Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 23:56

Voilà un titre bien étrange, je vous le concède (ce mot aussi n’est pas très catholique), il appelle (ohé du bateau !) à quelques explications (vous les avez méritées) pour en savoir plus (oui j’ai eu des promos sur les parenthèses alors il faut que j’amortisse mon investissement) et comprendre le pourquoi du comment de la chose.

 

Oui, je pourrais vous entretenir longuement de la fameuse cravate de notaire, ses us et coutumes, sa pratique que je ne dédaigne nullement, son intérêt à vertu de se substituer aux somnifères et j’en passe. Toutefois, mon propos du jour sera plutôt à caractère gastronomico vestimentaire. Quel rapport avec la choucroute ? Aucun, elle ne sera pas au menu, ne mélangeons pas les torchons et les serviettes.

 

Déjeunant l’autre jour face à un pingouin de bureau (vous savez, la version acclimatée sous nos horizons au néon, le veston au garde à vous et le doigt sur la couture du pantalon assorti), je fus surprise de constater à quel point certains mets présentent une propension toute particulière à se jeter frénétiquement sur cet attribut de l’homme souhaitant afficher son statut social à la face du monde.

D’une poignée d’euros à plusieurs centaines, chacun cherche son symbole et pourtant des destins similaires se jouent sur cette surface soumise à toutes les tentations de salissure, sorte de figure de proue du mâle qui a compris que l’habit fait souvent le moine.

 

Ainsi, l’observation du phénomène permet de constater que l’assaut alimentaire surviendra de préférence juste avant un rendez-vous important, si possible la réunion avec le gros client, l’assemblée d’actionnaires, la négociation d’un emprunt chez le banquier, la convocation chez le chef pour votre évaluation annuelle et j’en passe.

 

Allez savoir pourquoi, certains plats semblent avoir développé une véritable agilité spontanée, presque une stratégie d’attaque en règle pour agresser le pauvre morceau de tissu (aussi inoffensif qu’inutile).

 

Il y a fort à parier que la sauce bolognaise de vos spaghettis va se ruer sauvagement sur vous sans vergogne. Tout comme la vinaigrette de votre frisée aux lardons (hum, la salade hein, pas la dame sur le point de « dépoter le gluant ») ou le gaspacho tapi dans l’ombre.

Ne croyez pas que ce sport de haute voltige n’est l’apanage que des plats salés, votre dessert aussi peut vous attendre au tournant et flinguer en un clin d’œil vos efforts de « beau gosse attitude » par l'arrivée inopinée sur votre meilleur profil d'une "virgule" tenace de chocolat liquide nappant votre glace, tout comme le fera sans plus de scrupules le coulis de fruits rouges. Sans parler du nuage collant que peut créer sur votre plastron l’envol impalpable d’un nuage de sucre glace lorsque vous avez le malheur de souffler (à peine pourtant !) sur votre millefeuille.

 

Si vous ne voulez pas vous contenter vous priver définitivement des plats en sauce pour ne plus manger que des radis beurre, il existe des solutions disponibles :

- oser la serviette dans le col de chemise pour faire barrage absolu (vous serez ridicule, mais c’est efficace)

- oublier la cravate (le risque n’est pas évité, les dégâts seront reportés sur la chemise)

- prétendre que vous êtes en pleine période de jeûne ou suivez un régime macroprobiotique (risqué si votre estomac crie famine et que vous commencez à baver en voyant l’entrecôte dorée à souhait de votre vis-à-vis de table)

- poser un lapin à votre hôte et aller courir dans le parc pour trouver un mensonge à raconter et faire 200 pompes pour expier votre péché (cours Forest, cours !)

- proposer un sandwich (sans mayo) au zinc plutôt qu’un bœuf en daube et une île flottante (en plus, c’est 40 minutes de gagnées)


- laisser votre interlocuteur se tâcher en premier pour y aller de bon cœur ensuite vous aussi (tous ensemble, tous ensemble, ouais !)

- tenter la cravate dite « Borloo » donc déjà sale au départ, ainsi elle ne craint plus grand-chose, mais il faudra penser à en changer discrètement dans les toilettes à la fin du repas pour conserver votre crédibilité (prendre une couleur similaire pour ne pas que la manœuvre soit découverte).

 

Maintenant, vous avez toutes les cartes en main pour faire le bon choix. D’ailleurs, à ce propos, oubliez définitivement les cravates Mickey, vintages, en cuir, ficelles, bariolées, aux formes géométriques bizarres ou tout autre motif douteux et finalement immettable. Soyez sobres, oubliez la cravate autant que possible, c’est mieux, tellement mieux.

 

Sister « pendue haut et court »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jupiter 21/06/2008 15:41

bigre je devrais revenir plus souventacide à souhaitmais juste ce qu'il fautbien que non cravaté j'opterai pour la Borlo (bourre vin oui) reversible, crade des deux cotéspour les robots de la vaente ils n'ont qu'a choisir la perf de G30 la nuit et bastaj'espère que bientôt tu aborderas comment maîtriser la colique au boulotasta la vista jupi

Sister of Night 29/06/2008 16:08


Hum, la colique au bureau, voilà un thème que je qualifierai comme étant assez... "à chier", normal, le boulot aussi est souvent chiant, donc l'idée est bonne, à étudier.


Robert Rental 20/06/2008 18:58

J'adore la cravatte, cette semaine j'en ai mis une car j'avais un sacré mal de gorge. Sinon j'ai une collègue qui me demande pourquoi j'en porte une de temps à autre, est-ce que je lui demande si elle porte une culotte ?

Sister of Night 29/06/2008 16:24



Oh oh ! J'aime bien le parallèle entre la cravate et la culotte, c'est sûrement révélateur d'un trait de caractère particulier. Il faudrait en parler à un psy. Mais
peut-être te sens-tu tout nu sans ton sacro-saint bout de tissu pendouillant. So glamourous...



scotch beatman 20/06/2008 16:56

Bah ça sert à rien la cravate !Moi je n'en mets jamais et ça n'empêche pas de faire sérieux devant les clients ou les fournisseurs.

Sister of Night 29/06/2008 16:28



Oui, ce n'est qu'une méthode pour "faire semblant" et pour donner l'apparence de l'honorabilité. S'en méfier, c'est comme dire "ayez confiance" alors qu'on sait très
bien qu'on va se faire entuber dans les grandes largeurs.



jc au taf 20/06/2008 15:41

bah la petite cravate mince en cuir avec le gilet assortie ...............c'est ha been aussi ?

Sister of Night 29/06/2008 16:34


Je déconseille aussi. Sauf si tu veux te la raconter top branchouille et que tu es assez persuasif pour convaincre que tu es en avance sur la tendance. Risqué quand
même.


A méditer... ou pas

"L’amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font.
À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire"

Pierre DESPROGES

Vous Cherchez ?

Amuse-bouche

Quelques pensées en vrac, des chroniques sur le vif, un soupçon d'actualité, le tout saupoudré de bonne humeur (autant que possible) pour espérer susciter l'intérêt ou la curiosité. Chose rarissime sur le Net : mon site est garanti 100% sans pub ! Mais oui, vous ne rêvez pas, c'est dingue n'est-ce pas ?

En Conserve

Libre pensée

L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe."

Gustave Flaubert

 

 

Locations of visitors to this page  

 

 

Ne soyez pas timide(s) comme ça, balancez une connerie, un bon mot, exprimez-vous, cet espace est le vôtre. Profitez-en, y'a même pas besoin d'une carte de membre (actif ou endormi).


"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement, vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." (dicton amérindien)

Le site ci-dessous étant d'une qualité rare, parfaitement documenté de connaissances très pointues, vous ne trouverez jamais mieux et c'est avec une grande fierté que j'en fais la promotion. De tels talents méritent un coup de pouce et un soutien solide. 

Cliquez ici

Primeurs