Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 01:04

 

Evoquons aujourd’hui ensemble un pan important de la culture d’un peuple et souvent élément d’identification immédiate, je veux parler de la tenue, des habitudes vestimentaires, des parures propres à une civilisation, en l’occurrence plutôt à un clan. 

 

Hé oui, quand on vous dit « Ecosse » vous ne pensez pas à cette injonction vous invitant à évider de leur emballage végétal une savoureuse légumineuse (verte, blanche ou tachetée), mais plutôt à la patrie des hommes en kilt. Ah le kilt ! Objet de fantasmes par excellence, outil de toutes les perversions par les idées folles qu’il suscite sur ce qu’il cache (ou pas !) et pourtant gardien fidèle et respectable d’une identité familiale forte et des traditions dont il affiche de suite la couleur. Le tartan est comme un CV, vous pourriez connaître tout (ou presque) de l’histoire de votre interlocuteur en matant sa respectable jupette plissée.

 

Ainsi, me connaissant, vous devez bien vous douter que je ne bouderais pas mon plaisir à la vue de cet « accessoire » de mode à la fois rigide par le poids des significations qu’il représente et si léger… surtout sur un caillou réputé pour être balayé par les vents, hiver comme été. Oh ! l’image d’une brise un peu forte faisant gonfler l’étoffe quadrillée est déjà pour moi tout un poème, que dis-je, un quasi rêve érotique. Bref, revenons à nos moutons (hu hu).


 

J’ai eu beau arpenter avec ardeur la campagne vallonnée, les falaises à pic, les ports encaissés, les montagnes pelées ou les plages de sable doré, il me fallu me rendre à l’évidence, le mâle enjupeté est une espèce en voie de disparition. Je vais d’ailleurs probablement devoir lancer un mouvement mondial de protection de ce bienfait de l’Humanité, tant il contribue à la réjouissance des mes sens en éveil. Déjà un point clé, le spécimen est souvent équipé d’une peau de chèvre savamment emballée dans un enchevêtrement de tuyaux à vocation musicale qui sont un peu comme un appel du pied, tel le brâme du cerf, la cornemuse a un effet magnétique immédiat et permet de faire savoir loin aux alentours que sous l’outre chantante il y a du calbutte (ou pas) en goguette. Juste au dessus des chaussettes fixées là comme des bas masculins version grands froids, il y a comme la promesse de mille plaisirs... Arf, il faut que j’arrête là mon délire sinon je ne réponds plus de rien pour le reste de l’article et risque de lâcher subitement mon clavier pour partir en chasse de l’objet du désir de mes pensées déjantées.

J’ai eu la chance de croiser toute une tripotée de gaillards dûment équipés de la tenue d’appart qui se rendaient à une soirée importante de type mariage, banquet ou autres festivités. Malheureusement, je n’étais pas invitée à leur petite sauterie, j’ai donc dû passer mon chemin.

 

Il m’aura bien fallu me rendre à l’évidence, la gent masculine ne parade pas aussi facilement qu’on pourrait l’espérer dans cette tenue qui pourtant leur sied si parfaitement.


 

Ainsi, la tenue fétiche pour les filles, c’est une mini-jupe en jean (ras la moule de préférence), avec des bottes molles et moches fourrées de moumoute acrylique, le tout agrémenté d’un petit haut bien voyant, accessoirisé de mille et un colifichet en 100% pur toc. Pour le samedi soir, des leggins entièrement pailletées et un top aussi long que décolleté feront l’affaire, pourvu qu’on y adjoigne l’indispensable paire de chaussures à talons exagérément hauts qui leur fait une démarche de héron hésitant. Précisons qu’en fin de soirée, les escarpins se portent à la main et si possible pleins de vomi, signe d’une nuit réussie.

 

Pour les mecs, le maillot de l’équipe locale ou un t-shirt à manches courtes et un jean seront parfaits, à condition de ne pas oublier l’indispensable bonnet vissé sur les oreilles alors qu’ils n’ont pas froid puisqu’ils sont bras nus.

 

Oui, c’est un signe distinctif flagrant, pour homme ou femme, la veste (manteau ou blouson) est totalement subsidiaire et dénuée d’intérêt.

Il semblerait que pour des raisons pratiques cela soit plus un article gênant qu’autre chose. Le but du jeu étant de faire un par un tous les bars de la ville, le risque est trop grand de l’oublier dans l’un d’entre eux, surtout après quelques pintes. En plus, les pubs sont à touche-touche (ou presque) alors à quoi bon ? Et surtout, allez enfiler les manches de quoi que ce soit en étant à la limite du coma éthylique !

A ce propos, comme ils finissent par ne plus trop savoir où ils habitent, tout ce petit monde rentre sagement en taxi, c’est l’usage et ça simplifie les choses puisqu’on peut le partager à plusieurs.

 

Allez, dernière « cherry on the cake », là-bas la pinte de ma sacro-sainte Guinness est à seulement 2,50 € alors qu’ici il m’en coûte 3 fois plus cher !!!

Tristesse… pas de mâle en kilt pour rêver et pas de stout abordable, les parisiens ne sont vraiment pas à la hauteur des Highlanders… sniff. J’veux y retourner !!!

 


Sister « snorb, snorb = sniff, sniff »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kelkunkellbaiz 26/04/2009 19:02

Hmmm... ej voudrais en savoir plus... plus... que tu en dises plus encore...

Sister of Night 14/05/2009 02:10



Les lessons suivantes viendront prochainement, elles sont écrites, y'a plus qu'à les taper, les illustrer (trop fastoche !) et les publier surtout.



the-jc 11/04/2009 17:17

rha le male en kilt ce fait rare  à cause du frima  certainement ce n'est pas la saison des profitoles qui trempent dans la glace

Sister of Night 15/04/2009 01:28



Beaucoup trop rare, c'est un réel problème. Pourtant, le mâle local est habitué aux rigueurs du climat, cela ne devrait pas le gêner. Pas de risque d'avoir les
bourses gercées, le kilt fait barrage.



MisS PreciouS 06/04/2009 14:04

J'adooore ces petites "lessons" merci!

Sister of Night 14/05/2009 02:07


Promis, y'en aura d'autres !


Bojemoï 06/04/2009 06:57

C'est sur qu'étant un homme, je n'ai pas particulièrement été attiré par les kilts et ce qu'il y a de possibilités en-dessous.Quant aux écossaises, elles ont du tempérament, ce qui est fort agréable et fait oublier le fond de teint. De plus, messieurs, la France a la cote là-bas (pour le rugby, le foot et notre propension à ne pas aimer les anglais), ce qui n'est pas désagréable non plus.Enfin un pays où on ne trouve pas trop sale, râleur, malodorant, arrogant, etc.Vive l'Ecosse !

Sister of Night 14/05/2009 02:08



Mais carrément ! Vive l'Ecosse, les Ecossais et assimilés. Vive les mâles en jupe à toute époque de l'année !



TT02 04/04/2009 16:57

Moi les seules légumineuses que je connaisse avec de l'écosse, c'est les arbres. Et je vois bien un homme en kilt y soulager sa vessie. Je crois que ce post ma mise à l'envers.

Sister of Night 05/04/2009 23:20



Hu hu ^^ alors Thérèse, on est sans dessus dessous ? Ah oui, le kilt je sais, ça peut causer des dommages collatéraux dans nos petits cerveaux de filles...



A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs