Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 02:21

On ne le dira jamais assez, les Anglais ne sont pas comme nous. Depuis des lustres qu’on essaye de les comprendre, il y a toujours quelque chose qui nous échappe dans leur logique. Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’Histoire avec un grand H, puisqu’il y a qu’à voir le nombre de fois où on s’est foutu sur la tronche pour un oui, pour un non. C’est bien qu’ils nous en veulent ou qu’ils font rien qu’à nous embêter. La preuve, ils veulent bien faire l’Europe, mais en gardant leur monnaie, ils acceptent le tunnel sous la Manche, mais sans changer leurs rails, ils persistent à rouler à gauche. Bref, rien que des trucs pour nous faire voir qu’ils ne se mélangent pas au reste du monde. 

Bon, je ne veux pas critiquer en masse, car y’a franchement des trucs qu’ils font mieux que nous, comme le rock (mancunien, « liverpoolien » ou autre), les jardins poétiques, les monarchies qui durent, etc. Mais on reste au top sur la bouffe, le pinard, le climat et j’en passe.

 

N’empêche, ils sont vraiment pleins de contradictions ces British. J’en veux pour preuve un truc tout simple, le thé. Étant une grosse consommatrice de cette boisson, je me suis souvent dit qu’en allant en Angleterre, j’allais pouvoir goûter les crus les plus suaves, les saveurs les plus incroyables, les mélanges les plus subtils… hé bien « no way ».

Cela remonte à un paquet d’années en arrière, mais la première fois que j’ai débarqué sur leur territoire, pour une formation « en immersion », je jubilais d’avance lorsque mon interlocutrice me proposa une tasse de thé.

Chacun ayant déjà sur son bureau son mug fétiche affichant souvent un message amusant ou décalé si fidèle à leur humour inimitable, elle m’en tend un tout blanc, même pas au logo de l’entreprise, bon, pas grave. Elle remplit donc nos mugs d’eau bouillantissime d’une bouilloire électrique hors d’âge. Et là, Ô sacrilège ! Elle y plonge un sachet de Lipton Yellow !!! Elle l’agite dans la flotte 3 secondes (le bidule a à peine le temps de teinter l’eau) et le balance à la poubelle.

Sacrilège ! Ils boivent donc cette horreur qui ne devrait même pas porter le nom de thé, tellement il ressemble à de la poussière au goût amer plutôt qu’au divin breuvage. 

Pour ma part, j’opte pour un sachet de Tetley English Breakfast et nous repartons bosser.

 

Durant mon séjour, que ce soit chez des amis anglais « pur jus », des collègues, à l’hôtel ou au resto, pas une seule fois je ne vais avoir le droit à autre chose que des thés basiques, en sachet et très moyen-moins. Bon, je ne dis pas qu’il n’en existe que de mauvais, puisque des années plus tard, j’en testerai de très bons lors d’un séjour en Écosse, mais à Londres, j’ai été super déçue. Ça m’a fait le même effet que si vous alliez visiter la Cité Interdite de Pékin et que vous vous rendiez compte que ce n’est qu’un décor en carton-pâte. Tristesse.

Un mythe s’effondre.

 

Je ne sais pas si les choses ont changé aujourd’hui, mais en revenant de chez leurs voisins écossais, là je n’avais pas hésité à rapporter un spécimen inconnu en France et que j’avais bien apprécié. Un jour, totalement par hasard dans les rayons d’un Monop’, je tombe sur son équivalent français, au goût identique, mais au packaging totalement différent. C’est là qu’on voit qu’ils sont plus simples et pragmatiques que nous dans le domaine.

 

Scotland & more - first part 182 Scotland & more - first part 184

 

À gauche, la version anglo-saxonne : une simple boîte qui s’ouvre et se ferme très facilement, avec à l’intérieur les sachets plats, tout simples, prêts à l’usage.

À droite, notre emballage français : une boîte trouée pour montrer les sachets individuels qu’il faut ensuite déchirer pour sortir les vrais sachets de thé qui sont pliés avec un système de soufflet, une agrafe, une ficelle qui mène à une petite étiquette également agrafée. En clair, tout un bordel compliqué et générateur de déchets inutiles.

 

Alors finalement, les Anglais peuvent avoir le sens pratique quand ils le veulent et ce sont les Français qui font des manières pour rien du tout. Comme quoi, la surprise est parfois cachée derrière une simple « cup of tea ».

 


Sister « tea time à toute heure »

 

Chronique 14052012 Chronique 14052012

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PascalR 14/05/2012 14:15


Ha bah ça y'est j'ai trouvé sur quel bitogno il fallait cliquer pour écrire un commentaire. L'autre jour je suis reparti sans rien écrire!
Rha la la la
Sinon manque l'info essentielle dans ce présent billet : La Reine! Quoi la Reine ? Elle boit quoi comme thé ?


 

Sister of Night 21/05/2012 00:14



Tu as raison, c'est vrai qu'avec la nouvelle interface, ce n'est pas évident de voir où cliquer.


Bon, pour la réponse, j'ai recherché sur le Net et il y a bataille d'experts car certains disent que c'est le Yunnan qui remporte sa faveur et d'autres prônent le
classe Earl Grey. J'ai posé la question à mes dealers de chez Mariages Frères et ils sont restés dans le doute le plus total. On n'est pas plus avancés. Je crois qu'elle veut garder le mystère
sur ça aussi. Enfin, si je croise Stéphane Bern, pas de soucis, je lui demanderai.



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs