Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 02:48

 

Je suis étourdie parfois et aime une certaine forme d’oisiveté qui laisse à mon esprit le temps de s'échapper, d’aller explorer des pistes nouvelles, de digérer un fait vécu ou de mieux comprendre des situations ou des gens. En clair, faire entrer un peu d’oxygène dans mon crâne pour que l’imagination fasse le reste et que les pensées s’évadent et finalement se plongent aussi vers une certaine forme d’introspection.

Cela peut me prendre à tout moment lorsque je n’ai pas à me concentrer sur une tâche. Dans le train, si je relève le nez de mon bouquin parce que je viens d’y lire quelque chose qui me porte un peu plus loin ou parfois se calque sur la réalité et offre un autre champ des possibles. Dans une file d’attente, je regarde les gens et essaye de deviner ce qu’ils sont ou quel est leur caractère. 

 

Il faut savoir se garder cette respiration. Et pour cela, à chacun sa méthode. Certains chaussent les Pataugas et vont crapahuter dans la montagne, d’autres filent à la pêche, parfois c’est tout simplement en se posant dans un parc. En clair, il faut régulièrement laisser s’envoler les idées pour qu’elles nous reviennent plus riches.

 

P1010216

J’avais lu une fois, de la part d’un grand patron d’industrie, qu’il avait trouvé dans la pratique du golf, non pas le moyen de se faire un carnet d’adresses, mais surtout de prendre l’air et du recul sur son travail pour trouver les bonnes solutions aux problèmes divers et variés. Il s’accordait donc 10% de son temps de travail sans rendez-vous, ni tâche précise, afin de faire part à toute éventualité en cas de rush dans son planning, mais surtout pour s’offrir cet espace de liberté qui le rendait plus productif et plus efficace qu’en gardant le nez dans le guidon sans arrêt.

À force de rencontrer différents profils d’entrepreneurs, je constate qu’ils n’ont pas cette sagesse et foncent à 100 à l’heure pour essayer de tout gérer. Résultat, ils s’épuisent et finissent par se laisser déborder en culpabilisant à mort, se flagellant moralement à se dire qu’ils n’y arrivent pas parce qu’ils sont mauvais, trop lents ou pas assez performants. Quel dommage ! Ils sont juste mal conseillés.

 

Beaucoup d’inventions sont purement le fruit du hasard dit-on, mais j’ai remarqué que les « créatifs » sont souvent présents dans des activités très éloignées de leur domaine de prédilection, juste pour s’imprégner d’autres cultures, d’autres influences, d’autres sources de travail que leur œuvre. Qu’ils soient architectes, designers, chefs étoilés, couturiers, écrivains ou peintres, ils sont nombreux à capter l’air du temps, observer leur quotidien et surtout aller voir plus loin ce qui se cache encore aujourd’hui, mais pourrait les inspirer demain.

 

Être curieux de la vie me semble aussi essentiel que respirer. Oui, c’est juste cela : la respiration de l’esprit. Une sorte de porte ouverte qui peut nous aider à comprendre ou à enrichir nos idées. Tout comme la nuit notre cerveau consolide, analyse et enregistre les informations de la journée. Penser à autre chose nous aide à mieux nous retrouver. J’aime laisser mon esprit vagabonder, il en sort toujours quelque chose et ça fait un bien fou.

 


Sister « en tête à tête avec moi-même »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pépin 10/11/2010 06:39



Ce post souffrira-t-il un commentaire ?


Rassurez-vous, il abondera dans votre sens.


Parfois, il m'arrive lors de mes demi-journées RTT de cycliste salarié que suis, de longer sur mon destrier de carbone, les golfs de ma belle région de Bretagne. Et je ne m’interdis pas, en
pleine semaine, donc, d’inventorier la liste des puissants véhicules qui transportent ces honorables tapeurs de balles : BMW, Mercedes, Range-Rovers, Jaguars, Porsche refroidissent sur les
parkings.


Jadis, on mesurait la richesse à l’épaisseur du porte-monnaie. Il faut aujourd’hui  y ajouter la maîtrise de sa propre disponibilité. C’est la raison pour laquelle, parfois, je
comprends ces gens qui préfèrent à la soumission* d’un contrat de travail « à durée indéterminée », la liberté du butinage intérimaire.


Que le ciel vous tienne en joie, comme dirait Philppe Meyer !


 


* Article L3121-1 du Code du Travail: « La durée du travail effectif est le temps pendant lequel le salarié est à la disposition de l'employeur et se conforme à ses directives sans
pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles. »



Sister of Night 11/11/2010 19:19



Hé oui Monsieur Pépin, vous n'avez pas manqué de relever la petite provocation que j'ai mentionné. Il est vrai qu'on a pas à plaindre ces richissimes patrons qui se
la pètent sur les greens. C'est pour cela que j'ai fait le parallèle avec les petits chefs d'entreprise qui sont noyés sous les tracasseries administratives et n'arrivent pas à sortir la tête de
l'eau.


Pour avoir un peu testé "l'oisiveté hors contrat de travail", j'avoue que cela a des vertus insoupçonnées. On respire tellement mieux quand on peut prendre un peu de
distance avec l'extrème soumission du salariat. 


Merci de me rappeler cet article, mais je suis vraiment très bien placée pour le connaître, lui et ses autres du Code du Travail, du Code de la Sécurité Sociale et
j'en passe...



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs