit-on en conclure que, comme l’amour qui s’émousse avec le temps, en matière de blog aussi, un jour : « tout passe, tout lasse, tout casse » ?
.
Oui, il ne nous doit rien.
Oui, nous ne sommes personne pour « réclamer » la réanimation de son site.
Oui, chaque jour des blogs naissent, vivent et meurent sur la toile sans que grand monde s’en émeuve.
Oui, mais !
Car il y a un mais.
Avez-vous vu le nombre de visites quotidiennes que ses articles génèrent encore ?!?! Son score au blog rank et sur Blogue Parade sont toujours aussi bons.
D’ailleurs, des fois, on se tire un peu la bourre, c’est marrant. AnT à la corde et Sister qui remonte le peloton des blogeurs acharnés !
.
J’y pense, si ça se trouve, des commentaires sont peut-être encore postés par-ci, par-là, au gré des pages, mais ne seront jamais lus par leur destinataire. Triste.
.
Comme le suggère Fabienne, il est possible que le Phénix renaisse un jour de ses cendres.
.
Possible également, qu’après s’être tant investi dans ce projet, la surconsommation d’Internet ait généré un phénomène d’écœurement et qu’il soit désormais important de mettre un peu plus de distance avec l’ordinateur pour repartir, plus tard, sur de bonnes bases et avec un rythme moins soutenu.
.
Je ne sais pas si, comme il l’indique, son blog fait maigrir ou rétablit la démocratie, mais une chose est sûre, il soigne la morosité et les petits coups de blues. Sans parler du terrible phénomène d’addiction qui se fait sentir immédiatement. Et ce ne sont pas les dizaines d’internautes qui viennent encore hanter ses écrits qui me diront le contraire. Espérant leur dose d’humour grinçant, décalé ou revendicatif. Puis, constatant que la page d’accueil est toujours inanimée, referme la fenêtre comme on repousserait la porte d’une pièce vide.
.
Si quelqu'un, quelqu'une, a un jour la chance de croiser furtivement l'homme qui nous a fait partager ses instants de vie et son immense culture, qu'il/elle lui dise qu'on espère juste qu'il va bien et qu'on le remercie pour tout.
.
.
Sister "Just hang on, suffer well, sometimes it's hard, it's hard to tell"
 
 

Partager cet article

Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs