Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 00:03

 

Vous avez sûrement entendu parler du meilleur job du monde, être payé à tester des plages de rêve et des îles somptueuses, ah oui, ce n’est pas facile tous les jours, comme on dit : « y’a pas de sots métiers ». Bon, maintenant, imaginez l’inverse… Totalement l’inverse !

Comme je disais à une amie, à part vider des poulets dans un abattoir sarthois, je crois qu’il n’y a pas pire job (bon, là j’en rajoute un peu, mais c’est pour faire monter le suspens, je peux hein, c’est mon site d’abord). Allez, je vous dresse un état des lieux de ce truc, pas loin du zéro absolu niveau envie de se lever le matin pour gagner sa croute.

 

P1090019

 

Voici les ingrédients pour bien réussir la pire recette de la vie de bureau.

Prenez évidemment un open space bien chargé en mobilier peu pratique et encombrant, armoires, caissons, mini-cloisons et fenêtres donnant sur un environnement bruyant.

Ajoutez 20 personnes, deux imprimantes, un photocopieur, un fax et plein de téléphones qui sonnent non stop.

Pimentez avec une adjointe de la chef tendue comme un string et si stressée qu’elle part dans des crises de larmes tant la pression est forte. Elle tremble tellement qu’elle a du mal à allumer ses clopes et parait 15 ans de plus que son âge avec ses valises sous les yeux qui trahissent les nuits trop courtes chargées d’angoisse.

Enlevez-lui son équipe, qui n’a pas accepté de « monter à Paris » et l’a lâchement abandonnée à son triste sort dans une panade monumentale (vive les fusions d’entreprises mal préparées).

Collez-lui un bon lot de bras cassés qui se demandent presque ce qu’ils foutent là. Ni formés, ni motivés, ni compétents, ni encadrés.

Complétez par un programme informatique tellement défaillant qu’il faut faire tous les calculs à sa place si on veut avoir un résultat qui ressemble à quelque chose. Sans compter qu’il est truffé de bugs divers et variés, juste pour le fun.

Mélangez avec une autre équipe - à peine plus performante - issue du regroupement mal ficelé de deux entités qui utilisent des méthodes totalement différentes, avec une autre chef qui ne supporte pas trop sa collègue et ne veut rien lâcher sur ses petites habitudes.

Faites en sorte qu’elles se bouffent le nez toute la sainte journée, histoire de plomber un peu plus le climat.

Donnez-leur à traiter près de 400 plaintes de personnes mécontentes sur un sujet ultra-sensible : le fric qu’on leur doit !

N’oubliez pas la cerise sur le gâteau : ouvrir deux hotlines. Une pour les cas super-méga-maxi critiques et un autre pour les urgences moins graves, mais très en retard aussi.

Recouvrez le tout d’une chef qui n’est là que depuis un mois pour chapeauter l'ensemble, mais cherche à se sauver au plus vite tant la situation cramée au 3e degré. C'est Guernica en quelques sortes.

Résultat, vous obtenez une ambiance où la tension nerveuse est si forte que le stress en est palpable. Vous ressentez le mal-être des autres, il s’ajoute au vôtre et tout le monde flippe en cœur dans un local commun surchargé et sans la moindre motivation au bout du chemin. Atmosphère de merde, process inexistants, outils inadaptés, engueulades téléphoniques et j’en passe. Comme ça donne envie tout ça !


Etant rôdée aux situations désespérées, le chasseur de tête avait immédiatement pensé à moi pour cette « mission impossible » et devenir la hotlineuse des situations extrêmes. Bin tiens ! Évidemment ! Oh mais c’est le job de mes rêves ça, aucun doute, quel bonheur, je signe où ?

Bref, je jette l’éponge, faut pas déconner non plus, y’a des limites à ma bonté.

Veni, vidi, vici.

Dernière circonstance aggravante : l’équipe est à 90 % féminine et fashion victim, ça c’est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Seul et unique point positif, histoire de finir sur un élément favorable sympathique, mais pas suffisant, le poste est situé dans l’un des quartiers de Paris que je préfère.

Voilà qui est bien maigre pour gommer tout le reste. Donc ce sera sans moi. Nan mais oh, c’te blague.

 


Sister « au suivant… ou pas »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pépin 20/08/2010 03:37



Je vois que vous connaissez.


Il faut vivre, aussi. Vous avez pris la bonne décision.



Sister of Night 23/08/2010 00:46



En effet, j'ai vu ce bouquin il y a quelques temps à la Fnac et là, j'ai vu qu'il est sorti en poche, je pense l'acheter pour voir un peu ce que l'auteur en dit.
C'est tellement improductif souvent, même si ça fait gagner un peu au niveau loyer.



Shadok 11/08/2010 23:19



Yapas à dire : tu as de drôles de fréquentations (au moins pour les boîtes, s'entend)



Sister of Night 13/08/2010 22:12



Oui, je vais finir par croire que ça vient de moi. Partout où je vais, y'a des ennuis. Ou alors j'ai un flair imparable pour aller vers les cons ? C'est une
éventualité que je n'écarte pas.



PascalR 11/08/2010 21:21



Moi c'est l'inverse au taf, tout le monde s'en fout, les cheffaillons n'en rament pas une, il n'y a aucun pilote dans l'avion et la maxime favorite du soit disant Boss est :"Si on est en retard
ce n'est pas grave, on n'est tout de même pas la seule société qui ne respecte ps ni ses engagemenst, ni les délais"


Courage à toi et toutes mes félicitations pour avoir dit "Non" Spa facile!



Sister of Night 13/08/2010 22:10



Ah oui ? C'est dingue ça, y'a pas mal d'entreprises qui arrivent malgré tout à fonctionner avec des ramiers pareils, je me demande comment le business arrive à
tourner avec autant de glandeurs.


Merci pour les encouragements, je vais devoir me remettre en question, réfléchir un peu plus et ne plus accepter n'importe quoi pour "faire plaisir".



Miss Precious 09/08/2010 23:02



Lances toi!!!!! Lances toi!!!!!!!!!! Lances TOI!!!!!!!!



Sister of Night 10/08/2010 00:06



Oui, il est clair que je dois changer les schémas que je reproduis sans cesse et qui ne semblent pas me réussir.



mario65 09/08/2010 16:23



Ah ben , non tu peux pas citer Jules , daccord pour vini  effectivement t'es viendu , ok pour vidi car tu as vu , et bon, vu le champs de ruines , Alèsia ce ne devais pas être pire , mais
pour vinci , là je suis pas de ton avis , car en fait tu es partis et tu n'as pas vaincu .Blagues à part, et  bonne chance dans tes quêtes futures .



Sister of Night 09/08/2010 23:50



Si, si, je maintiens le "vinci" parce que j'ai vaincu mon habitude d'être trop gentille et de vouloir dépanner les gens. J'ai quand même tenu une journée bon dans
cet univers de fous.


Merci, je compte bien aller promener mes guêtres un peu plus loin... beaucoup plus loin !



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs