Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 00:56
.
Vous me connaissez maintenant, je dénonce, je plaisante, je délire, je peints la vie telle qu’elle est ou comme je la vois mais toujours avec sincérité et sans travestir les faits. D’ailleurs, pas besoin de changer quoi que ce soit, il est bien connu que la réalité dépasse la fiction.
Cette fois, je vous propose une description à ma façon, en adaptant le style au personnage - autant que possible - tout est vrai, peut-être que les intéressés se reconnaitront, qu’importe. J’espère juste retranscrire au mieux le trait et l’esprit des gens dont j’ai choisi de croquer au fil de ma plume-clavier. Enjoy… or not.
.
.
Il n’aime que son chien. Les Hommes, il en a fait le tour, 72 ans qu’il roule sa bosse, il a pu en tâter des personnalités éclectiques, des quidams et des caractères, il n’a plus d’illusions sur la nature humaine. Un ramassis d’égoïstes, de paranos et de chefaillons qui pètent plus haut que leurs culs.
Rien à attendre d’eux, rien à espérer. C’est mort.
.
« Aide-toi et le ciel t’aidera », ouaip, que des foutaises, sympa comme moyen de botter en touche pour dire « démerde-toi seul ! ».
Le ciel non plus ne lui a rien apporté, une vaste fumisterie de curetons affirme-t-il.
Pourtant, né un vendredi 13, ça ne s’invente pas, il aurait dû bénéficier d’un destin hors du commun, d’un parcours brillant. Sauf que, comme l’enfer est pavé de bonnes intentions, son quotidien s’est avéré nettement plus rude que prévu.
Que dalle, pas de bonne étoile, juste des coups dans la tronche, des coups du sort, des coups de bambou. Comme d’autres avant lui, le mieux à attendre était l’indifférence.
.
Il n’est pas aigri, juste résigné, rangé des voitures et pas mécontent de regarder filer le monde qui bouge trop vite pour se rendre compte qu’il va dans le mur, ce futur qui va déraper, ces générations inconscientes ou ignorantes. Éperdument aveuglé de progrès, on piétine le passé et on joue les apprentis sorciers. Il observe.
Ça le fait bien marrer cet empressement à courir vers le néant. Lui vit en marge de tout ça. Le portable, la carte bleue, Internet, pas question ! Ce n’est pas pour refuser les nouvelles technologies, c’est pour affirmer une forme de résistance. Il ne veut pas être pisté, observé, fiché. Lui le virtuel, il ne le feint pas, il le vit, ne laissant aucune trace, il devient l’ombre et n’a aucun compte à rendre à personne.
.
Il regarde ça de loin, il est le chien qui aboie quand la caravane passe. C’est peut-être pour ça qu’il s’entendait si parfaitement avec son clébard, une confiance mutuelle, pas de paroles inutiles, laissant la vie avancer… ou la mort plus sûrement.
Tous des cons les autres autour, alors il grogne parfois, peste quand il faut et les envoie chier, ils ne méritent que ça.
Il a deux devises : « Mieux vaut passer pour un ours que pour un con » comme ça la messe est dite, il se protège de la promiscuité, des autres et de leur contact pénible, de leur inculture crasse. Passer pour une grande gueule lui permet de garder ces gens à distance et de leur faire boucler leurs claque-merdes à tous ces peigne-moumoutes.
Parler peu, parler juste, d’ailleurs la voilà sa seconde devise : « On ne perd jamais une occasion de fermer sa gueule ». Alea jacta est.
Faut-il les lui briser menu pour qu’il en vienne à vous souffler dans les bronches ! Il préfère vous ignorer.
Vous ne vous en ferez jamais un copain - il n’a pas et n’a jamais eu de copain et le revendique - c’est un cowboy solitaire. Vous gagnerez un peu de sa considération polie si vous avez la sagesse de lui foutre une paix royale. Il ne fait chier personne et attende qu’on lui rende la pareille.
.
Ne jouez pas au plus malin avec lui, c’est perdu d’avance, il a traîné ses guêtres là où vous ne poserez jamais la pointe de vos bottillons lustrés et a surmonté des épreuves qui rendent humbles les plus solides. Les caïds il les mate à sa manière.
Si vous vous hasardez à un coup de crasse, il vous le rendra au centuple sans que vous ne puissiez jamais le prendre en défaut. Aucune trace, aucune preuve, juste quelques soupçons. Un dur, j’vous dis !
.
Il aime aussi, tout aussi dans l’excès mais vous n’en saurez rien, il ne pipe mot de tout ça. Ceux qui savent n’en parlent pas, la confiance, c’est caché au fond, juste un sentiment très intérieur, une force qui pourrait se muer en faiblesse pour ceux qui en feraient un mauvais usage. On tait ce petit supplément d’âme, c’est une botte secrète, un moteur énorme et voilà pourquoi il montre les crocs, il préserve ce qu’il a, ce qui lui reste, une poignée de gens qui l’aiment tellement fort.
.
.
Sister « oursonne ? »
.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

smellycat 07/11/2007 12:08

Aah je crois que je sais qui c'est...

Sister of Night 11/11/2007 23:24

Hum, tu as la chance d'être dans le secret des Dieux. Chut...

jc 06/11/2007 10:23

magnifique portrait voila un truc que j'aime au fait y a le 7 iéme opus de oro  je sais plus si je te l'ai dis

Sister of Night 11/11/2007 23:25

Hé oui JC, je vais régulièrement visiter tes pages. Il y aura d'autres portraits. Merci pour le compliment.

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs