Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 00:52

.

Il manque Hull à l'appel.

.

Bon, maintenant relisez à haute voix.

.

Ce mec est mort par la bêtise de George W. Bush... un de plus.

Cliquer ici pour en savoir plus.

.

Vous êtes choqué ? Vous trouvez ça vulgaire ?

.

Faire de l'humour sur une telle tragédie est indécent ?

.

Mais qu'est-ce qui est le plus traumatisant ?

.

Mon jeu de mots à deux balles ou l'ineptie de cette guerre qui n'en finit pas de détruire des vies et d'engloutir des milliards de dollars pour ne rien résoudre en Irak ?

.

Voilà, c'était bref, juste une phrase choc pour vous faire réfléchir.

.

Une revendication pacifiste à ma façon.

.

.

Sister "en berne"

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 00:18

.

Une fois n’est pas coutume, Microsoft recommence à se foutre ouvertement de notre gueule. Bah, on finit par avoir l’habitude.

Sauf que cette fois, ça tient tout simplement de la vaste arnaque commerciale. Va falloir songer à boycotter la firme pour leur botter sérieusement le train.

.

Mardi, est sorti le « Zune », alternative « billgatienne » très moche et peu pratique pour tenter de concurrencer le bel et innovant Ipod.

.

Il est gros, cher et en plus il est tout acquis à la solde des "majors", autant dire : NAZE !

.

Rien de vraiment neuf sous le soleil me direz-vous ? Hé bien si, car il réserve une surprise de taille aux utilisateurs. Une vaste escroquerie qui m’a réellement offusquée.

.

Amis pigeons, consommateurs de musiques numériques qui avez achetés - à prix d’or pour du virtuel - vos track lists sur MSN Music ou Windows Média Player, apprenez que vous pouvez tout foutre à la poubelle !

.

Vaste tromperie donc, puisque ces formats « made in Microsoft » ne seront pas lisibles par le « Zune » ! Toute la « cohérence » habituelle de la marque est ici résumée. Pour utiliser l’affreux lecteur MP3, il faudra racheter toute votre discothèque numérique !!!

.

Entre la connerie à l’état pur et l’idée qu’ils cherchent encore à s’en foutre plein les fouilles, on ne peut que rester dubitatif.

.

Le CD et les téléchargements pirates ont encore de beaux jours devant eux, les autres fournisseurs de lecteurs MP3 aussi !

.

Le jour où on mettra les cons sur orbite, les ingénieurs Microsoft n’auront pas fini de tourner ! On peut dire qu’ils se raclent la soupière les mecs pour aller pondre des conneries pareilles.

Chronique d’un flop annoncé ? J'espère bien...

.

Sister « aux chiottes le Zune ! »

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 23:20

.

Qui suis-je ?

.

Squattant sous vos fenêtres depuis des mois, je suis d’une arrogance rare. Malgré le faible encombrement de mes deux roues, je m’octroie systématiquement une immense place de parking. Pile-poil en plein milieu.

.

Pourquoi ne suis-je pas garée plus humblement sous le réverbère ? Mais parce que je le vaux bien cet emplacement !

.

J’aime faire sentir mon pouvoir de nuisance sur les autres véhicules. D’ailleurs, très souvent, mon proprio installe aussi sa voiture (comme vous pouvez le constater sur le cliché ci-dessous) sur les espaces destinés aux invités et aux visiteurs. Les obligeants, du coup, à se garer nettement plus loin dans la résidence. Les personnes âgées apprécieront la « balade », les livreurs aussi (sic).

.

Oui, il m’arrive de bouger, mais très vite, je reprends mes « droits » et me replace, là, juste sous vos yeux, pour que vous puissiez largement profiter de ma suffisance. Occuper tout l’espace, quand il est précieux, tel est mon bon plaisir.

.

Faire suer l’automobiliste (pour ne pas dire autre chose), c’est ma cerise sur le gâteau. Ce ne serait pas si drôle si les emplacements étaient nombreux. Là, trouver une place ressemble au jeu des chaises musicales, j’affiche donc sans ambiguïté mon intention : vous pourrir la vie et la vue. Ma vanité est inversement proportionnelle à ma taille, je suis pédante et je vous enquiquine bien !

Je suis la reine des petites lignes blanches !

.

Toute ressemblance avec des véhicules existants n'est pas du tout fortuite !.

Ça y est ? Vous m’avez reconnue ? Oui, bien sûr ! Vous êtes des dizaines à pester après moi chaque jour.

.

Quoi ? Vous vous demandez pourquoi je n’occupe pas ma place privative dans le parking (niveau -1) de l’immeuble ? Euh, bah, oui, effectivement, elle existe, mais reste vide.

Là, bien à l’abri, où je pourrais être protégée du vol, des dégradations, des intempéries.

Mais… comment dire… déjà ce serait beaucoup moins drôle (tellement banal d’être sagement à sa place) et surtout… j’ai peur dans le noir !!!

.

Sister « vroum, vroum »

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 01:03

.

3 semaines après la fin de mon contrat, je pense qu’il est temps de mettre le couvert…

.Moi aussi je peux être dure de la feuille.

Il a mariné dans son jus, il est à point maintenant.

.

A table ! J’vais m’le bouffer tout cru l’ex-boss, indigeste autant qu’imbuvable.

.

La lettre est prête, bien gratinée comme il se doit, elle partira demain en recommandé, après tout, c’est une « commande spéciale ».

Enfin, c’est plutôt une mise en bouche, j’annonce la suite probable des réjouissances par le menu. Libre à lui de régler l’addition de suite et de ne pas faire de vague ou de risquer sa peau en jouant encore le coup de l'intimidation.

.

S’il trouve que la note est trop salée et qu’elle lui reste en travers de la gorge, il peut toujours tenter de mettre les pieds dans le plat… à ses risques et périls…

.

Envie de faire la fine bouche ? De chipoter ou pinailler ? Je ne lui conseille pas de critiquer ma cuisine du diable faite de montagnes de chiffres, car il passerait illico à la casserole. Je vais le saigner comme un cochon et le vider comme un poulet !

.

Il pensait que ce serait moi le pigeon dans l’affaire, l’âne corvéable à merci, or il n’imaginait pas que qu’il finirait sur le grill, que la moutarde ne tarderait pas à lui monter au nez tant je vais pimenter la sauce pour mieux l’assaisonner. Il va en baver des ronds de chapeaux, s’en relever la nuit, ruminer sa tactique de contre-attaque (s'il en a une !) pendant que j’affûterai mes lames.

.

Je n’aime pas être prise pour le dindon de la (mauvaise) farce, alors je vais le réduire en miettes.

Et un menu gastronomique pour « Môôssieur le patron » ! Entrée, plat et dessert dans les dents. Il n’est pas prêt d’oublier mon nom, il va devoir regretter ses actes. Toucher à son portefeuille est ce que je peux lui faire de pire, de plus douloureux, il ne s’en remettra pas.

.

Je vais aiguiser ma feuille (d’heures) et lui clouer le bec à cet insupportable parvenu né avec une cuillère d’argent dans la bouche. Il finira sa carrière avec une bonne louche d’indignation dans le fondement, ça lui remettra les idées en place.

.

Pourtant, j'avais prévenu dès le 1er de l’an avec ma meilleure « bonne résolution » : 2006 serait l’année où je ne laisserai plus personne venir me chier dans les bottes. Il n’a pas compris l’avertissement, il en subira les conséquences.

.

La déloyauté et la trahison se payent au prix fort chez moi. Il va passer à la caisse rapidos sinon ce sera direction la case « prison », sans passer par la case départ et sans toucher pas 20.000 (ils me sont peut-être destinés).

.

On ne joue pas au plus fin si on a peur de foutre ses couilles dans la balance. Faire le mariole est marrant quand ce n’est pas au détriment des autres.

.

Il va se faire mettre en pièces, détailler en aiguillettes, réduire en bouillie. Je suis gonflée à bloc, ça bouillonne à l’intérieur et je brûle d’impatience de le griller dans la profession. Une fois transformé en petite chose carbonisée, insignifiante et ridicule, il n’aura plus droit qu’à mon profond mépris.

.

Ce type ne vaut pas un pet de lapin, il ne porte même pas bonheur quand on marche dedans du pied gauche.

.

Sister « aux p’tits oignons »

 .

 

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 01:02

.

Aujourd’hui ce sera très court.

.

 

Pour préserver tout l’impact du texte et parce que la gravité de l’info trouvée dans un coin de page du 20 Minutes (presque un entrefilet) de ce matin m’a fait bondir :

 

 .

Le budget élyséen a augmenté de 745 % entre 1995 et 2005.

 

 .

Maintenant :

 

- Si vous ne voyez toujours pas l’intérêt de voter, alors vous me faites flipper.

 

- Si vous êtes toujours content de payer des impôts, alors je vous trouve naïf.

 

- Si vous n’avez rien compris à l’importance de l’info, alors retournez à votre programme de lobotomisation « made in TF1 ».

 

 .

Je pourrais noircir des pages entières de mon indignation, je vous laisse juge de l’incroyable chiffre.

 

 .

.

Sister « outrée à l’extrême»

 

 

 Un petit journal qui en dit long, finalement.

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 22:43

.« Bling » je valide mon Navigo à ma gare de départ

 « Plop » je fais coucou à la caméra du métro

 « Bling » je passe les portillons

 « Plop » je vise d’un coin de l’œil un autre judas numérique

 « Scron » je retire des sous au D.A.B.

 « Plop » je repère la vidéosurveillance d’une école

 « Tut » j’appelle un pote depuis mon portable

 « Scron » je paye mon repas en C.B.

 « Bling », « Plop », « Bling », « Plop » j’effectue le trajet de retour

 « Tac » je tends ma Carte Vitale

 « Scron » je dégaine à nouveau la carte de paiement

 « Bip » je surfe et visite mes sites préférés.

 .Quelques marques se sont glissées dans cette image, sauras-tu les reconnaître ?

 

 . .

En décodant les informations stockées un peu partout (hors de ma portée), on trouve des choses étonnantes :

 

  . .

J’ai pris mon train à la gare de X. à 7h48 et suis arrivée à Gare du Nord à 8h30.

 

  ð     encore et toujours en retard

 

  .  

Métro ligne 2 jusqu’à Nation pour en sortir à 9h.

 ð     j’ai croisé Alexandre Dumas, Philippe Auguste, Jean Jaurès, le Colonel Fabien et le Père Lachaise. Ce sont des compagnons de voyage très calmes.

 .  . 

Ma carte magique consent à me gratifier de 20 € alors qu’elle devrait me rappeler que mon salaire n’a pas encore été viré qu’à cause des impôts, je suis forcément dans le rouge.

 ð     les derniers mois de l’année sont vraiment les plus ruineux !

 

  .

C’est une école juive pour les petits juifs. Pourtant de l’extérieur on ne devine même pas qu’il s’agit d’un établissement scolaire. Sûrement souhaitent-ils éviter d’attirer l’attention  de la Tribu Ka ou des potes de Dieudonné.

 ð     enfin, y’a bien quelques indices malgré tout : la procession de Porshe Cayenne, de BMW et de Mercedes matin et soir devant la porte…

 

  .

Allo P. ? Oui, ça se passe bien dans mon nouveau job, ils sont sympas, y’a tout à faire. Et toi, la forme ? Bon, on se voit samedi prochain comme prévu ? OK ça roule, bonne journée.

 ð     faut que je trouve fissa un pub calme, clean et accueillant, parce qu’on le vaut bien.

 

  .

12,50 € pour des crevettes sauce piquante et des nouilles sautées, ils abusent dans ce resto asiatique ! La prochaine fois, j’opterai pour un confit de canard au bistrot du coin.

 ð     la Bretagne et les produits de la mer me manquent…

 

 .

Vérification annuelle des quenottes, les plombages tiennent le coup, pas besoin de détartrage (j’y veille en astiquant mes crocs convenablement).

 ð     j’aime bien mon dentiste, il ne me torture pas comme un sadique et ressemble à William Baldwin.

 .

Passage obligé sur le Net. Ici on laisse partout des traces de son passage, sans le savoir. Réciproquement, les cookies viennent squatter mon ordi à mon insu.

 ð     quel soulagement d’aller voir mes sites préférés, lâcher des com’, ramasser les e-mails, tchat par ci, MSN par là.

 .

Discrètement et sans que je puisse contrôler ces fichiers, les puces et les voyeurs derrière leurs écrans, décodent tous les détails de ma journée, mes habitudes, mes amis. Ils en savent plus que moi !

 . .

Je trouve impressionnant de constater à quel point il est facile de retracer ma journée dans ses moindres détails. Soigneusement minuté, on est traçable partout (mieux que la barbaque qu'on mange) et filmés sans le savoir. Impossible d’échapper aux mailles du filet. N° de compte bancaire, N° de Navigo, N° de sécu, N° de Carte Bleue, N° de portable, N° I.P., etc.

 

 .  

Et si les R.G. avaient accès à tout ? Il est indéniable que l’info est disponible et facilement exploitable par un regroupement de fichiers.

 .

D’un coup, je prends conscience d’être vachement observée… ça colle un peu les miquettes ! La boucle est bouclée. Oubliée la discrétion, fini l’anonymat, terminée la tranquillité. Les microprocesseurs et puces de tous poils (notez l'astuce) m’ont traqué, suivi, observé, analysé, disséqué.

 

 .  

Est-ce réellement un progrès ? Devrais-je revenir en arrière ? Aux paiements en espèces, aux cabines téléphoniques, aux tickets de métro ? Impossible ! Ne serait-ce parce que nous sommes obligés d’avoir un compte bancaire et une carte vitale. Mais le pire, l’atroce épreuve, l’insurmontable manque serait : être privée d’Internet !

 .

Pff, je dois bien faire avec ce manque d’intimité. De toute façon, ça intéresse qui ? Je ne suis pas Ben Laden.

   .

.Sister « Big Brother is watching you ».

 . .

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 21:15

.

Vendredi soir, histoire de papoter avec des potes, nous sommes allés prendre un verre au bar Peanut's près du POPB. Le patron est sympa, mais à 5 € la bière (en Happy Hour en plus !), on n’ira pas tous les jours. Par contre, un bon point, il m'a fait découvrir une stout que je ne connaissais pas. Elle m'a paru vraiment légère malgré ses 8 degrés d'alcool.

Le premier qui dit que je suis une alcoolique, je le fume comme un jambon. ;-)

.

Ensuite, une petite faim nous a poussé vers un resto. En tout désespoir de cause, par pêché de facilité et parce qu'on se s'était pas renseignés par avance, nous avons échoué au Bistro Romain. Une bien mauvaise pioche !

J'ai horreur qu'un commerçant prenne le client pour un con !

Alors que nous n'étions que 4 et qu'une poignée de tables seulement étaient occupées, l'employé a eu la bonne idée de nous placer juste à côté des toilettes. Vraiment collés à la porte ! Merci pour les odeurs, le bruit du bidule servant à se sécher les mains, les allers et venues incessantes des autres clients.

.

Quand on pense qu'il y avait une bonne quinzaine de tables disponibles, je crois qu'on s'est vraiment foutu de notre gueule. Ma sanction sera sans appel, désormais je boycotterai cette enseigne (qui déjà ne m'enthousiasmait pas des masses). Et après ils viendront couiner que le business ne marche pas, que les temps sont durs. Bande de crétins, pensez donc à vous remettre en question !

.

Cerise sur le gâteau, des tarifs prohibitifs pour la qualité des produits : frites pas cuites et insipides, bavette calcinée à l'extérieur et crue à l'intérieur, du pain caoutchouteux, etc.

.

La prochaine fois, on ira chez un restaurateur digne de ce nom. Comme le petit Verdot (dans le 17e) par exemple. Là, rien à redire, qualité, compétence et amabilité sans faille du patron (avec une bonne pointe d'humour, ce qui ne gâche rien). C'est quand même autre chose !.

Sister "on ne plaisante pas avec la bectance"

.

Partager cet article

Repost0
23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 00:42
.
Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase que l’on pourrait quasiment qualifier de « culte » tant les médias nous la servent à toutes les sauces.
Enfin, ce n’est pas totalement leur faute, le problème vient surtout de leurs interlocuteurs dont la misère lexicale n’a d’égale que la pauvreté de leurs idées. Du coup, pour être sûr de bien se persuader que ce qu’ils vont dire est important (à leurs yeux du moins), ils usent et abusent de la première personne.
.
Promis, la prochaine fois qu’une personne en face de moi balance cette pure connerie, je lui rétorquerai : « au nom de tous, de l’assemblée ici présente en ce lieu et de nous-mêmes, nous… ». Voilà, du bien lourd et redondant à l’extrême, ça devrait plaire !
.
Hé Maurice, c'est lourd ce truc ! Ouais Polo, il paraît que c'est un stock de bêtise humaine. Ah bon ! Je comprends mieux alors...
.
Sister « en accord avec elle-même »

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 21:37
En passant tout à l’heure devant un sbire de la Grande Faucheuse (option « tunning caveau »). J’ai aperçu une de ces affreuses plaques gravées (enfin, c’est mon goût, ou plutôt mon dégoût) qui disait :
« Ma pensée du jour est pour toi ».
Que peut-on en conclure ?
Que PFG et consorts fabriquent donc des articles spécifiques pour veuves blondes ? On dirait bien en effet…
Qui d’autre pourrait n’avoir qu’une seule pensée quotidienne ? Et en prime pour un macchabée !
Quelle tristesse d’imaginer qu’on ne puisse rien avoir d’autre à mettre dans son crâne.
Quel dommage que le cerveau de la malheureuse ne puisse rien générer de plus gai ou de plus utile. Probablement une atrophie neuronale ou un dysfonctionnement des dendrites.
N’oublions pas que la bimbo de base doit toujours veiller soigneusement à l’accord « chaussures / sac à main » ou « vernis à ongles/ rouge à lèvres », c’est important et cela mobilise beaucoup de son énergie. En plus de la pratique régulière du shopping et de la propagation de ragots, il va de soi.
Avec un peu de chance, on peut espérer en l’existence d’une « pensée du soir »…
Avec ça sur mon blog, je suis certaine que vous reviendrez me rendre visite plus souvent. Me trompe-je ?
Une chose est sûre, je ne veux pas finir comme les autres refroidis.
Passer mon éternité six pieds sous terre, alignés en rangs d’oignons derrière de hauts murs de béton, totalement écrasés par 200 kg de granit, le tout orné de fleurs en plastique (beurk), très peu pour moi.
Et de cette fameuse pensée gravée dans le marbre... Tant qu’à faire, je préférerais qu’elle soit imprimée dans le cœur des gens que j’aime.
Le commerce a ses raisons que ma raison ignore.
Sister « passer l’arme à gauche ? Non merci, je prône la non-violence ».
 

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2006 2 04 /07 /juillet /2006 23:15
Pourquoi un tel titre ? Par dégoût des mecs totalement bourrés qui se permettent de bousculer tout le monde, de faire tomber les filles qui, toutes absorbées par le spectacle, ne s’attendaient pas à sentir projeter sur elles 80 kg de viande saoule.
Le pire est que personne n’ose réagir, sous prétexte que les types deviennent souvent violents une fois qu’ils ont un coup dans le nez. Ils créent immédiatement dans la foule une vague de quasi-panique et de regards angoissés.
Sans parler de l’agacement généré par ces abrutis venant s’agglutiner aux meilleures places, si chèrement acquises par le fruit de nombreuses heures d’attente sous le cagnard, à rester debout immobile à ignorer toute envie de besoin naturel.
Bon, vous allez me dire : « ouais, et toi, au lieu de faire ta maline, dit nous un peu ce que tu aurais fait dans une telle situation ? ».
Il faut savoir que j’étais un peu en service commandé, en mission spéciale quoi, car je devais assurer la sécurité de personnes d’un courage absolu, car agoraphobes déclarées et pourtant assez « couillues » pour oser affronter plus de 10 000 djeuns assoiffés de son et de bière tiède. Me voilà donc dans la peau d’une body guard.
O.K. – Unit one, lesson one.
Repeat after me : "I’m not afraid, so, I’ll lui fumer sa race".
 
Premier assaut : un dodu très chevelu avec des lunettes vertes "peace & love" qui s’est littéralement vautré sur moi et forçait pour passer devant.
Je me suis retournée et droit dans les yeux, telle la louve protégeant ses petits (ouaip, j'me la pète grave), je lui ai dit fermement qu’il était hors de question qu’il passe ici. Il a insisté en poussant davantage, alors je l’ai attrapé pour l’envoyer plus loin, où il a tenté de poursuivre sa progression.
Plus tard, un grand blond jeune et torse nu, l’air complètement hagard, écartait violemment les gens pour s’imposer dans la foule. Il jouait des coudes et malgré ma tentative de faire barrage de mon corps, il est repassé par le côté pour se planter devant moi et surtout trop près de ma copine.
Oulà, ce n’était pas un truc à faire, me mettre de travers peut devenir assez dangereux. Je l’ai poussé là où il y avait moins de monde, mais il s’est retourné avec un air mauvais pour d’un coup faire volte-face et me tourner le dos.
Ah tu veux faire le malin, tu veux jouer à la méthode forte, OK tu l’auras voulu. Ni une ni deux, je lui ai planté l’ongle bien tranchant de mon pouce dans son flanc en remontant assez haut pour bien marquer la chair sans pour autant l’entailler afin de ne pas laisser de preuves. Il a senti la douleur aiguë sans se douter de son origine, mais n’a pas demandé son reste pour aller faire chier plus loin. Finalement, il a par trois fois failli se faire sortir par les vigiles postés devant la scène.
Ainsi, on a pu profiter du concert sans trop de problèmes. N’empêche que ça gâche quand même un peu la fête. Heureusement que le show était excellent, ça fait oublier le reste.
Mission réussie, objectif atteint.
Sister « faut pas m’faire chier, pigé ?! »
 
Ici Kaysersberg, preuve de mon passage par cette superbe région française.

Partager cet article

Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs