Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 23:39

 

Vendredi à 15h30, ma nouvelle chef me demande d’aller voir Big Chief qui m’attend dans son bureau. Immédiatement, je sens que ça pue l’fioul... c’était bien le cas.

Il va droit au but, me dit qu’ils ont trouvé deux erreurs inadmissibles et que cela vient du fait que j’aurais dû vérifier le boulot de quelqu’un qui se trouve à 730 bornes de là et qui – comme par hasard – vient de démissionner. Elle devait bien avoir un truc sur la conscience, mais moi, que puis-je dans l’affaire ? Tant pis,  c'est connu, pour tuer son chien on l’accuse de la rage, alors il me parle de perte de confiance et qu’il me paiera ce qu’il me doit, mais que lundi je ne ferai plus partie de leurs effectifs. Des « erreurs » qui datent de février (quand je n’avais pas encore la charge du dossier) et d’avril. Mais les responsables sur place n’ont rien vu non plus, on signé à l’aveugle, sans procédure de contrôle, pourtant, c’est moi qui vais servir de fusible. Formidable, j’adore changer de job tous les quatre matins.   :(

 

Après avoir appris cette réjouissante nouvelle pour laquelle je suis totalement impuissante, je me sens déstabilisée, déçue, trahie. Je suis le fusible alors que pendant mes quelques jours d’absence, ma nouvelle chef a fait une bonne vingtaine d’erreurs d’inattention sur mes dossiers, des trucs bien plus chiants qu’un virement en double. Tant pis, ça ils s’en fichent. Elle leur fait des courbettes alors ils l’aiment bien, moi je bosse dur, mais ma tête est mise à prix.

 

Une demi-heure après, je sors du bureau et préviens ma collègue par SMS que je l’attends en bas, j’ai besoin de prendre l’air, elle ne sait rien encore de ce qui vient de se passer.

Je suis là, plantée sur mes talons, mon sac sur l’épaule, la tête pleine de doutes, de colère et d’indignation. Je me sens résignée, vidée, trahie.

 

La porte derrière mois s’ouvre, je me retourne pour voir si c’est elle... et là, qui arrive face à moi ? Mister Ultime Beau Gosse !!! Lui-même, en chair et en sourire éclatant. Le truc qui n’arrive jamais ! Il n’est pas avec une collègue, juste seul, c’est le week-end, il rentre chez lui, mais bien plus tôt que d’habitude. Moi non plus je ne sors jamais à cette heure, le hasard est étonnant parfois.

Mon sang n’a fait qu’un tour, je n’ai plus rien à perdre, c’est ma dernière chance, je l’aborde !

Il arrive à ma hauteur et je l’interpelle, lui explique qui je suis et dans quel service je bosse, que c’est moi le message sur Facebook et surtout que j’espère qu’il ne l’a pas mal pris. Il me répond qu’il n’a pas fait attention plus que ça, qu’il reçoit des spams et qu’il l’a lu en diagonale, il va très peu sur le site. Je lui raconte qu’il m’intimide (d’ailleurs, je bafouille, tremble sur mes jambes, sens mes joues écarlates) et que je suis contente de pouvoir lui parler parce que je n'osais pas. Il me répond qu’il n’a jamais mordu personne et que j’aurais même pu utiliser la messagerie interne pour le contacter. Je lui explique que c’était mon avant-dernier jour ici et que je le trouve très sympathique, il est touché mais ne rebondit pas sur le compliment, sauf à me dire que lui aussi trouve qu’il y a des gens intéressants. Alors pour conclure, je lui lance qu’il pourra me contacter s’il le souhaite, maintenant qu’il sait qui je suis. Je le remercie et lui souhaite un bon week-end. Un instant après, je le vois passer au volant de sa belle décapotable, je soupire, il est  irrésistible et adorable, quel dommage...

 

Ma collègue et son binôme - mes deux seuls acolytes de boulot - se pointent, je leur résume les deux épisodes pas banals que je viens de vivre coup sur coup et ils sont aussi scotchés que moi. La vie réserve des surprises bien étranges.

 

D’un côté la douche froide d’apprendre que lundi, j’irai chercher mon chèque à la compta et l’instant d’après, l’homme que j’admire qui me parle et reste tout sourire face à ma confession sur l’effet qu’il me fait. Un scénario peu crédible… et pourtant vrai !

 

Si en plus, je vous ajoute que le soir même, j’avais une soirée tout à fait hors du commun aussi et qu’à l’origine il n’y avait que cet évènement qui occupait mes pensées de la journée, vous vous direz que j’exagère, mais c’est pourtant bien le cas ! Finalement, cette petite fête était la bienvenue pour exorciser les émotions précédentes et j’ai adoré ces heures de pure légèreté dans ce monde si brutal.

 

Je ne suis pas prête d’oublier ce vendredi 30 juillet 2010. Putain d’journée !

 


Sister « retour à la case départ »

 

 

P.S. : ce soir, je lui ai renvoyé un court message sur FB, avec mon vrai non et mon mail... la balle est désormais à 100% dans son camps.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mario65 09/08/2010 16:33



"les mesc sont plus bourrins que nous" Oh non pas toi , pas ici , c'est vrai que pour la plupart nous ne sommes pas très fins et que nous comptons parmis nous " hum , hum " nombre de pas finis ,
ou de démoulés à chaud , mais bon méritons nous d'être tous mis dans le même sac , par pitié Sister un peu de discernement dans tes jugements , ne sombre pas dans l'intransigeance de cetaines de
tes consoeurs , qui ne voient en nous que des brutes épaisses ou bien des folles éthérées , tout n'est pas noir ou blanc , mais une nuance de gris



Sister of Night 10/08/2010 00:04



La preuve que j'ai du mal à m'y faire puisque j'aimais bien l'idée qu'un mec puisse penser différemment. Mais tes compatriotes admettent aussi qu'ils ne seraient pas
allés chercher un truc aussi tordu. De toutes façons, je continue à croire qu'on peut trouver des types qui assument leur part de féminité ou qui font preuve d'un peu plus de finesse que la
moyenne.



Z 06/08/2010 09:31



Rupture de CDD ou pas, il faut respecter la procédure. Ca fait longtemps que je ne fais plus de droit du travail, mais à mon avis les fondamentaux n'ont pas changé. La rupture anticipée pour
faute d'un CDD est une sanction, donc il faut respecter la procédure disciplinaire...


Il faut envoyer une lettre recommandée ou remise en main propre contre décharge de convocation à un entretien préalable et laisser un délai minimum d'un jour franc entre la réception de la lettre
et l'entretien proprement dit.


Ca ne peut pas se faire sur une simple convocation dans un bureau pour annoncer la décision sans que le salarié puisse préparer ses arguments.


Voir les articles L. 1332-1 et suivants du Code du Travail



Sister of Night 09/08/2010 00:36



Il n'y a pas eu faute, donc pour rompre mon CDD, ils ont dû me payer les semaines qui restaient à courir jusqu'à son terme, comme la loi les y oblige.


Merci pour le conseil quand même, si je n'avais pas été de la partie, cela m'aurait été pratique et ça fait plaisir de voir un coup de main spontané.



Z 06/08/2010 09:18



Je me disais bien que cette histoire de photo changée sur le profil FB était trop subtil pour que ce soit vrai. Un mec n'agit pas de telle manière. On aurait dit du Bossuet décryptant la cour.



Sister of Night 09/08/2010 00:33



Ok, faut que je me mette dans le crâne que les mecs sont plus bourrins que je n'ai tendance à le penser. Je vois des signes là où il n'y a rien, c'est l'histoire de
ma life.



TT02 05/08/2010 09:21



C'est chouette d'être quasiment seule au boulot ! Je peux lire tes aventures en souriant bêtement !


(C'est pénible ces entreprises toutes pourries, on fini par de demander s'il faut changer et retomber sur la même chose ou rester et se battre contre des moulins à vent. Parce que, qu'est ce que
l'air peut être brassé !!!)



Sister of Night 05/08/2010 17:55



Hi hi ^^ C'est vrai que bosser au mois d'août, c'est reposant, même quand y'a encore du boulot, y'a moins de collègues, pas trop de chefs, l'air est doux, on circule
bien. Franchement, j'aime bien aussi. Enfin bon, là... un peu moins forcément.



Miss Precious 04/08/2010 12:52



@Smellycat : Dans ce cas je comprends & plussoie! Les gens sont souvent faux sur le net & trop imaginatifs!



Sister of Night 05/08/2010 18:39



Hum, l'imagination, c'est tout ce qui nous reste avec les vraies rencontres sympas, pour s'extirper de la crise, des patrons voyoux, de la souffrance qui règne
partout et des galères quotidiennes qui nous assaillent.


Alors oui, soyons créatifs, vivons et faisons avancer les choses. La vie est courte.



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs