Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 22:27

Il faut se rendre à l’évidence, pour la grande majorité des Français, la « rentrée » c’est cette semaine. La grande transhumance des Parisiens cramés, à court de fric et encore plus râleurs que d’habitude s’est effectuée ce week-end. Bison Futé l’a dit, le retour des aoûtiens sera rouge, comme toujours. Et surtout comme leur tronche en voyant que le Trésor Public ne les a pas oublié et qu’à défaut d’une carte postale, ils trouveront dans leur boîte aux lettres le tiers provisionnel à payer avant le 15. Ce qui fera le bonheur des organismes de crédit revolving qui voient chaque année gonfler la masse des nouveaux adeptes de la « somme d’argent disponible » qui vous plonge dangereusement dans les mains griffues du taux usuraire et son cortège de surendettement.


Oui, il faut s’y résoudre et dire adieu paréo, tongs et cocktails dans le transat. Bonjour costume, pass Navigo et stress.

 

Eté 2012 086

 

En arrivant au boulot, on doit inévitablement passer par l’étape des questions traditionnelles : « t’es allé où ? », « c’était bien les vacances ? », « tu as eu du soleil ? », « y’avait du monde ? », « tu n’as pris trop de coups de soleil ? » et j’en passe. C’est marrant cet irrépressible besoin de remuer le couteau dans la plaie de ceux qui sont trop contents de nous raconter des destinations de rêves et activités idylliques quand on est sagement restés à Meulun, chez la belle-sœur et ses 4 mouflets ultra remuants. Heureusement, j’évite ce genre de plan foireux. Perso, je suis plutôt sur le mode télégraphique du genre : « Bretagne, mer calme, soleil et belles randos ». En général, ça ne prête pas le flanc à des débats sans fin sur le mode : « Oh oui, la Corse s’est sublime, mais la Sardaigne, c’est moins surfait » ou les réponses du style : « Bof, l’Égypte, moi je m’en fiche, j’y vais pas pour les pyramides, je préfère me faire bronzer en hôtel club devant la piscine », ce que je trouve particulièrement affligeant et pourrait me pousser à des élucubrations sans limites sur la connerie du fait d’aller si loin juste pour se transformer en une grosse tartine grasse qui grille côté pile et côté face pendant des heures. Ah ! Les joies du retour de vacances, c’est tout un poème.

 

Ce qui est étonnant, c’est de voir le changement d’attitude des gens « avant – après ». Quand ils sont restés « relax à Paname » et ont bossé pendant que les autres avaient les orteils en éventail, on les sent cools. Le phénomène est surtout très marqué sur les 3 premières semaines d’août. On les voit, détendus, souriants, profitants du soleil aux terrasses des cafés. Glandouillant à loisir dans les rues en sortant du boulot, papotant dans les parcs le midi, en pleine « zénitude » et profitants de la life.

Ces mêmes personnes ne vont pas tarder à se transformer radicalement au contact trop massif de leurs congénères. Tel Bruce Banner qui devient Hulk quand on l’énerve ou Dr Jekyll qui part en sucette, ces gens souvent courtois et tranquilles quand ils sont assez isolés, vont redevenir des bêtes sauvages et hargneuses parce que le top départ de la rentrée aura été implicitement donné par le retour trop brutal des estivants.


Du coup, je m’interroge. L’Homme n’est pas fait pour vivre entassé avec ses semblables. La limite de saturation est rapidement atteinte et le climat se dégrade irrémédiablement dès que la densité de population se fait trop forte.

Il faut dire qu’en appliquant un comparatif simple, on voit de façon évidente où le bât blesse.

Août : on peut se garer dans Paris, les cheminots ne sont pas en grève, il n’y a pas de bouchons devant les écoles, le stationnement est partiellement gratuit, il est facile de traverser une rue sans risquer sa peau, la circulation routière est fluide (sauf quand la DDE en profite pour faire des travaux), on n’attend 2h pas dans les Administrations, les gens sont plus aimables, on prend le temps sans courir non-stop comme des débiles, on peut s’asseoir dans les transports en commun, je peux venir bosser en 20 minutes au lieu de 90, etc.

Septembre : c’est la merde, c’est encombré dans tous les coins, y’a des bouchons de folie, des grévistes fleurissent de partout, c’est le bordel, les gens sont agressifs, il pleut, on a des tas de dépenses chiantes à faire, on stress, c’est la course, tout le monde vous gueule dessus, vous bouscule sans raison et j’en passe et des meilleures.

La preuve est bien là, sous nos yeux. Trop de monde les uns sur les autres et c’est la surchauffe, on ne se supporte plus, ça craque de tous côtés, les emmerdes se multiplient, le système explose.

 

Que pourrait-on faire pour éviter cela ? Bonne question, je me remercie de me l’être moi-même posée personnellement en mon for intérieur et extérieur via mon blog à moi que j’ai. => début de schizophrénie galopante en phase gazeuse. N’appelez pas les secours, mon cas n’intéresse personne, je m’autogère sans soucis et ne suis pas dangereuse pour autrui.

Réponse : je propose de laisser ces fichus parisiens pénibles sur leur lieu de vacances trop d’la balle, loin d’ici, loin de moi et de mon espace vital. Déjà parce que ça leur fait du bien de prendre l’air et surtout, parce que ça me fait un bien fou qu’ils ne viennent pas me pomper le mien !

En plus, tout le monde parle du dépeuplement rural et de la crise du logement francilien, tout ça, tout ça, alors qu’une opération de vases communicants entre régions résoudrait ces deux soucis en faisant d’une pierre deux coups. J’aime.


Oui, bon, c’est peut-être un peu égoïste, mais quand je les entends gloser sur leurs meeeerveilleuses vacances, je me dis qu’ils auraient mieux fait d’y rester puisque c’est si bien ailleurs et si pourri ici. Finalement, ils ne seraient pas un peu masos les Parigots de remonter au bercail comme un saumon dans son ruisseau ? Si l’herbe est plus verte ailleurs, qu’ils y restent. Mais non, faut pas rêver, ils sont revenus, ils sont tous là (ou presque) et le tourbillon infernal de la rentrée va recommencer. Ainsi va la vie, ainsi s’en vont les vacances.


 

Sister « qui partira encore un peu quand tout le monde sera revenu »

 

Chronique 27082012 Chronique 27082012

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

TT02 01/09/2012 19:21


Ahhahh je reviens de Florence, c'était fantastique. Un endroit agréable mélant culture et shopping. AAhhh !


Par contre j'ai le bon gout d'habiter en région. Je ne viens pas narguer les parisiens, moa !


(j'adore écouter tes posts)

Sister of Night 02/09/2012 02:13



Florence ?!?! Oh la veinarde ! Faudra me raconter car j'en ai souvent entendu de très bons échos. En plus, c'est mon deuxième prénom, donc un signe, peut-être
?


TT, tu dois être la seule à avoir trouvé le bouton du clic magique qui met le son. Tu es mon héroïne (celle qui se balade avec des tenues festives comme Wonder
Woman, pas la poudre blanche qui défonce les neurones et le reste).



n'chaka 29/08/2012 21:25


et pourquoi tu crois que je vie au find fond du trou du cul du monde ? ... bien content qu'ils soient rentrés chez eux les touristes :D

Sister of Night 02/09/2012 02:10



C'est sûr, la voilà la bonne option, fuir les cons. Un jour je le ferai aussi, mais j'aime Paris pour son dynamisme, son anonyma, ses spectacles et les potes qui s'y
trouvent.


Bon, je confirme, ils sont revenus. Jeudi soir y'avait tellement de bouchons autour de Paname que je suis arrivée chez moi vers 21h. La classe !



MissPrecious69 28/08/2012 21:37


"L'enfer c'est les autres." Sartre.

Sister of Night 28/08/2012 23:35



Oh que oui !



Shaya 27/08/2012 22:51


Oui, je "revenante", et alors ? ;)


Ah les retours de vacances, Paris, les Parisiens, les Franciliens, etc. : un bien beau sujet !


J'ai évidemment bien ri en lisant ton article, mais je ne suis pas d'accord. Tu propses qu'ils restent sur leur lieu de vacances puisqu'ils y sont si bien. Mais tu oublies que les mêmes, sur le
lieu de leurs vacances, râlent sans cesse : "au moins à Paris, on a l'eau courante" "au moins à Paris on mange ce qu'on veut" "ohlala ce qu'il fait chaud ici, c'est intenable" "regarde-les, ces
gens, "y" sont pas comme nous! Que des fainéants !"


Bref, moi je dis que ceux qui enjolivent le plus leurs vacances sont ceux qui ont le plus râlé parce que Paris leur manquait. Et je suis persuadée qu'ils partent forcément là où ils peuvent être
entassés, tout comme le reste de l'année.

Sister of Night 28/08/2012 23:35



No problemo, you're welcome back.


Tu as tout compris, ils sont pénibles partout, dénigrent sans arrêt, se croient plus intelligents et restent persuadés que Paname est "top fashion VIP" alors que la
province est "pleine de culs terreux". Sauf qu'ils oublient vite que des Parisiens "pur jus", y'en a très très peu ! Mais alors qu'est-ce qu'ils se la racontent les Franciliens intra-périph'
!


Mais comme tu dis, ils ne peuvent pas avouer avoir passé des vacances comme Monsieur-Tout-Le-Monde, sinon à quoi bon, n'oublions pas qu'ils sont d'une caste
supérieure et ne se mélangent pas au peuple.


Comme dit le slogan du quotidien du même nom : "le Parisien, mieux vaut l'avoir en journal".



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs