Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 22:47

.

Vous vous demandez pourquoi je n'ai pas blogué hier ?

.

Bah, facile, j'ai fait le mort...

.

Logique, non ?

.

En plus, bloguer à la Toussaint, il paraît que ça pourrait porter malheur, transformer en sorcière, faire surgir des citrouilles maléfiques, jeter des sorts aux petits enfants pas sages, réduire le taux de cholestérol, etc.

.

Sister "mes seins voués à tous les saints qui ne sont plus en odeur de sainteté"

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 23:29

.

Il paraît que la fête américaine perd du terrain, tant mieux.

Cette vaste opération mercantile commençait sérieusement à agacer tout le monde. Pourquoi essayer de faire un copier-coller culturel là où notre "exception française" reste un fleuron de notre indépendance (toute relative, convenons-en).

.

Marre de voir les boutiques et les gens se déguiser "pour faire comme les autres" et vouloir s'approprier des codes qui leurs sont totalement étrangers.

.Cliquez donc, ça ne mange pas de pain et ça nourrit sainement vos neurones.

Alors, de façon bien modeste, et pour rétablir la vérité, vous endormir moins bête ou briller un peu en société, je vous invite à vous rendre sur le site de l'Arbre Celtique qui est un monument de connaissances et de pointures qui alimentent les différents thèmes autours de nos ancêtres, ainsi qu'un forum fort bien documenté.

.

Je n'ai pas voulu les paraphraser, il suffit de cliquer pour comprendre en quelques lignes que les ricains ont encore travestis l'histoire pour en faire un remake sucré, aseptisé et surtout vidé de sa substance pour ne devenir qu'un moyen de plonger plus avidement dans vos portefeuilles.

.

Sur ce, je retourne à mon silence pour célébrer à ma façon, le retour de la saison sombre.

.

Sister "chevalière des ombres et du royaume de l'obscur"

.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 23:07

.

Depuis quelques jours, je suis en quête d’écouteurs intra-auriculaires, mon affreux matou ayant directement croqué dans le malingre câblage de mon MP3 tout neuf et à peine sorti de sa boîte. 

.

=> Note perso : penser à faire du pâté de greffier aux truffes pour l’offrir à Noël.. Ce objet n'est pas un duo de bouchons pour orifices divers.

J’ai donc traîné mes guêtres du côté de la rue Montgallet, rien ! Ils m’envoyaient chez Surcouf, mais j’ai des principes et ces mecs là ne m’inspirent pas confiance (SAV naze).

.

Un coup d’œil sur Internet m’apprend que le vendeur national (vu qu’il tient le quasi-monopole de la distribution de produits « culturels ») semble bien placé en matière de prix.

.

Je me pointe au magasin de Bastille. Vendeur très sympa, mais le rayon est minuscule ! Il me dit que son ordi est en rade pour vérifier les stocks des autres points de vente. Direction celui de St Lazare. Encore choux blanc, là on m’indique qu’il en resterait un seul à la (bip) Digitale. Il est trop tard pour que j’y aille, on me donne leur numéro de téléphone.

 

Samedi matin, histoire ne pas me taper 3 heures de transport pour des prunes, j’appelle et demande le rayon « petit équipement son ». Bip, bip, bip !

Ca commence bien, bon esprit commercial on me raccroche au nez, j’adore ça.

Pas de bol pour eux, je recommence. Là, je tombe sur une opératrice qui souhaite accéder à ma requête.

- Bonjour, connaissez-vous la référence de l’article que vous cherchez ?

- Oui, c’est le Creative Labs EP-630

- Alors… oui… voilà, j'y suis…

- Il vous en reste ?

- Bah là je vois un stock à moins un, donc ça fait zéro, donc y’en a plus !

- Ah bah oui, si vous êtes déjà à moins un… ce n’est pas la peine. Merci Madame et bonne journée.

.

J’ai manqué d’éclater de rire au téléphone. Il est quand même assez étonnant d’avoir un stock négatif, mais le raisonnement de la télé-opératrice m’a carrément scié !

.

Bon, bah c’est pas gagné mon affaire… Et je n’ai pas envie de passer par leur site qui va me facturer en sus 15 % du prix en frais de port.

.

J’irai le commander par le biais du vendeur cool, ça ira plus vite.

.

Sister « et quand c’est plus cher, bah le prix est plus élevé et le coût augmente avec un accroissement de la somme à payer »

.

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 00:45

.

Ce matin, en montant dans mon train, j’aperçois un magazine Gala resté sur un siège. Par curiosité et comme je n’ouvre ce genre de revue que chez le toubib ou chez le coiffeur, donc pas plus de 4 fois par an, je l’attrape pour le feuilleter.

.

Il y a des tonnes de photos de gens que je connais peu (voire pas du tout), c’est propret, d’une banalité affligeante et trop politiquement correct, je m’interroge sur l’intérêt de dépenser le moindre euro pour cet étalage de clichés de « peoples ».

.

D’un coup, je tombe sur des photos du calendrier des Dieux du Stade. Évidemment, je connais bien cet objet qui fait immanquablement parler de lui chaque année. Et puis ma passion pour le corps masculin ne date pas d’hier, je ne pouvais donc pas ignorer les jolis clichés. Trop queer selon moi pour 2007 pour quelques poses qui s'affichent à la limite du bon goût.

.La plus belle photo à mon goût, très à mon goût même ! Une superbe brochette, il n'y a vraiment rien à jeter là-dedans...

.

Soudain, je constate que les pages sont collées… grand moment de solitude… je referme gentiment l’ouvrage imprimé et le repose sur le siège d’à côté, l’air de rien…

.

Inutile d’en dire plus, tout le monde aura compris. Du coup, j’ai attrapé mon baladeur et tourné la tête vers la fenêtre… songeuse…

.

Sister « un mâle pour un bien »

.

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 14:06

.

Non, ne commencez pas à m’imaginer telle une loque humaine, gisant par terre, la tête dans mon vomi, ayant usé et abusé de substances chocolatées, de boissons pour adultes ou autre aliment détraquant la santé par force consommation.

.

 

Point du tout, je vous rappelle que nous sommes dimanche et que, dans ma condition d’athée convaincue, je me penche aussi parfois sur le sort de mes concitoyens moins chanceux qui doivent s’astreindre (s’ils respectent les règles auxquelles ils ont accepté de souscrire) à une visite hebdomadaire (au minimum) chez leur confesseur-grand-gourou-prêcheur (patin couffin).

.

 

Toutefois, quelle ne fut pas ma surprise en constatant que les ouailles n’avaient pas toujours la liberté adéquate pour s’adonner sans contrainte à leur passe-temps favori. En effet, comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessous, une grille a été érigée là où, auparavant, un petit escalier permettait de passer aisément, de l’air de repos toute proche vers la superbe collégiale.

.

Ils sont fort les architectes et ingénieurs qui ont validés les travaux !

.

Alors je vous le demande, comment l’Eglise va-t-elle pouvoir endiguer l’hémorragie de croyants si les quelques uns d’entre eux se voient barrer la route par de hautes grilles ? Franchement, c’est la bérézina ! Moi, j’m’en fout, j’mange pas d’ce pain là, fût-il le corps du Christ, enfin j’aime bien visiter les cathédrales, chapelles et autres. Ca m’embêterait que ces édifices se dégradent parce qu’il n’y a plus personne pour les visiter et filer des ronds lors des quêtes du monsieur qui porte une robe, mais qu’il paraît qu’il a le droit parce que sa hiérarchie elle fait pareil et que même que c’est pas des homos pour autant (enfin il paraît). Juste qu’ils aiment souvent les p’tits jeunes qui couinent dans la chorale ou qui suivent leur enseignement de catéchisme parce que leurs parents les y contraignent, soi-disant que c’est important pour eux. Le bizutage du monsieur en robe ? Oui, on est au courant, mais on ne dit rien parce que ça fait des années que ça dure et qu’il a une bonne réputation le monsieur en robe, tout le monde l’aime bien.

.

 

Arf, s’il faut porter sa croix pour aller voir le petit bonhomme cloué sur la sienne, c’est pas une vie. J’suis bien contente de ne pas avoir à subir ce parcours du combattant.

.

 

Sister « prêche pour sa paroisse » 

.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 22:50

.

Vous ne croyez quand même pas que je vais bloguer un vendredi 13 ! Pas plus que les soirs de pleine lune ou les 30 février, faut pas déconner les mecs. Soyons raisonnables 5 minutes.

.

D'abord, je tiens à vous annoncer que j'ai gagné au Loto. Bon, pas les 15 millions d'euros (qui ont trouvé preneur près de Toulouse), mais oui, j'ai gagné 2 euros, en effet je n'ai pas joué. Une chance sur 75 millions, j'ai plus de probabilité de me faire sodomiser par un extra-terrestre ! D'ailleurs, je ne sais pas si le nouveau multimillionnaire a mal au cul, en tout cas, les millions d'autres joueurs, oui.

.

Rassurez-vous, j'ai plein d'articles en stock, qui n'attendent que le secours de mes doigts agiles pour prendre forme au delà de mon petit carnet à spirales.

.

Ce week-end, je serai toute à vous, enfin, dans la limite de notre relation hautement platonique (et dans platonique, y'a plato) par écrans interposés.

.

D'abord, je boude. Mister AnT souhaite prendre une retraite bloguienne anticipée alors qu'il n'a ni le nombre de trimestres requis, ni l'âge canonique obligatoire, ni même un petit début d'Alzheimer. C'est trop injuste. Je vais me retenir de respirer, tenter une grève de la faim, priver mes proches de mes services, me mettre sur répondeur, débrancher mon sex-toy (and my toy boys), bref, me couper des plaisirs de la vie. Histoire de le faire changer d'avis. OK, j'ai aucune chance, mais sur un malentendu, y'a p't'être moyen de moyenner ?!?!

.

Voilà, c'est bien fait pour vous, z'avez qu'à pas m'embêter le vendredi 13. Surtout que je ne suis absolument pas superstitieuse, autant dire que ce jour, sa veille ou son lendemain m'infidèrent totalement.

.

Allez, je vais reprendre des forces pour être au top demain et taper tout ce que j'ai sagement préparé durant mes trajets boulot-dodo. L'article ici présent est une pure impro', un total "lâchage" sans filet, même pas peur la fille ! Vous vous rendez compte des risques inouïs que je prends pour vous ? Carrément hallucinant !

.

Sister "qui fait son numéro"

.

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 00:09

.

Vous connaissez peut-être ma propension à être fine gastronome. Voici, contrairement à mes habitudes, un met que je sais être « à croquer », bien que n’ayant malheureusement pas eu l’occasion d'y goûter. Par chance, j’ai pu procéder par observation et n’ai pas eu à disséquer le sujet pour en tirer des conclusions qui vous apporteront un éclairage complémentaire sur l’auteur atypique.

.Son meilleur profil ? Nan, il est encore mieux que ça !.

 

Ingrédients :

 

-          100 g. de culture (primordial pour la réussite du plat)

 

-          15 g. de jovialité (cela pimente et rend également plus digeste)

 

-          60 g. de références diverses : écrivains, humoristes, historiens, économistes (il faut un mélange varié pour une plus grande diversité de goûts)

 

-          75 g. de bonne éducation (c’est un label de qualité, n’oubliez pas qu’il tient « une maison réputée pour sa réputation »)

 

-          30 g. d’impertinence (l’amateur de blog aime être surpris et un peu bousculé dans ses habitudes gustatives)

 

-          5 g. de sensualité (pour épicer la préparation, attirer la gent féminine et s’assurer un bon placement en tête de gondole de Blogueparade)

 

-          10 g. d’estime de soi (attention à ne pas surdoser, car si un grammage correct permet de donner du corps à l’ensemble, il faut savoir qu’un excès apporterait une amertume gênante proche de l’égocentrisme)

 

-          15 g. de « beau gosse attitude » (assez lié à l’ingrédient précédent, ce petit plus vous permet d’apporter une touche finale, une présentation soignée donne envie de dévorer le plat).

 

.

 

Préparation :

 

-          Mélanger soigneusement la culture, les références et la bonne éducation pendant quelques années. Laisser mariner jusqu’à ce que le sujet devienne « créatif ». Ne cherchez pas à précipiter le mouvement, tout comme le pain prend son temps pour « pousser » et développer son goût, le AnT doit arriver à maturité seul.

 

-          Quand le sujet est « mûr », il suffit de le placer dans un environnement propice. Ajouter une pincée de motivation, un petit rien du genre « coup de pouce du destin » et laisser mijoter à feu doux.

 

-          Progressivement, ajouter les autres ingrédients pour obtenir un mélange homogène (et c’est bien connu, quand y’a d’la gêne, y’a pas d’plaisir)

 

-          Placer le tout dans un creuset Over-blog et attendre que la magie opère.

 

.

Tout de main : pour la sauce, il suffit d’arroser régulièrement la préparation de bon vin et de quelques garnitures aromatiques.

 
.

A déguster sans modération sur les pages d’Inedire. La meilleure cantine pour votre intellect affamé de nouvelles fraîches, de stimulations neuronales et de traits d’esprit aux saveurs subtiles.

 .

 

Sister « cordon bleu pour dévoreurs de pages web »

.

P.S. : mes tartes aux pommes sont dignes des plus grands pâtissiers, sans fausse modestie. Ce qui me vaut une convoitise culinaire prononcée de la part de mes proches et amis quand la saison du fruit interdit approche... Je n'en dévoilerai jamais la recette, même sous la torture.

Je n'ai pas pu mettre de photo du "AnT à la sauce blog" celui-ci gardant jalousement son droit à l'image. Chose que je respecte sans broncher. J'suis une fille bien élevée, sauf quand on me le demande gentiment...

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2006 6 09 /09 /septembre /2006 13:52
.
Ce titre bien racoleur pour évoquer un sujet sensible, une question brûlante, surtout quand on est blonde (à forte poitrine) : peut-on parler de sexe avec un ami mâle sans passer à la casserole ?
.
La réponse est nette et sans bavure (sic) : c’est oui !
.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, je vous assure que la chose est réalisable, j’en suis la preuve vivante.
.
Quels en sont les intérêts ? La principale motivation réside dans le fait de pouvoir comparer les ressentis. Attention de ne pas tomber dans l’étalage ou l’évocation systématique de vos ex, cela pourrait alourdir le discours. Quelques citations d’expériences vécues peuvent étayer le discours si elles sont bien à propos et qu’elles « tombent à pic », point trop n'en faut.
L’échange verbal permet aussi de bien mieux connaître les émotions et effets produits par telle ou telle action sur la « partie adverse », souvent appelée « partenaire ».
.
En effet, regardons les choses en face, sans biaiser S.V.P.
A un pote, on peut tout lui dire, la relation est franche, sans ambiguïté, sans ambages, on se sent en confiance.
De même pour lui, il peut poser les questions crûment sans risquer de se prendre une mandale ou de passer pour un macho. Il peut y aller franco de porc port sans se demander si c’est du lard ou du cochon (un peu, beaucoup, passionnément).
.
Ainsi, on apprend beaucoup de l’impact des gestes et on évite certains écueils, tout comme on comprend sur quelles pratiques il faut se concentrer. Des conseils sont toujours les bienvenus pour améliorer la technique.
.
Ah ! Le bonheur du travail bien fait !
.
Plaisir d’offrir, joie de recevoir.
.
Ceci est un symbole freudien très fort, le fait qu'il y ait deux portes en dit long...
.
Faut-il réaliser ses fantasmes ?
Est-il raisonnable d’attendre 3 semaines avant de passer aux choses sérieuses ?
Que tenter en cas de panne ?
Comment réagir face à une allumeuse ?
.
Oui, je vous assure (c’est garanti sur facture), l’échange est indéniablement plus constructif que la lecture de magazines, car on se transmet des petits trucs et astuces qui évitent certaines déconvenues ou permettent d’accéder à un degré d’efficacité bien supérieur.
.
Toutefois, je dois vous mettre en garde, car lorsqu’on évoque ainsi certains sujets « chauds-bouillants », il est important - voire primordial - de garder la tête froide (et le reste aussi). Sinon, l’histoire peut vite tourner au « tête à queue » et vous ne serez plus crédibles dans votre volonté de rester dans la maîtrise du « en tout bien tout honneur ». Vous devrez rester dans les bornes de la théorie, car passer à la pratique risquerait de vous faire tomber dans la catégorie « partenaires », ce qui et aussi risqué qu’inconfortable (position délicate ?), car la notion de « pote » pourrait disparaître par la même occasion.
.
Prenez garde également à ne pas vous vanter de ce genre de conversation, surtout si l’un ou l’autre a déjà « sa moitié » qui pourrait ne pas bien comprendre ce déballage de sujets sensuels (pour ne pas dire autre chose).
.
Maintenant, c’est à vous de jouer. Méfiez-vous, ne proposez pas ça à la première copine venue, ou au premier pote qui passe, il faut partager une véritable connivence pour tenter l’expérience.
.
.
Sister « à vous de jouer »
.

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 02:13

.

C'est bien ici pour la Guinness ?

A pinte with blackcurrant for me please !

Mon flair est inégalable en la matière, c'est comme une pulsion qui m'attire... Pensez bien que si demain le breuvage sacré devient une denrée interdite, je rivaliserai d'efficacité avec la brigade cynophile* des douanes la plus à la pointe  du pistage. Afin de retrouver la moindre trace de "mousse brune irlandaise" dans les parages.

.

* merci de ne pas confondre avec sinophile, ça ferait désordre. Et apprenez que la stout n'est pas et ne sera jamais "made in China", merci de votre compréhension.

.

D'ailleurs, j'en profite pour préciser qu'il faut toujours sortir deux bières du frigo, n'est-ce pas cher AnT ? Ainsi, on peut partager avec un copain (ou copine) passé dans les alentours par le plus pur des hasards (quoique longuement prémédité). Sinon, on boit la deuxième à la santé de l'autre qui n'a pu venir. Nadine de R. (qui souhaite garder l'anonymat) me le confiait encore l'autre jour en animant une petite sauterie sur le thème de "Peut-on balancer un rot de camionneur face à monsieur l'ambassadeur ?". Les règles de la bienséance font qu’il n’est pas de bon ton de boire seul(e).

.

Néanmoins, si là, tout de suite, je proposais un coup à boire, hé bin y’a personne qui réagirait ! Pourquoi, parce que si en ce moment vous êtes en train de boire mes paroles (ce qui me réjouit au plus haut point), il est plus de deux heures du mat’ ! C'est assez souvent l'heure vers laquelle j'écris mes articles. Notez au passage que cela prouve que mon pseudo n’est pas usurpé.

.

Autre pièce versée au dossier pour attester de la véracité de mes dires : mardi soir, j’ai proposé un coup de cidre à mes acolytes de blog, oui, vous avez bien lu, je n’ai pas dit alcooliques. Et bien, force est de constater qu’ils se sont rendus compte de ma proposition que le lendemain ! Je vous accorde qu’à l’aube, le petit noir (ou mon thé adoré), vaut mieux qu’un rinçage buccal au jus de pomme pétillant pour adultes.

.

Une dernière chose avant que vous retourniez bosser et que j’aille rejoindre un instant les bras de Morphée avant de faire comme vous, souvenez-vous que : « un tien vaut mieux que deux tu l’auras ».

.

.

Sister « en plus, elle s’ennuie la p’tite mousse si elle est seule »

.

Partager cet article

Repost0
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 00:52

.

Cette semaine, j’ai constaté l’arrivée imminente du seuil critique de mon stock de breuvage sacré à consonance « so british », mon stimulant, mon petit voyage au bord du mug, ma drogue douce (avec le chocolat, l’amour, etc.), j’ai nommé le thé.ine,

. j’ai constaté l’arrivée imminente du seuil critique de mon stock de

Ni une, ni deux, en voiture Simone - enfin plutôt en Transilien Sister - me voilà en quête de petites feuilles parfumées destinées à de douces infusions.

.

Je me pointe chez mon dealer, euh mon revendeur agréé, dûment assermenté à me fournir les jolies boîtes garnies ou recharges en écrins souples. Auprès de lui, je collecte les quelques sachets de variétés que j’affectionne. Soudain, ô rage, ô désespoir, ô approvisionnement ennemi, n’ai-je donc fait 30 km que pour cette pénurie ? En effet, il m’apprend qu’il n’a plus de « Mayflower ». Ah bah me v’la bien ! Ne pas paniquer, ni se rouler par terre dans cet établissement respectable, pas de scandale, ne laisser apparaître aucun stress ou goutte de sueur traîtresse, rester maître de ses émotions, gérer la mauvaise nouvelle.

.

« Oh, vous n’en avez plus. Quel dommage ! Auriez-vous une saveur très approchante ? »

« Oui, la maison vient de créer un nouveau mélange, assez similaire, le voici. »

.

Étant d’un caractère joueur et un brin téméraire, je demande à sentir un peu leur dernière création.

.

« Ah oui, il est ressemblant, sympathique, mais il y a un léger parfum qui diffère, que je ne reconnais pas. Pourriez-vous me dire ce qu’il contient comme ingrédients ? »

« Ouhla, je ne sais pas trop, il est très récent, je vais regarder dans notre petit manuel descriptif. »

.

Comme je plaisantais avec le vendeur à propos du snobisme de certains clients qui achètent plus une marque qu’autre chose, il me confirmait qu’effectivement, certains pseudo-connaisseurs prenaient le plus cher sans être capables d’en apprécier les arômes subtils. Parfois même, ils revenaient le voir en prétextant qu'il avait dû se tromper en leur vendant autre chose qui n’avait aucun goût ou le trouvant trop fadasse. Hérétiques, qu’ils sont ! On se moquait gentiment de cette caste de parvenus persuadés que leur portefeuille bien garni leur assure par là-même une culture et un jugement sûr, voire indiscutable, concernant toute chose. Hé oui, la bêtise frappe dans la chaque classe sociale, aucune n’est totalement épargnée.

.

Autre petit détail qui me fait bien marrer, c’est de voir certaines femmes se forcer à boire du thé vert (en tentant de dissimuler une grimace face à l’amertume et au goût si particulier) juste parce qu’elles ont lu quelque part que c’était un très bon antioxydant, antivieillissement et j’en passe. Il est si impressionnant de voir ce que la mode ou les magazines féminins arrivent à imposer comme tortures volontaires aux fashion victims.

.

Après quelques minutes de recherche, il trouve l’avenant descriptif, trop récent, il ne figurait pas encore parmi les pages du manuel de base.

.

Afin de ne pas altérer l’importance des termes, j’ai retrouvé la description exacte qui est faite du mélange dont je captais les effluves avec gourmandise.

.

« Mélange gracieux évoquant la fascination pour cet ancien comptoir des Indes françaises situé au nord de Madras. Il se compose de thés noir et vert des hauts plateaux avec les notes majestueuses des fragrances exotiques et est agrémenté de fleurs de fête. Thé poétique et parfumé. »

.

Hé bien me voilà bien avancée avec ça ! Des fleurs de fête ? Même sur Google, ils ne connaissent pas.

.

On gloussait de bon cœur à la lecture de ce descriptif aussi flou que poétique.

.

Pour me faire une idée plus précise, j’ai demandé à ce qu’il regarde ce qui était indiqué pour celui que je recherchais et qui devait similaire au nouveau. En voici le détail :

« Thé noir de Chine parfumé aux arômes de fleurs poussant sur la côte Pacifique des Etats-Unis. Agréablement surprenant. »

.

Oh la vache ! Ça va loin aussi. Nous voilà maintenant avec des fleurs californiennes ou assimilées.

.

Constatant que le service marketing de la marque ne manquait pas d’imagination, nous avons feuilleté pendant quelques minutes les « arguments de vente » afin de voyager un peu par la pensée. On a bien rit, bien rêvé aussi. Finalement, c’est amusant de compulser ainsi les dessous d’une tasse de thé, sans en apprendre beaucoup sur la composition réelle de l’infusion recherchée.

.

Juste pour quelques grammes de finesse supplémentaire, voici ce qui est dit de leur thé le plus réputé :

« Succès incontesté de la Maison Mariage Frères, ce mélange secret vous fera voyager dans les plus lointaines et mystérieuses contrées. Les senteurs de fleurs et de fruits de Chine et du Tibet lui confèrent un arôme velouté unique. Un bouquet extraordinaire pour le plus mythique des thés parfumés. »

.

J’en déduis donc que j’aime les thés contenant des fleurs et des fruits du bout du monde, mais je ne saurais jamais réellement lesquels…

.

Sister « fancy a cup of tea? »

 

Partager cet article

Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs