Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2006 5 12 /05 /mai /2006 00:32
 
Hé bien je serai reine d’Angleterre, diététicienne pour ours végétarien, peigneuse de girafe, éleveuse de Chippendales, chercheuse en physique quantique appliquée à l’édulcorisation des spécialités laitières chez Danone ou « employée » (à pas grand chose, pour un salaire de trois fois rien avec une motivation de moins que rien).
 
Non, finalement, aucun métier ne me faisait rêver quand j’étais petite (qui a dit que du haut de mon mètre soixante deux je ne pouvais toujours pas prétendre être devenue grande ?).
Bref, pas carriériste la fille, tranquille, ouverte à tout métier pouvant la séduire, prête à apprendre la vie, espérant découvrir une passion, un artisanat, un savoir-faire ou juste attraper la fièvre des brokers.
C’est marrant, on ne rêve jamais de devenir cariste, huissier, goûteur de salsifis en boîte ou agent de surveillance… Il faut dire que ces professions ne sont pas très glamours et pourtant, ces gens vivent peut-être mieux que certaines célébrités qui n’existent que par et pour le regard des autres et redoutent chaque jour l’éloignement des médias ou la flétrissure de leur beauté (alias leur fonds de commerce).
 
Manque de bol, le système éducatif impose très vite de faire un choix, LE choix ! Comment décider à 14 ans le métier qui va vous occuper pendant plus de 40 ans alors qu’on ne connaît presque rien de la vie et qu’on a pas la moindre nano particule d’idée de ce à quoi ressemble le monde de l’entreprise, la pratique quotidienne de gestes maintes fois répétés ou juste l’humiliation d’un poste dégradant dans le seul but de survivre dans cette société de consommation.
A cet âge, on ne voit le monde du travail qu’à travers le prisme du boulot occupé par les parents. Devons-nous suivre leurs traces ? Si oui, serons-nous à la hauteur de leurs espérances ? Et si on opte pour une voie « alternative », pourrons-nous assumer cette différence ?
Oui bah, je sais pas vous mais moi, les infos que j’avais pu trouver au Centre d’Information et d’Orientation ne m’ont jamais fait fantasmer. Comment s’imaginer dans un rôle qu’on ne connaît ni d’Eve ni d’Adam. Pourtant, on prend perpette ! Mieux vaut ne pas se louper car ré-apprendre un métier en cours de route est toujours une épreuve complexe et souvent au résultat incertain.
 
Ce n’est pas tout de savoir « faire quelque chose », il faut encore convaincre les autres qu’on le fait bien et qu’on mérite d’être rémunéré pour cela. Le fruit du travail est périssable. Il faut être efficace et rapide. On ne doit jamais oublier que l’on est pas irremplaçable. Chaque jour devient un sorte de challenge. Etre bon et le rester. Jusqu’au bout, jusqu’à la mise au placard ou au mieux à la retraite.
 
Bien sûr, je ne parle pas de quelques planqués qui n’auront jamais rien à prouver parce qu’ils ont trouvé une aubaine bien payée et sans siège éjectable. Certains fonctionnaires par exemple… mais je ne généralise pas, il y a aussi de gros glandeurs d’entreprise.
 
Je jalouse un peu ceux qui ont la chance de se lever chaque jour pour exercer le métier qu’ils aiment, s’adonner à leur passion. Quel bonheur ce doit être pour eux.
Sinon, pour le commun des mortels, on s’arrange, on temporise, on fait de notre mieux. On a un job, c’est déjà ça, plus ou moins « alimentaire » soit-il.
 
Mais franchement, on a tous une petite lumière qui brille derrière, dans nos petites têtes enclines à rêver, l’envie de se faire plaisir, d’exercer une activité bien différente de l’image lisse, bien pensante, tellement politiquement correcte. Sortir du moule ! Ah oui, le voilà le pied ultime ! Faire ce qui nous plait nom d’un petit bonhomme en mousse (ou nom d’un chien pour les moins aventureux).
 
Mine de rien, le blog, en plus d’être un grand défouloir, est aussi un excellent moyen pour essayer de faire partager à quelques unes de nos petites passions plus ou moins avouées. Soit nous estimons être des stars (encore méconnues mais en instance de devenirs "bankables" pour les torchons people), soit nous évoluons avec plus de modestie juste pour se faire plaisir, ce qui est déjà pas si mal.
 
J’aime bien ce principe de pouvoir appréhender un peu la face cachée des personnalités qui s’affichent. Le Net est comme un miroir grossissant sur certains talents (ou défauts parfois), c’est aussi le moyen d’apercevoir un autre aspect de l’âme humaine, par le petit bout de la lorgnette.
 
Bref, je ne vais pas tomber dans la psychologie de comptoir, mais ici, on se lâche, on s’en fout, on a rien à prouver à personne sinon à soi-même. Les autres (amis internautes lecteurs) accrochent, s’intéressent ou passent leur chemin.
 
Alors, si vous êtes curieux, par ce média quasi magique, vous en saurez plus sur l’autre et donc sur vous aussi, car la curiosité est source d’apprentissage si elle sert à autre chose qu’à mater dans la gamelle du voisin ou à trouver chez l’autre un défaut plus vil que les siens.
 
N’empêche que ça vous plait bien de jeter un coup d’œil par delà l’écran pour deviner ce qui s’y trame… On aurait pas tous un petit côté voyeur finalement ? Ou alors ça nous rassure, ça nous amuse, ça ouvre l’esprit sur d’autres points de vue, d’autres mode de vie.
 
Je ne sais pas encore très bien ce que je veux faire de ma vie, pour l’instant je poursuis un parcours un peu linéaire mais je sais que grâce au Web, j’accède à des rencontres et à un enrichissement que mon petit quotidien ne m’aurait jamais permis d’envisager. Jadoooooore Internet !
 
Sister « connected to the world outside ».
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierre Fosséprez 29/05/2006 14:03

Ah! A la 3e tentative j'arrive quand même... Je voulais déjà réagir à la téléportation (ne pas confondre avec porte avion), j'ai pô pus. J'ai voulu applaudir de belles pensées: j'suis resté au ras des violettes.. Euh pâquerettes... 'fin, n'ai pô pu non plus. Qué j'voulais dire moé? Ah, oui: Y a mieux que la téléportation, la conception est en court. Cela tient de la pjysique nouménale et un américain a déjà déposé tout les brevets là dessus (salaud, il m'a doublé! T'inventes et tu te fais b... paque t'as pô d'sous!)
Bref, j'aime bien ce regard, ce rythme qui scoth devant l'écran, l'humour caustique mais non péjoratif.
J'écris un chouilla ossi, sur http://nouvelle-humanite.over-blog.com/
A+!
Pierre

Sister of Night 01/06/2006 23:51

Bonjour cher nouvel internaute du 3ème type (euh non 3ème post), pour t'aider à progresser dans ton apprentissage laborieux de notre langue, je te propose un lien bien utile : http://www.amazon.fr/exec/obidos/tg/browse/-/301959/ref=br_bx_1_c_2_0/402-8094672-8743329
Tu verras, même les actrices française y arrive, tu pourras ainsi faire ton trou (ou  celui des autres s'ils sont consentants) dans le dur milieu (parfois chaud) de la communication écrite.
Ce n'est pas sale, ton corps change, pense aux fleurs...

A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs