Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 23:36

Vous avez sûrement déjà lu ou entendu cette phrase, mais l’avez-vous également ressentie ?

Avez-vous déjà eu le besoin impérieux de franchir le pas et d’oser affronter une situation qui vous faisait peur ?

Vous êtes-vous parfois retrouvé submergé par le besoin de faire une chose dingue mais qui vous trottait en tête depuis des lustres ?

Oseriez-vous ouvrir vraiment votre cœur à quelqu’un pour qui vous avez en secret des sentiments très forts ?

Et si vous changiez de vie pour vivre votre passion ?

Rêvez-vous de vous accorder une partie d’année sabbatique pour couper radicalement avec votre quotidien ?

Pas si simple…

 

Mais si vous deviez mourir demain ? Vous n’auriez rien fait de tout cela et vous vous en voudriez tellement de ne pas avoir osé vivre vos rêves - au moins un peu – et vous auriez la furieuse impression d’être un peu passé  à côté de votre vie, d’avoir loupé des trucs, de ne pas vous être accordé ces petits plaisirs qui rendent si vivant…

Oui, c’est quand on se retrouve confronté avec ce genre de grand bouleversement qu’on en vient à se poser les bonnes questions.

 

Est-on sur terre pour tenter de trouver le bonheur ? Est-ce qu’on s’en donne réellement les moyens ?

 

Est-ce que ça rime à quelque chose de trimer du matin jusqu’au soir, de vivre à un rythme délirant juste pour attendre les week-ends ou les vacances sans jamais s’accorder de petit break dépaysant pour bouleverser un peu le planning millimétré ?

 

Non, si on y regarde de plus près, on se rend compte de la futilité de notre quotidien.

Acquérir toujours plus de biens ? C’est débile, plus on en a, plus on en veut, parce que plus on s’en lasse vite.

Vouloir rencontrer des tas de gens, mais n’avoir jamais passer assez de temps pour s’y intéresser vraiment ?

Ça ne rime à rien.

 

Notre génération va trop vite et en laisse certains sur le bord du chemin. En fait, je crois que nous sommes tous un peu paumés par ces enchaînements effrénés. 

 

Souvent, nous sommes pétrifiés par nos peurs.

Peur de souffrir en s’attachant à quelqu’un qui pourrait nous quitter.

Peur de manquer et s’entourer de trop d’objets.

Peur de ne plus faire partie de la société de consommation alors dépenser pour exister.

Peur de se poser la bonne question : « Qu’est-ce que je veux vraiment ? » et surtout « Est-ce que je me donne les moyens d’y arriver ? ».

 

J’ai l’impression qu’on passe trop souvent à côté de tas de choses parce qu’on est pris dans l’engrenage de notre vie de taré.

On n’y échappe pas, ça commence avec études-formation-diplôme, puis métro-boulot-dodo, on passe à couple-logement-gamins et finalement retraite-maladie-fin.

 

Sauf que la vie, ce n’est pas toujours ça et quand le mécanisme s’enraille, on se dit qu’on a pas eu le temps de franchir toutes les étapes, que ce n’est pas juste, que c’est trop tôt, qu’on ne pensait pas que… bah oui, on ne pense pas à ces sujets là, parce que ça nous remue les tripes, parce que ça fout en l’air nos beaux principes de vie rangée et pépère.

Il y a bien sûr les accidents de parcours, les bricoles qui vous font bifurquer par des étapes qu’on n’aime pas du style : divorce, chômage, handicap, etc.

Mais au-delà de ça, s’il vous arrive un très gros coup dur et que vous devenez un « miraculé », là, étonnamment, toute votre vision de l’existence change, plus rien n’a vraiment le même goût, certains événements n’ont plus la même importance. Des bricoles qui vous auraient pourri la vie, vous deviennent insignifiantes. Votre regard a changé. On relativise et ça change la vie, en mieux, toujours.

 

Oui, le malheur n’arrive pas qu’aux autres, mais il faut avouer que lorsque ça ne vous tombe pas dessus, on ne peut s’empêcher de réprimer un « ouf » de soulagement en se disant « qu’on n’est pas passé loin ! ». Puis on oublie. C’est la vie, comme diront certains. C’est aussi l’application froide, mais tellement vraie de la « théorie du mort-kilomètre » (un mort à un kilomètre de chez moi me touche plus que 100 morts à 1000 kilomètres).

On sait tous que la Grande Faucheuse est là, qui rôde, jamais bien loin, jamais prévisible, alors on est content de passer entre les gouttes.

 

Vous allez penser que j’écris cet article un 1er novembre, parce que c’est la Toussaint et que je suis « dans le ton », pourtant ce n’est même pas le cas, je l’ai écrit mi-septembre, quand j’ai appris le décès soudain du voisin de mes parents, que je connaissais depuis toujours et ses parents avant lui. Un homme simple, une excellente hygiène de vie, adorable, cultivé et pilier d’une famille unie. Il est mort comme ça, d’un arrêt cardiaque, par un bel après-midi d’été, chez lui en bricolant. Il avait 55 ans et venait de prendre sa retraite… 2 mois plus tôt. Deux mois seulement. Ça m’a secoué. Surtout de voir ses proches anéantis.

 

Quelques jours plus tard, je bidouillais sur Facebook, et en repensant à une copine qui a retrouvé une ancienne camarade de classe par ce biais, je me souviens d’une fille dont j’avais été très proche pendant plus de 4 ans, à la sortie de l’adolescence. Je tape son nom, mais aucun profil ne lui correspond alors je fais de même sur Google et là, je tombe sur un article du Télégramme où ses parents annonçaient en juin, son décès ainsi que celui de sa fille de 5 ans. Elle avait mon âge et la vie devant elle…

 

Ca m’a filé un furieux coup au moral, d’où mon silence radio depuis 2 mois. Quand on se retrouve face à l’évidence qu’on est mortel et bien plus vulnérable qu’on ne le pense, ça vous remet les idées en place et ça vous fait vous poser des tas de questions sur la futilité des problèmes qui vous bouffent la vie et surtout, ça vous recadre vers un objectif : CARPE DIEM.


 

Sister « sur un fil »


 

P.S. : ce soir, je revenais en voiture, un jeune dans une petite citadine me double, mais il roule trop vite (environ 110 au lieu de 70), il négocie mal le tournant de l’autoroute qui est grasse à cause de la légère pluie… juste devant moi, il part en tête-à-queue et percute la rambarde de béton à deux reprises. Il était vivant quand je suis repartie, mais bien amoché, très secoué et sa voiture bonne pour la casse. Si j’avais roulé comme lui, nous nous serions percutés et au mieux nous serions à l’hôpital… au pire… morts pour une bêtise et une erreur de jugement. Quand on se croit invulnérables alors que nous sommes de fragiles mortels.

Alors, profitons du jour présent…

 

N.B. : Pas de version audio de cet article, parce que ça me prenait trop les tripes pour que ça reste audible.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ben 03/05/2013 22:31


Je suis tombé par hasard sur ton blog, et je me délècte, oh que je me délecte.


Je l'ai ajouté dans mes favoris.


Continue

Sister of Night 13/05/2013 03:22



Merci cher nouveau visiteur, c'est bien sympa d'avoir ce genre d'encouragements. J'adore ! 



Z 09/12/2011 10:12


Je reste toujours dubitatif sur les effets de la société de consommation et les fièvres acheteuses qu'elle susciterait. Je n'ai jamais compris qu'on puisse se remplir par des achats... Je ne suis
pas un anti-consummériste convaincu, bien que militant de la défense des consommateurs, et même au contraire, mon éducation bourgeoise aurait pu me conduire à cette addiction de la caisse
enregistreuse consacrante.


Ben, non. Au contraire ! Mes parents, très jeune, m'ont expliqué très tôt la différence entre l'utile et le futile, le plaisir et la compulsion. J'ai appris très jeune à ne pas tout vouloir pour
le simple désir de posséder mais à n'acheter que parce que je vais en faire quelque chose, ne pas céder à la mode (phénomène que je méprise au plus haut point), me contenter de ce que j'ai en
continuant à pouvoir rêver de mieux. Mes parents me disaient : "on peut t'acheter tout ce que tu veux aujourd'hui, mais quel plaisir auras-tu demain ?" A tout vouloir tout de suite, on ne sait
plus rien aimer... Ca ne veut pas dire que je me prive de tout ou que je vis comme un ascète. Je dispose d'une technologie assez avancée, même si elle n'est pas dernier cri. Quant à mon confort
il est suffisant. Mais je sais me faire plaisir avec un livre de poche ou en allant faire de la photo, en allant me promener en forêt en mettant mon fils sur son vélo... Ca coûte pas cher, ça ne
remplit pas les poubelles de tri, et ça donne de l'air frais dans les poumons.


Je crois que notre époque ne sait plus avoir de passion et comble ce vide avec cette illusion de croire qu'on existe par sa carte bancaire. On consomme de la musique, du cinéma, de la playstation
comme on se comporte en général : sans profondeur. On n'écoute pas la musique, on suit un rythme binaire sans véritable mélodie. On regarde des films pour leurs scènes spectaculaires sans
s'inquiéter d'un message plus profond. Etc, etc... Mais la vie est alors envisagée linéairement, un jour après l'autre, rangée comme les caddies du supermarché. Mais c'est le palais de sa vie
qu'il faut construire, en 3D.


Les sportifs comprennent sans doute mieux la vanité du raisonnement. Dans la vie, il faut des passions qui nous éloignent du quotidien et de la vie professionnelle. Mon grand-père me disait : "Il
te faut une passion, mais surtout n'en fais pas ton métier. Sinon, le jour où ton métier ne te plait plus, tu n'auras plus de passion non plus". "Divertissement" disait Pascal, distraction du
quotidien. Voilà ce qui est utile à l'homme.


Maintenant, chère Sister, il faut sans doute, à votre âge, oublier la question futile du bonheur. Le bonheur n'est pas un état permanent de la personnalité. Le bonheur est un phénomène
transitionnel entre deux périodes : celle qui l'a amené et celle qui le suit. Rechercher le bonheur en soi c'est une erreur fondamentale. Le bonheur se construit et les pierres se trouvent dans
le quotidien. On creuse les fondations par le triptique "études-formation-diplômes", et les murs s'élèvent avec l'indispensable "couple-gamins-logement". Quant au "metro-boulot-dodo", il assure
le gite et le couvert. La satisfaction d'avoir terminé un pan de l'édifice ne dure pas éternellement, mais elle est intense.


Les questions que vous vous posez, Chère Sister, montrent que vous en êtes à ce tournant de la vie. On ne peut pas remplir sa vie de tickets de caisse et d'apéros avec les copains.


Arrive le moment où vous vous demandez : quel souvenir de moi restera-t-il après moi ?


Pour ma part, le regard d'un enfant apporte toutes les réponses.


(N.B : toutes les généralités du présent commentaire ne désignent pas une personne en particulier mais une tendance générale de la société vue par mon seul regard et ne doivent pas être
considérées comme des vérités définitives)

Sister of Night 31/12/2011 01:33



Merci Mister Z pour cette fine analyse, que je partage en de nombreux points.


Je me soucie bien peu de la trace que je laisserai dans la mesure où je n'ai pas l'impression de pourrir mon environnement ou mon entourage, alors j'évite d'être
toxique ou néfaste pour les choses et les gens qui croiseront ma vie et si j'ai pu les aider d'une façon quelconque, alors je me dis que ce n'est déjà pas si mal.



mario65 03/11/2011 22:10



Carpe diem , profiter du jour présent , mais ne jammais oublier que la vie est une chienne (la femelle du chien , hein pas de quiporoquos) noire et que rien ne nous est acquis , le problème c'est
que nous n'avons pas une duègne qui tous les matins nous rappéle que nous ne sommes que de passage , Sinon écoute ceci
http://www.youtube.com/watch?v=2Fy8P1MVfsQ


 



Sister of Night 31/12/2011 01:40



Je ne connaissais pas, mais c'est bourré de bonne humeur cette petite vidéo.



MissPrecious 02/11/2011 21:46



J'ai vécu un grd changement il y plus de 10ans maintenant. Depuis je fais que ce qui me rend heureuse et merde les conventions sociales! La seule chose qui me rende triste c'est quand prenant ce
chemin je me suis écartée d'une vie amoureuse car je suis "différente" et ca c'ets dur. Mais sinon je profite de la vie!



Sister of Night 31/12/2011 01:46



Tu as un grand coeur et ta sensibilité trouvera sûrement quelqu'un à la hauteur de tout cet amour que tu as a donner. Il faut juste te garder loin des gens qui ne
sont pas honnêtes et pourraient abuser de ta gentillesse. Tu es forte mais on se ramoli quand on veut croire à l'amour, c'est là qu'on peut se faire piéger.



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs