Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 22:48

.

… est une phrase qu’il m’est arrivé de prononcer, sans pour autant avoir eu le moindre contact physique avec le destinataire du compliment. Non pas que je n’aurais pas aimé cela, bien au contraire (parfois), mais tel n’était pas le propos. Et aussi parce que, croyez-le ou non, il m’arrive de temps en temps de m’enquérir du consentement de ma proie masculine avant d’en faire « ma chose ». Si, si ! J'vous assure ! Certains - encore éberlués de la prouesse - peuvent en témoigner sous serment (ils me sont dévoués corps et âme, c’est un deal entre nous).

.

C’est étrange tous ces mots de notre belle langue qui évoquent « l’impact concret » pour décrire un sentiment qui, par nature, est totalement éthéré, donc impalpable.

.

Par exemple, lorsque vous hésitez sur une décision à prendre et dites : « je me tâte », cela ne signifie nullement que vous allez vous tripoter pour trouver la solution. Vous pouvez fort bien le faire, c’est votre choix, toutefois je ne pense pas que cela fera avancer le schmilblick et que le résultat sera concluant.

Il faut croire qu’en vous, la tension et la confusion sont « manipulables ». Étrange…

.

Bien sûr, vous me direz que c’est le propre des litotes, allégories ou autre périphrases que d’imager le propos sans pour autant décrire une réalité franchement transcriptible au fait mentionné.

Néanmoins, la question est bien de savoir pourquoi ?

.

Imaginez l’amoureux transi (pas de froid sinon ça ne colle pas au propos) déclarant sa flamme (voyez, j’vous l’avais bien dit) à sa dulcinée, lui susurrant à l’oreille qu’il brûle d’amour pour elle... et paf ! D’un coup, il s’embrase (avec un seul S, sinon c’est le bordel et on ne comprend plus rien) et se carbonise devant elle par combustion spontanée.

J’vous dis pas la tronche de la gonzesse, soufflée qu’elle serait ! Chose peu judicieuse d’ailleurs que d’attiser ainsi le brasier en y mêlant son haleine tiède.

Pyromanes du palpitant, méfiez-vous, un accident est si vite arrivé !

Bon, avec un peu de chance, la belle se liquéfiera de peur, ce qui circonscrira l’incendie.

.

En revanche, si elle reste de marbre, vous en conclurez que son cœur de pierre ne mérite pas que vous lui lanciez des fleurs, le tableau final risquant fort de ressembler à un caveau un soir de Toussaint (que ceux qui n’ont pas compris cette blague à deux balles ne se lamentent pas, elle vaut à peine 0,10 €).

.

Vous trouvez que ma blague est vraiment "à chier" ? Et bien voyez, j'ai prévu les commodités. Mon blog est garanti tout équipé et tout confort. Enjoy.

.

Pourtant, vous étiez pétri de bons sentiments pour elle en attendant qu’elle craque et se laisse pétrir les miches « pour de vrai ». Qu’elle se laisse pénétrée par l’idée au moins dans un premier temps…

Dans le même registre, vous avez le : « j’en pince pour elle ». Serait-ce une version revisitée de pince-mi et pince-moi jouent à touche-pipi ? Peut-être.

Avec le risque de se faire pincer par les parents ou de revenir de votre pêche à la moule avec des petits crabes qui en pincent pour votre calbutte.

Ah ma bonne dame, on n’a pas des métiers faciles !

Quel rapport avec le propos précédent ? Aucun, juste qu’entre deux idées à la con, j’apprécie de pouvoir vous accorder une « pause neurone ». Genre interlude pour matière grise. Voilà, je vous sens bien détendu de la synapse maintenant, on va pouvoir reprendre.

Et que dire de l’expression : « je suis raide dingue de vous » ? De toute évidence, elle ne peut être prononcée que par un homme pour être réaliste, car on ne voit pas bien de quelle raideur madame pourrait être empreinte ?

Comme dirait notre inimitable Greg Le Millionnaire : « je suis dur de partout ». Ah oui, ça laisse rêveuses hein mesdemoiselles… On en redemanderait bien. Pouvoir vérifier manuellement si le bonhomme bluffe, se la pète ou ne fait qu’exprimer une gêne évidente au niveau des entournures. Un coup de main et tout est arrangé… quand on peut aider…

Voyez comme on peut mettre le doigt dessus facilement ! Notre français mérite vraiment qu’on se penche sur son cas pour y découvrir que l’oreille est le plus court chemin vers le cœur et ainsi fondre de plaisir sous l’assaut des mots délicats.

J'aime pouvoir piquer votre curiosité, vous titiller le mulot, faire en sorte que le "lâchage de commentaires" vous démange et finalement, vous faire craquer en étouffant un sourire.

J’espère arriver un peu au même résultat grâce à ces quelques lignes qui, je me plais à le croire… vous toucheront beaucoup…

Sister « le feu aux poudres »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zhealy 22/03/2007 18:23

Coucou
 
Superbe réflexion sémantique et sémiologique!
Vraiment déguster vos hors d'oeuvres sont un régal!
A bientôt,
 

Sister of Night 24/03/2007 00:24

Bon appétit bien sûr !

ni dieu nie tzsche 22/03/2007 15:56

Sans vous prendre pour une mauvaise langue Sister, il m'arrive d'être sur les genoux tout en tenant la jambe à quelqu'une et en prenant ses jambes à mon cou!  Je vous sens en avoir l'eau à la bouche...
"N'oublie pas le fouet quand tu vas voir les femmes." (Friedrich N.)

Sister of Night 24/03/2007 00:30

Hum, quel programme alléchant ! J'en suis toute retournée... ce qui n'est pas un vain mot !
En un mot comme en cent (ou vingt, ou 20%, ou +), vous êtes cordialement invité à revenir visiter mes pages pour les gratifier de promesse de fouet et autres gourmandises pour adultes joueurs.
Sister "twentieth century boy... you wanna be my toy..."

:0010 ... :0010: Marithé 22/03/2007 14:24

coucou j'arrive de chez Jc .....ah la langue française elle en a de bonnes ...et la grammaire je t'en parle pas .."encore aurait il fallu que je le susse "  c'est du subjonctif ???bonne journée..je vais faire mes visites...

Sister of Night 24/03/2007 00:33

Ou encore que nous le sussions, qu'ils le sussent, bref que ce soit l'orgie !
Hé oui, notre langue est bien belle, même si elle nous en fait baver. Vive l'imparfait du subjonctif !
Sister "Bled inside"

what_ever 22/03/2007 09:14

En réponse au commentaire n° 4 :
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/02/43/54/metaphore.au
no comment

Mon premier commentaire relevait du jeux de maux qui est la thématique de l'article de 6 Ter Of Night ( soit dit en passant vaut mieux 6 Ter que 9 Bis ) ce n'était donc pas la peine de le prendre comme ça ;-)
what "jouons des mots again and again" ever
 

Sister of Night 24/03/2007 00:41

Avec six pieds sous terre
Je fais une belle rime
Avec un septième ciel
Je vais jusqu'au point G
Et encore que naguère
Sans deuxième coup en prime
Le plaisir fut partiel
Plutôt qu'à l'apogée.

Sister "oui, ça aussi elle peut le faire !"

schoumi 22/03/2007 01:14

:0007:  :0007: respect ! :0007:  :0007:
quel bel article , qui me rappelle une conversation que j'ai eu l'autre jour avec quelqu'un qui me parlait de "prise de tête"  et moi de lui demander s'il était en 220 volts !!

Sister of Night 24/03/2007 00:45

Effectivement, pour rester bien branchée sur les incontournables trucs hypes, je n'hésite pas moi aussi à me mettre au courant. C'est important si on veut paraître branchée en continu sur les tendances alternatives de ce monde survolté de la mode.
Sister "plugged"

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs