Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 02:26

.

Je suis toujours surprise et amusée lorsque j'entends ma collègue, bien sous tous rapports, parfaitement BC-BG, carrément catho-tradi, vraiment la fille sage et très "comme il faut", balancer d'un ton pète-sec :

"Oh mais il commence à m'agacer ce client avec ses modifications à la mords-moi-le-noeud !"

.

Il me semble qu'elle n'a pas parfaitement compris le concept de l'expression... j'adore !

.

Peut-être devrais-je lui glisser la copie idoine de mon dictionnaire d'argot ? Oh non, je préfère la laisser mariner un peu. C'est trop bon de sentir cette innocence mêlée de grivoiserie.

.

.

Sister "un rien m'amuse"

Partager cet article
Repost0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 01:36

l

Savez-vous quel est le plus long nerf du corps humain ?

l

l

l

l

l

Bah, c'est le nerf optique !

l

l

La preuve : tirez-vous un poil du cul... et vous allez pleurer !

l

l

l

Sister "amis poètes bonsoir"

Partager cet article
Repost0
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 01:56

Voyez comme le sourire enjoleur vous induit en erreur. Arf, soyons vigilants.

Petite, on m’a toujours dit que c’était : « les filles à la vanille et les gars au chocolat », d’ailleurs j’ai des preuves. Et monsieur A. Souchon est là pour en attester (Si tu m'crois pas hé, T'ar ta gueule à la récré… Le mercredi je m'balade, Une paille dans ma limonade, Je vais embêter les quilles à la vanille, Et les gars en chocolat… J'ai dix ans).

.

Re-saisissons-nous, on ne peut pas laisser passer une telle publicité mensongère de « femme chocolat », tout ça c’est du flan !

.

Afin d’accentuer ma féminité, je n’hésite pas à me parfumer de cette délicate substance vanillée pour créer le trouble chez les mâles que je croise et qui captent ainsi quelques subtils effluves sur mon passage. Tout ça dans le secret espoir qu’ils aient envie de me dévorer…

.

Donc il faut se rendre à l’évidence, cette demoiselle présumée n’est autre qu’un transsexuel qui fait son coming out, là, comme ça, devant tout le monde ! Elle ose même prétendre qu’elle possède un organisme génétiquement modifié doté d’une hémoglobine au Nutella pur jus. N’en croyez rien, ce monsieur-dame n’est qu’un(e) affabulateur(trice) et vient foutre le bordel dans nos choix gastronomico-sexuels.

.

Autres preuves irréfutables de mes allégations :

- on dit LA vanille

- on dit LE chocolat

- la vanille est le fruit d’une orchidée, délicatement pollenisée par la main de l’homme et d’un petit bitoniau bien pratique (mode d’emploi sur demande)

- le chocolat est un produit fini issu de la cabosse, un gros fruit qui pendouille telle une c. sur une branche et qui a donné la fameuse expression « Maurice, t’es vraiment une tête de caboche ! » (oui, la déformation de prononciation vient du léger accent de Mme Da Silva)

- la vanille est une belle brune longiligne qui sait se fendre pour libérer ses puissants arômes

- le chocolat est souvent évoqué pour représenter de jolis abdominaux masculins : « T’as vu les tablettes de chocolat que Jean-Claude s’est sculptées grâce au sport ? ».

.

En cuisine, on mélange à coup sûr un peu de vanille à toute préparation chocolatée pour exalter la palette de saveurs du cacao. C’est aussi ce que l’on appelle chez le mâle : « son côté féminin ».

.

Vous voyez, tout concorde à merveille. Maintenant, libre à vous de faire votre petite tambouille et de tirer les conclusions qui s’imposent. N’empêche que si vous ne voulez pas « être chocolat », je vous conseille d’ouvrir l’œil et le bon lorsque qu’une pseudo-femelle vous proposera de la croquer toute crue… Sinon, vous risqueriez de tomber sur un os… euh non, sur un corps caverneux.

.

Sister « Vanilla tahitensis  100 % Appellation d'Origine Contrôlée »

 .

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 00:09

.

…et en l’efficacité de l’infusion de queue de cerise.

.

Vous l’avez sûrement remarqué, ce site est apolitique, puisque je tape sur tout le monde. Il est également athée car j’ai du mal à croire qu’un mec tout seul ait réussi à foutre un tel bordel sur notre bout de caillou. En plus, personne n’est fichu de s’entendre sur son nom, sa tronche, ses actes et desiderata. Du coup, ça me gonfle grave ! D’ailleurs, il n’y a jamais eu tant de morts que par ceux qui entendaient pacifier le monde en son nom. Un vrai foutoir j’vous dis !

.

Est-ce que pour autant cela fait de moi une non-croyante ou une impie ? Pas si sûr.

Ici l'une des succursales disponible à quelques coins de rue de chez vous.

.

Car je crois en l’Homme, en sa volonté, en sa passion, en son énergie.

.

Avez-vous remarqué à quel point l’être humain sait faire preuve d’ingéniosité quand sa soif de pouvoir, de confort ou de survie en dépend ? D’accord, le résultat de son dessein ne sera pas forcément un bienfait pour l’humanité.* Toutefois, on n’invente pas l’eau chaude ou le fil à couper le beurre salé chaque matin.

.

Mais alors ? Pourquoi le mâle de base (ou sa jolie femelle) n’a-t-il jamais voulu croire en lui-même au lieu de préférer placer son destin dans les mains de divinités, de la fatalité et autres éléments immatériels ?

.

La raison en est simple : c’est juste parce qu’il a les chocottes le bonhomme ! Il a furieusement les foies d’assumer tout seul le poids de ses échecs, de ses ratages, de ses plantages en règle.

.

Il ne veut pas être responsable du boxon ambiant, alors il rejette la faute sur l’autre. D’où l’intérêt qu’il soit totalement éthéré sinon on viendrait lui demander des comptes au grand fouteur de trouble.

.

J’entends d’ici :

« Ouais, ce n’est pas juste, le réchauffement de la planète, tout ça, j’ai peur ! ».

Bah fallait prier davantage Saint Hulot.

.

« Et la misère, la faim dans le monde, les guerres ? »

Pff, tant pis pour vous, c'est parce que vous n’avez pas assez fait de pèlerinages auprès de Mère Thérésa.

.

« Mais la vache folle, les poulets au H5N1, les OGM, le veau aux hormones, les légumes aux nitrates, le chikungunya, tout ça, on va s’empoisonner ! »

C’est votre faute, vous n’aviez qu’à envoyer vos prières à l’apôtre Bové.

.

« N’empêche, la maladie, les souffrances, les grandes épidémies, ce n’est quand même pas notre faute ? »

Entièrement au contraire ! Vous êtes punis par manque de dévotion envers le Dalaï-Lama.

.

Bon, maintenant j’ose espérer que vous avez compris la leçon et enfin vous sortir les extrémités digitales du fondement où vous les aviez fourrées pour affronter la vie telle qu’elle est. Et en arrêtant de vous plaindre S.V.P. !

.

Vous êtes les acteurs de votre destinée, il ne tient qu’à vous de faire changer les choses pour aller dans la bonne direction, celle du succès.

.

Croyez en vos chances et avancez**

Regardez comme il va me prendre dans ses grands bras ouverts... c'est touchant.

Et le premier qui m’appelle Sainte Sister ou Déesse de la Nuit, je le cloue sur mon autel du seul Dieu valable sur cette planète, son Altesse sérénissime, sa Seigneurie, son Excellence, sa Splendeur, j’ai nommé Dave Gahan !

.

Sister « Blasphemous rumours »

 

 .

* y’a-t-il un communiste sur ce blog ? Ayons une pensée émue pour ce journal qui ne passera peut-être pas l’hiver.

** « Lève-toi et marche » qu’il disait l’autre qui m’a honteusement plagié la formule le scélérat !

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 01:15

.

"Le clou qui dépasse rencontrera le marteau"

.

Ça vous évoque quoi au juste ? Perso, j'ai souvent l'impression que ma propension à "ramener ma grande g..." me place rapidement dans l'inconfortable position du clou. Tant pis, j'assume. Je préfère affirmer mes choix et en risquer les conséquences éventuelles plutôt que de rentrer dans le rang, faire profil bas et finalement aller contre mes convictions.

Et vous ?

.

Sister "taïaut !"

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 23:47

.

Vous connaissez l’expression : « se plonger dans un livre », mais vous arrive-t-il de fendre l’onde des mots couchés sur le papier pour laisser vos pensées flotter au gré des phrases ?

.

Souvent, mes lectures m’amènent à élargir le sujet, à le transposer sur une situation vécue, ou à imaginer d’autres situations similaires. Du coup, mes idées s’emballent, s’envolent par delà les pages, tel un albatros firltant avec la crête des vagues (oui, parfois je me la pète avec une pseudo poésie à deux balles).

.

Cet état d’apesanteur peut se prolonger. Mon petit cerveau semble partir en voyage à travers les mots et plane à cent mille lieux de mon quotidien ordinaire.

.

Tel un tapis volant, mon livre ouvert devient un support à la rêverie et s’affranchit parfois totalement de ce qui m’entoure à ce moment.

.

Soudain, je sors de ma douce torpeur comme on se réveille en sursaut. Du fait que le décor et les personnes autour s’effacent de mon univers onirique, la « retombée sur terre » peut être quelque peu folklorique ! C’est comme cela qu’il y a quelques jours, j’ai purement et simplement loupé ma gare d’arrivée.

.

Pas grave, il me suffisait d’attendre le train suivant (dans l’autre sens, bien sûr !). Il était tard, j’étais seule sur ce quai de banlieue, je me suis mise à fredonner quelques chansons sans honte ni gêne, sachant que mon timide auditoire n’était probablement composé que de taupes, de musaraignes et d’oiseaux assoupis que mes vocalisent n’ont pas empêcher de vaquer à leurs occupations.

.

Replonger dans mes pensées m’aurait exposé au risque de louper à nouveau la station. Je n’allais pas faire la navette toute la nuit quand même !

.

Les éditeurs devraient le spécifier sur les livres, comme il existe des avertissements sur les paquets de clopes. Ici un « lire provoque une addiction » ou « bouquiner peut vous rendre inattentif à votre entourage » serait utile.

.

Enfin, je ne pense pas être la seule à qui ce genre d’aventure arrive ? Si ! Ah bon, bah alors je devrais peut-être consulter un psy, une astrologue, le Père Noël ? Pff, c'est peine perdue, d'ailleurs, je préfère la compagnie des livres.

.

 

Sister « rêveuse »

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 23:44

.

Juste quelques lignes (même pas drôles) pour éclaircir un élément de vocabulaire qu’il me paraît utile d’évoquer, car la confusion est fréquente entre les mots « morbide » et « macabre ».

Morbide :

¨ [MÉDECINE] Qui concerne la maladie, qui est propre à la maladie; pathologique. État morbide.

¨ Qui dénote un dérèglement de l’esprit. Une passion morbide pour les souliers féminins. Une jalousie, une curiosité, une peur morbide. Qui dénote un goût délibéré pour ce qui est jugé dépravé, malsain; qui encourage ce goût. Un texte morbide. De la littérature morbide.

 

Macabre :

¨ Qui évoque la mort, qui implique la mort. Plaisanterie, humour macabre. Une ambiance un peu macabre. Les policiers ont fait la macabre découverte dans le grenier de la maison.

.

Voilà, je ne vous embête pas plus longtemps.

.

Ah si, juste une dernière chose, qui n’a rien à voir avec le sujet précédent, mais m’énerve également et me donne des envies de meurtres (ça c'est pour la transition avec les mots évoqués plus haut).

.

Les médias parlent souvent des « soldes » et m’écorchent les oreilles quand ils mettent ce mot au féminin.

Non, non et re non !

Le mot « solde » est masculin quand il s’agit des promotions à prix cassés ou de votre compte dans le rouge (ou vert si vous êtes verni) à la banque.

La solde est la paye du soldat. Un point c’est tout.

.

OK, je suis d'accord avec vous, le shopping est plutôt une occupation féminine et l'armée un repaire de mecs. Enfin, la langue française n'est pas à une connerie près. Un exemple ? Une couille, un stérilet. Cherchez l'erreur.

Les étrangers doivent vraiment se dire que les Français sont des tordus... et ils n'ont pas tort !

.

Méfiez-vous les amis, la médiocrité règne, osez sortir du lot.

.

.

Sister « les points sur les i »

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2006 5 20 /10 /octobre /2006 02:14

PROVERBE CHINOIS

"Si à la Saint Valentin, elle te caresse la main,

vivement la Sainte Marguerite..."

 .

.

.

.

Sister "finesse et bon goût"

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 02:08

Oui, je me dois de rendre à César ce qui lui appartient et donc à AnT l'initiative de ce petit questionnaire.

.

1 - Pourquoi ce questionnaire ?
Pour lever un coin du voile.

 

 

 

 

 

2 - Pourquoi écrivez-vous ?
Parce que c’est vital et que j’adore ça. A chacun sa thérapie.

 

 

 

 

 

3 - Pourquoi lisez-vous ?
Pour m’instruire, m’évader, me cultiver, voyager, découvrir, etc.

 

 

 

 

 

4 - Une robe de chambre ?
Un petit déshabillé de soie noire.

 

 

 

 

 

5 - Un paradoxe ?
Plusieurs même ! Je ne suis pas à ça près. En fait, je cultive l’ambiguïté de mes personnalités.

 

 

 

 

 

6 - Pourquoi Camus ?
Pourquoi pas, ce n’est pas moi, c’est AnT qui le dit. Hum, c’est qui ce Camus ?!?! ;-)

 

 

 

 

 

7 - Phrase préférée de compassion ?
Aucune, chaque cas est unique. Je préfère soutenir, écouter et aider.

 

 

 
8 - Une envie ?
Plusieurs ! Des tonnes ! En fait elles se résument en un mot simple : « bonheur ».

 

 

 

 

9 - Un sens tout le temps aux aguets ?
Tous, les infos doivent parvenir au plus vite à mon cerveau, ils sont donc tous indispensables et connectés en permanence.

 

 

 

 

 

10 - Une lubie ?
Faire ce que j’aime.

 

 

 

 

11 - Un refus ?
Je ne dis pas souvent non, c’est d’ailleurs un problème parfois.

 

 

 

 

 

12 - Une fleur ?
Toutes, la nature en a créé des milliers et je devrais n’en garder qu’une ! J'accepte toutes celles que l'on m'offre.

 

 

13 - Un fantasme ?
Un seul ? Non des tas ! ils m’appartiennent et le petit jeu est de savoir s’il faut y céder ou pas.

 

 

 

 

 

14 - Une vertue ?
Oui, mais petite alors !

 

 

 

 

 

15 - Une qualité ?
L’écoute.

 

 

 

 

 

16 - A poil ou à valeur ?
Le poil savamment domestiqué où il faut et éradiqué ailleurs.

 

 

 

 

 

17 – Une femme ?
Une copine qui ne juge pas.

 

 

 

 

 

18 - Que rêvez-vous d'être ?
La Calas dans le corps d’Adriana et avec le cerveau de Marie Curie.

 

 

 

 

 

19 - Un homme ?
Complice. Prêt à oser se lâcher.

 

 

 

 

 

20 - Un souvenir ?
Ado, assise sur le bord de ma fenêtre, la nuit, à écouter pendant des heures un rossignol chanter non loin de là.

 

 

 

 

 

21 - Un besoin ?
La santé, morale et physique.

 

 

 

 

 

22 - Un secret ?
Cela me paraît inévitable autant que souhaitable. Tant qu’ils n’ont pas d’impact sur les autres, je me les garde.

 

 

 

 

 

23 – Un défaut ?
Je laisse à chacun, je choix d’en juger. Ce qui plairait à l’un, déplaira à un autre...

 

 

 

 

 

24 - Des talents ?
La cuisine à force de travail. Sinon, l’envie de bien faire qui donne de la valeur aux actes et c’est ce qui compte le plus à mes yeux.

 

 

 

 

 

25 - Avec ou sans la langue ?
Avec douceur, sans langue de bois.

 

 

 

 

 

26 - Satiable ou insatiable ?
Insatiable !

 

 

 

 

 

27 - Plus belle phrase dite récemment ?
Les autres voient ta valeur et la beauté de ton âme, alors ne change pas. (Merci Annick)

 

 

 

 

 

28 - Sociable ?
Pas toujours et pas avec tout le monde surtout !

 

 

 

 

 

29 - Avec ou sans glaçons ?
3 glaçons dans mon Bailey’s. Pour "jouer", je préfère la chantilly. Le Nutella, ça colle trop.

 

 

 

 

 

30 - Tu es fier de toi ?
Pff, nan très rarement. Ma course au perfectionnisme me laisse souvent sur ma faim.

 

 

 

 

 

31 - Un mot pour terminer ?
Fin ? C’est d’une banalité ! Disons plutôt : « et vous dans tout ça ? ».

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 00:51

.

Comme j'ai pas grand-chose de solide à me mettre sous la plume (subite crise de flémingite) alors autant y mettre du liquide.

.

Voici ma petite citation du jour : "L'alcool est un ennemi, celui qui fuit l'ennemi est un lâche".

.

Pourquoi vous faire méditer sur cette phrase en plein été ? Parce que c'est la période où l'on boit le plus (j'en sais quelque chose !) et surtout, j'ai fait une incroyable découverte durant mes vacances. En effet, sous vos yeux ébahis, je vous apprends ici et maintenant (c'est mieux qu'ailleurs et plus tard, vous en conviendrez comme moi), en breton, cidre se dit "sistr" ! Oui, oui, vous avez bien lu, ma boisson favorite (juste avant la Guinness), s'écrit bien comme Sister, mais sans le "e" (je me demande bien ce qu'ils en ont fait du "e" ? Il doit être noyé au fond du verre).

.

Comme quoi j'étais prédestinée quelque part...

.

Pour la peine, avis aux plus pochtrons d'entre vous, une petite question bonus :

Quelle boisson appelle-t-on "fond de culotte " ?

.

Je paye l'apéro à celui (ou celle) qui donne la bonne réponse.

.

.

Sister "à consommer avec modération et jamais plus haut que le bord"

.

Partager cet article
Repost0

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs