Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 15:56

 

Il fait beau. Le fait est indéniable, le ciel est bleu sur Paris (du moins entre deux averses, réminiscence des giboulées de mars). Les terrasses des cafés se remplissent comme un Polonais un jour de paye, le printemps est là.


Ainsi, par l’odeur alléchée, je m’en vais voir du côté de l’extérieur pour profiter des rayons peu ardents sur ma peau laiteuse et de la douce chaleur qui me chauffe la couenne. J’aime profondément cette saison de petites fleurs, de pousses tendres et de nature qui revit de partout. Les montées de sève, c’est vraiment mon truc.


Ce midi, je choisis donc de fausser compagnie aux collègues pour aller battre le trottoir, armée d’un sandwich « camembert / jambon de Bayonne »*, histoire de faire classieux à souhait.

 

Puisque les cieux sont cléments, je m’en vais me faire un shoot de pierres ultra précieuses, me mettre des étoiles plein les yeux et des rêves plein la tête : direction la Place Vendôme** et la Rue de La Paix (dont la contrepèterie est savoureuse).

 

Je suis une croqueuse de diamant refoulée.

 

Cartier vient de mettre en vitrine une nouvelle collection inspirée par les Indes.

Les parures ne me séduisent pas plus que cela, mais les quelques objets bien choisis permettent une mise en scène intéressante. Pour faire plus pittoresque, ils ont disposé dans le décor des coupelles contenant des currys, des curcumas, des paprikas et autres épices si typiques de l’orient. En s’approchant un peu, on remarque que ce sont en fait des sortes de petits tas de sables colorés et solidifiés. Bizarre.

 

Pourquoi donc s’être donné tant de mal à confectionner ces ersatz de poudre alors qu’il aurait été si simple d’en mettre directement des vraies ?


Un instant, je me dis qu’ils ont vu l’aspect pratique, le risque d’en mettre partout en bougeant les éléments ou par la faute d’un coup de plumeau malencontreux.  Pourtant, je ne suis pas convaincue de ma théorie. Si un tel joaillier s’est risqué à faire du faux - ne fut-ce que pour l’aspect visuel - il doit y avoir une bonne raison.

 

D’un coup, comme un rayon de lumière traversant les nuages, tel un flash venant illuminer mon esprit embrumé, j’eus un genre d’éclair de génie (hum, oui, ma grande modestie me perdra). « Bon sang, mais c’est bien sûr ! C’est pour l’odeur ! ». Évidemment une boutique qui se targue d’être le comble du luxe, le haut du panier et accueille le top du gratin des huiles de la mondanité et des portefeuilles débordant de cash, se doit de ne pas sentir l’épicerie de quartier.

Vous ne pouvez pas vous permettre de recevoir des têtes couronnées et des grands capitaines d’industrie avec des relents de curry de derrière les fagots. C’est juste pas possible, inenvisageable, aberrant, so shocking!


Voilà donc l’explication des pseudo épices, ils sont totalement factices, donc inodores, pour la plus grande satisfaction et le total confort olfactif des becs fins pour qui les problèmes de pouvoir d’achat n’existe que dans le journal.


Voyez jusqu’où va se nicher la maîtrise du marketing, car comme le dit un proverbe Suisse :

« Le Diable se cache dans les détails ».

 



Sister « pas de quartier chez Cartier »

 

 


* Ca c’est aussi pour énerver Mortecouille, lui mettre l’eau à la bouche, le pauvre qui souffre en silence avec juste du Stilton, du Cheddar et des crackers à se mettre sous la dent. Comme quoi la barbarie est encore bien de ce monde.

** J’en profite pour rappeler que je n’ai toujours pas reçu mon invitation à venir tester (en forfait illimité) la sublimissime piscine du Ritz, La Poste a dû égarer mon courrier. Comment pourrait-il en être autrement ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jc 25/04/2008 21:57

que ne faut il pas faire pour ne pas deplaire aux fortunés client de la dites boutique de luxe ..............c'est clair qu'une fragance d'origan ou d'herbe de chez dugros ferait desordre parmis les diams et autre breloque en platine

Sister of Night 28/04/2008 01:35


Si ça se trouve, ils payent des mecs une fortune pour trouver des fragrances relaxantes qui mettent les acheteurs dans de bonnes dispositions et permettent ainsi de
leur faire lâcher encore plus de pognon. Ah ! La science...


monsieur plus 25/04/2008 10:16

"se remplissent comme un Polonais un jour de paye",  "Les montées de sève, c’est vraiment mon truc." : j'adore ta façon imagée pour nous faire comprendre l'arrivée du printemps.

Sister of Night 25/04/2008 15:21


Oui, il me prend l'âme d'une poète de temps en temps et par beau temps. Vous avez l'oeil aiguisé et la plume fine. Non, ne me poussez pas dans mes retranchements, je
ne causerai nullement de taille de plume, plume au c., pruneau cuit, cuitas les bananas... split. Et le tout ad libitum.


mortecouille 24/04/2008 22:10

Wé mais on ne trouve pas plus de bayonne digne de ce nom que de camembert dégoulinant. Il est doublement cruel ton witche.

Sister of Night 24/04/2008 23:01


Je sais, ce n'est pas très sympa de ma part, mais tu sais, y'a moyen de te faire parvenir un filet garnis jusque sur ton bout de caillou, à condition que les douanes
ne fassent pas flairer les paquets aux toutous. Sinon, c'est la cours martiale pour haute trahison et trafic d'armes de destruction massive. Enfin, le jeu en vaut la chandelle.


A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs