Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 23:52

Hé oui, c’est le printemps, la nature explose de couleurs flamboyantes, de bourgeons dodus, de parfums enivrants et de pollens divers et variés. Perso, je ne suis absolument pas sensible à ce que certains jugent comme la onzième plaie d’Égypte ou le treizième travail d’Hercule, nan, j’aime le printemps et ce genre de manifestation asthmatique ne me cause aucun trouble. En revanche, ce qu’on oublie de signaler, ce qui pour moi bouleverse mon quotidien et m’oblige à un investissement conséquent en mouchoirs en papier et autre duo aspirine / vitamine C, ce dommage collatéral qui me pourrit la vie chaque année, c’est : la clim’ !


Oui, dès que l’équation terrible se présente : premiers rayons de soleil + température dépassant 21 degrés, alors immanquablement, les intégristes du ventilo reprennent leur bâton de pèlerin et appuient fébrilement sur le « bouton maudit » !

 

Ce matin, je me pointe au boulot tranquille, la gueule enfarinée, il fait beau, c’est calme, tout roule. Je bosse dans mon coin de l’open space, la moitié du staff est en vacances de Pâques, c’est peinard. Malheureusement, sans crier gare (ni station, ni halte, ni autre), je sens un air glacial me parcourir l’échine. Oh misère ! J’enfile un petit gilet pour pallier à ce coup de froid subit, mais trop tard, j’éternue, une fois, deux fois, trois fois… C’est le signal, j’ai attrapé un rhume, c’est inévitable.

Quelques instants après, j’apprends que la clim’ a été enclenchée par quelqu’un qui ne se dénoncera pas. Sauf que moi, je suis allergique cette ventilation merdique, je hais ces combattants du « degré de trop », ces grands malades de l’uniformisation des saisons par l’usage d’appareillages à la con.

Nan mais c’est quoi ce délire ? Y’a des troupeaux de débiles qui ne peuvent pas supporter d’avoir un rayon de soleil qui leur réchauffe doucement la couenne ? Ces tarés anticipent l’éventualité d’une hausse de la température dans leur espace vital… je suis atterrée.

 

Le climatiseur, c’est un vrai nid à bactéries. Ce système de refroidissement fonctionne avec de l’eau, qui stagne sagement pendant l’hiver et a tout le temps de croupir et se charger en microbes de tous poils. Une fois qu’on relance la machine aux premières chaleurs, la nébulisation de cette flotte se répand immédiatement dans l’atmosphère et va infecter les voies pulmonaires des plus sensibles, dont je suis, pour ce cas.

 

Le climatiseur, c’est le mouvement perpétuel de la connerie humaine à portée de main. Parce qu’en plus de nous contaminer les bronches, ça flingue aussi la couche d’ozone.  Ca bouffe de l’électricité, alors on consomme plus, faut produire davantage d’énergie et ça engendre de la pollution qui change la météo et relance des tas de gaz à effet de serre qui réchauffent le climat.

La boucle est bouclée, le cercle vicieux est enclenché et on l’a dans l’os !

C'est une pure hérésie qu’il faudrait interdire et ne réserver qu’aux populations vraiment fragiles et sous réserve d'avoir fait la vidange et le contrôle technique de l'engin avant usage.

 

 Le climatiseur, c’est ma bête noire, ma hantise, mon fléau. Tous les ans ça me file une crève qui dure entre 10 jours et 3 semaines. Impossible d’y échapper, alors une fois encore, il faut que je porte ma croix sur l’autel du sacro-saint thermostat constant.

J’te l’foutrais au cul moi l’ventilo d’mes deux !

 

Voilà, maintenant j’ai l’impression d’avoir le nez qui fuit comme un vieux robinet dont le joint aurait lâché. Le mal de crâne en prime, le pif en choux-fleur et la voix de Donald Duck. J’ai une furieuse envie de me siffler un grog géant, mais pas moyen sinon demain j’aurais en plus les yeux de Borloo et ça, quand même, ça peut faire peur, donc je vais m’abstenir de noircir le tableau.

 

Si je chope la pétasse - ou le crétin - qui a appuyé sur le bouton « on »…

 

« Aux quatres coins de Paris qu'on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle. Moi quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite… j’disperse… et j’ventile… »

 

Sister « Aaaaaaaaatchouuuuum ! »


 

Chronique 20042011 Chronique 20042011

Partager cet article

Repost 0
Published by Sister of Night - dans Sur le grill : coups de gueule
commenter cet article

commentaires

le décapode 29/04/2011 14:41



et cette année, vu que l'été a commencé depuis fin mars, on n'a pas fini de morfler.....



Sister of Night 16/05/2011 00:42



Oui, on va vraiment en baver.



MysTik 26/04/2011 18:06



hors sujet :


http://fautrigoler.free.fr/html/vie.html


en complément de ce dont nous parlions l'autre soir (anniv, tout ca, hihi)


flemme de chercher ton mail, ca allait plus vite de mettre un mot ici (pourrait venir en complément de la liste que tu vas pouvoir lire sur le lien que j'ai mis)


à pluch' :)


 



Sister of Night 16/05/2011 00:42



Yep, en effet, ça reste dans la thématique.



Pépin 21/04/2011 23:04



Tiens ... ça me rappelle un truc que j'ai écrit jadis à propos de l'effet du froid sur nos petits métabolismes !



Sister of Night 16/05/2011 00:44



Cela reste d'autant plus d'actualité avec l'article publié le 15 mai...



MysTik 21/04/2011 22:04



idem au taff... plutot que d'ouvrir les fenetres (ce dont je ne me gene pas), v'la t'y pas que les gars pour la clim (on est sur 5 etages) sont venus mettre en route le truc infernal... résultat
: des zones chaudes voire bouillantes dans certains coins sous les fenetres dont les velux sont pétés, et d'autres glaciales avec le courant d'air nid à microbes, et tout ca à 3 metres
d'intervalle...


je compatis d'autant plus que j'subis tout pareil !


 


mort à la clim au mois d'avril !


(encore, quand y fait canicule 40°C étouffant que les claviers fondent, oké, mais là... )


 


MysTik bientot atchoum aussi (le sens, ca monte dans les sinus)



Sister of Night 16/05/2011 00:48



Ils ont toujours un pet de travers, trop chaud, trop froid, pas assez ceci, bobo par ci, par là, jamais contents. J'te les collerait au goulag un moment, pour calmer
leurs velléités. Après je pense qu'ils n'auraient plus rien à critiquer sur les conditions de travail.



mario65 21/04/2011 13:43



Excellente ta chronique tout y est dit et avrc humour en plus .



Sister of Night 16/05/2011 00:48



Merci, j'essaie, autant que faire se peut.



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs