Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 01:20

 

Ce soir il n’y a que le ronron de mon ordinateur et le cliquetis de mes doigts sur le clavier pour troubler le silence de cette nuit banale. Je répands dans mes oreilles la couleur sonore appropriée au moment : Requiem de Mozart + lueur des bougies + envie de rien d’autre.

 

Voilà un an et 4 jours que j’ai divorcé.

Voilà un mois et 4 jours que j’ai démissionné.

Cette situation, je l’ai voulu et elle ne me déplait pas. J’assume la solitude, c’est un comme un vieux compagnon de route que je connais et qui ne me fait pas peur. Quoique…

Dans quelle mesure vais-je supporter cet état de fait ? Ai-je les épaules assez solides pour reconstruire sur les cendres encore tièdes des échecs successifs. On dit que ce ne sont que des étapes, qu’il faut continuer, se relever sans cesse, repartir au front sans relâche. Mais les coups restent marqués dans ma mémoire à défaut d’être dans ma chair.


Qu’en est-il de ma chair justement ? Elle ère, sans but, se perd vers quelques autres épidermes de solitudes similaires, assumées elles aussi, mais en fait dans la même errance que la mienne. On fait bonne figure, toujours. On donne le change, il faut bien. Pourtant, au fond, notre existence n’est faite que de compromis, de choix par défaut, pour faire plaisir ou parce qu’on se dit qu’il faut être raisonnable. Qu’est-ce qui nous empêche de nous libérer de ces liens ? Je n’en sais rien. Il y a le fric, bien sûr, moyen de subsistance incontournable, qui nous tient pieds et poings liés puisque tout se monnaye sans cesse.

Je (dé)pense donc je suis.

Foutaises.

 



Non, on ne peut pas vraiment aller vivre comme ça en ermite dans la montagne, sur un coup de tête. Non, il n’est pas envisageable de tout plaquer pour aller étudier les cloportes d’Asie Centrale, juste parce qu’on aime ça. Non, on doit encore courber l’échine, continuer à avancer. Dans le mur ? Oui, peut-être bien. Mais il paraît que c’est plus raisonnable.

Faire des choix, c’est trop souvent, faire des compromis. Donc, se trahir un peu chaque fois. Dommage.

 

Je ne sais pas si ça vous fait ça à vous aussi, une montée de larmes, comme ça, sans prévenir. Gros coup de blues qui survient sans crier gare. Parfois dans des moments  inopportuns ou dans des lieux inappropriés. C’est irrépressible, ça vous serre la gorge, vous noue l’estomac, vous prend les tripes. Il faut attendre que la tempête de spleen se calme et que s’éloignent les gros nuages noirs au dessus de votre tête.


En ce moment, j’ai un peu l’impression d’avancer en plein désert ou d’avoir face à moi l’immensité glacée de l’Antarctique. Un vide absolu qui pousse à la réflexion, aux remises en question, aux façons d’appréhender l’existence et ses embûches. Celles du passés et celles à venir.

 

Very bad mood, but I still walking. I must to.

 

Ça passera, il le faut bien, ça finit toujours par passer. Petite gorgée d’amertume et de ressentiments mêlés, de questionnements emprunts de doutes. Puis la vie reprend son cours.

 


Sister « tourner la page, ne pas revenir en arrière, écrire l’histoire, avancer ».

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Un passage... 23/10/2009 21:58



 L'existence est faite de choix que l'on fait pour un certain nombre de raisons mais au moins on a fait ces choix, on ne s'est pas laissé emprisonner dans une peur du... "mais comment je vais
m'en sortir après?".

  Pour pouvoir vivre à l'étranger (France à Belgique), j'ai du démissionner d'un travail qui pour beaucoup est synonyme de confort et d'assurance à vie, je suis venu dans ce nouveau pays, sans
rien, ni moyen, ni voiture (j'ai du tout vendre pour subbenir aux frais occasionnés), j'ai même perdu des années en l'équivalence de mes diplomes et, alors qu'en quelques mois, j'aurais du être à
la rue, dans un pays où je ne connais personne, j'ai trouvé en trois jours un emploi (proche du précédant) et petit à petit, je reconstruis, tout au moins matériellement, ma vie...

Tes choix l'ont été pour un certains nombre de raisons, te reste plus qu'à aller jusqu'au bout de ces raisons... Sans crainte... pour justment leur doner raison...


 Bonne soirée

 


Sister of Night 02/02/2010 01:13



En effet, si je commece à m'arrêter, faire demi-tour, à chercher ma voie puis repartir ou changer de route, je vais à coup sûr finir par tourner en rond et perdre
mon temps. Donc je poursuis et on verra bien où le vent me pousse.



mario65 13/10/2009 18:51


Dit donc pour une nana qui déprime ,t'as du gnac (je sais à la téloche ils disent La gnaque , mais dans le sud ouest , nous avons toujours dit le avoir du gnac , du verbe gnaquer = mordre ), en
fait je ne veux pas te laisser croire , que tu sois une chieuse , dailleurs le mot n'est pas très beau , je préfére emmerdeuse ou emmerdante quoi que le plus beau soit emmerderesse et puis tout le
mond à le droit d'avoir des doutes existentiels bon toi un peu moins vu que tu as Ste Rita pour soulager tes peines. pour ce qui est de la montagne je peux t'assurer que ce jour là il n'y avait pas
grand monde 


Sister of Night 02/02/2010 01:15



Bien joli paysage en effet, très énigmatique aussi.



Miss Precious 12/10/2009 23:56


Eh ben tu vois nous on t'aimeheeeeeeeeu ;) Oui je sais je sais,c'est pareil & je comprends bien, je pourrais t'en parler en privée que tu serais surprise...
Ceci étant dit, pour moi, le meilleur moyen d'être heureuse en amour comme en amitié c'est d'être un poil égoïste. Si tu es toi sans concession & que les gens restent c'est qu'il t'aime pour ce
que tu es & c'est extrement epanouissant pour tout le monde!
Du coup j'ai de vrais amis qui tueraient vraiment pour moi, me pretent de l'argent sans histoir(si si c'est possible), me rendent des services incroyables, supportent mes gros cafards & ma
grande gueule mais en échangent ils savent que je les aiment que ce sont mes soleils & que je suis totale honnête, ce qui semble parfait dans mon monde... Sauf pour les amoureux... Zéro à mon
compteur (un ami-amant ca compte pas vraiment) alors heu en fait c'est peut-être pas la bonne méthode mais je suis moi & heureuse de l'être. No regrets. No lies.
Bisous!


Sister of Night 02/02/2010 01:17



Merci, merci, merci pour ce soutien irremplaçable, ça fait un bien fou.



mario65 12/10/2009 19:54


Eh ben tu vois ,tèest pas un monstre , il y à plein d'inconnus qui essayont de tremonter le moral ,
 grosses bises


Sister of Night 12/10/2009 22:15



Ouf ! Je ne suis pas un monstre ! J'ai eu peur un instant. Me voilà soulagée.
C'est vrai, ces messages sont bien sympas quand même.



Nchaka 12/10/2009 18:04


Pour les hermites ou les ours de la montagne, je l'ai fait ce choix, c'est pas facile tout les jours et surtout l'hiver... la solitude, ben oui j'vie en hermite alots je fais avec !
Et le taf, briser mon rève et trouver un "emploi", j'y songe, les temps sont dur mais au moins j'aurais essayé !!
J'en voie qui te proposent l'air du large, si celui bien frais de la montagne te tente ...
Après tout ce qui est écrit plus haut il ne me reste rien à dire, vie tes choix, assumes les, garde la tête haute sur le chemin qui te plait et surtout carpe diem.


Sister of Night 12/10/2009 22:29



Ca alors ?!?! Tu as fuis et pris le maquis "pour de vrai" ? J'avoue que ça me bluffe, parce que cette situation n'est pas simple en effet. J'avoue que je serais plus
tentée par l'océan. Les montagnes et leur météo changeante m'impressionnent beaucoup.
Petit à petit, j'apprends à "écouter ce que je veux" plutôt qu'à suivre les choix raisonnables (mais surtout imposés).
Carpe diem reste mon maître mot.



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs