Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 00:19
 

Etudions aujourd’hui un mammifère étrange : la femelle séductrice.

   

Elle monte dans le train avec un collègue et commence illico son grotesque manège.

 

Le temps est particulièrement doux pour la saison, elle en profite pour se débrailler. Quel excellent prétexte pour ôter langoureusement son pull et laisser apparaître un petit débardeur très près du corps qui dévoile ses bras nus et son décolleté de calibre « bonnet B » chèrement gagné par le biais d’un artifice de lingerie qui fait toujours recette.

 

Bien sûr, c’est une fashion victim qui s’affiche en total look chocolat avec une touche de rose pour donner bonne mine. Micro-jupette, escarpins assortis au sac (ce point est incontournable chez toute femelle qui se respecte… sauf moi).


Hum, le gros poisson est ferré, il faut remonter la ligne, doucement.

 

Elle commence donc son cirque en vue de bien montrer au mâle qu’elle n’est pas indifférente à son fluide (ou testostérone) et ne cracherait pas sur un furtif de porte cochère ou une séance de body-body cachés dans la salle des archives.

 

Et vas-y que je me recoiffe du bout des doigts dans de grands gestes amples, à faire des moulinets avec leses bras pour faire gonfler sa chevelure soigneusement étudiée => ainsi, le mâle voit que le poil de sa femelle est bien brillant, signe de bonne santé, c’est important.

 

Et que je balance des œillades à tout va, avec les simagrées d’usage pour faire admirer son prétendu joli minois => en fait, elle est maquillée comme une Bachelot (ou une voiture volée, c’est kif-kif).

 

Et regardez-la donc se tortiller pour remplir l’espace et mieux signaler sa présence. Elle est tellement sur le bord la banquette du train qu’un infime freinage la projetterait instantanément sur les genoux du type qui semble particulièrement apprécier cette cour assidue, il est aux anges le gaillard entre deux âges.

 

Et voilà qu’elle se met à s’esclaffer avec exagération à chacune des tentatives de trait d’esprit du mec qui n’en peut plus d’être considéré comme un objet de désir de la quadra. Mais pourquoi gesticule-t-elle ainsi autant ? Je la trouve prodigieusement ridicule. En faire des tonnes et ose la totale : effeuillage, rires tonitruants et larges effets de manche (en débardeur, c’est d’autant plus balèse, vous apprécierez la prouesse) alors qu’il lui suffirait de susurrer franchement à l’oreille du type qu’elle crève d’envie de se faire culbuter pour que le bourru s’exécute et lui tambourine le joufflu dans l’instant.

  

Son attitude est grotesque et son comportement risible, mais elle est à fond dans sa prestation et ne semble pas se soucier une seule seconde de ce qui se passe autour. Perdue dans sa mégalo, moi j’étais de trop…

 

L’égo du mâle est tout émoustillé par l’attitude de la donzelle. Regardez-le, il boit du p’tit lait le bougre. Se faire courtiser par la femelle chaude comme une baraque à frites, il n’en peut plus, c’est que du bonheur !

   

Elle ne rate pas une occasion de lui toucher le bras ou le genou pour mieux appuyer son propos et franchir allègrement l’espace vital du mec.

 

Finalement, à l’approche de Paname, elle renfile ses fringues pour ne pas risquer de prendre froid sur ses miches de piaf à peine couvertes et cela lui offre surtout une occasion rêvée de rivaliser de gestes langoureux et suggestifs à l’attention de son vis-à-vis qui ne reste pas indifférent au spectacle.

 
 

Je ne sais pas s’il a su saisir sa chance et chevaucher la poulette quadra, mais il n’avait qu’à se baisser pour la ramasser. Une affaire qui roule, c’était du tout cuit. Un simple claquement de doigts et il pouvait la « pécho » sans bouger une oreille.

 
Combien de millions d’autres rêveraient de vivre la même chose ? Allez, avouez, c’est un pur fantasme et pourtant, là, elle était bien réelle.
 

 

 

Sister « messieurs, essuyez ce léger filet de bave là à votre commissure… ça fait désordre... »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Shaya 23/03/2008 01:05

Il faudrait assortir les chaussures et le sac? Ca va avec quoi un sac à dos?

Sister of Night 24/03/2008 18:09


Des chaussures de marche me semblent fort adéquates.


TT02 22/03/2008 15:08

Ahaha, c'est facile d'être une femme le printemps venu. Qu'ils sont nigauds les hommes. J'aimerai savoir si elle lui a mangé la tête après l'amour dans la salle d'archive.

Sister of Night 24/03/2008 18:10


Peut-être, si elle se prend pour une mante religieuse ou une veuve noire.


jc 22/03/2008 14:17

jute le temps de fermer la bouche et 'd'essuyer la bave

Sister of Night 24/03/2008 18:14


Oui, parfois la mâchoire à tendance à pendouiller mollement. C'est normal, ce n'est pas sale, ton corps change, pense aux fleurs.


Lorenzo 22/03/2008 13:03

woueh c'est le printemps! vivent les femmes!

Sister of Night 24/03/2008 18:17


Hum, vivement que les mâles aussi se remettent à porter de légers pantalons fluides... miam !


You des Alpages 20/03/2008 13:33

Ah, tiens, c'est le printemps, donc.

Sister of Night 24/03/2008 18:18


Il semblerait en effet. Désormais les jours sont plus longs que les nuits, c'est l'arrivée du renouveau, de la nature triomphante. Yeepee !


A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs